Skip to main content

Sur le radar: Joseph, heureux comme un pingouin dans l'eau

Le défenseur québécois file le parfait bonheur depuis la transaction qui l'a fait passer des Coyotes aux Penguins

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

Pierre-Olivier Joseph vient peut-être de conclure une éprouvante séquence de six matchs en dix soirs dans quatre villes différentes avec les Penguins de Wilkes-Barre, le club-école des Penguins de Pittsburgh, rien ne pourra battre ce qu'il a vécu, il y a un an.

Le défenseur québécois avait été parmi les derniers joueurs retranchés au camp d'Équipe Canada junior (ÉCJ) à Victoria, en Colombie-Britannique, et était passé des Islanders de Charlottetown aux Voltigeurs de Drummondville dans les jours qui avaient suivi son retour au Québec.

À LIRE AUSSIRepêchage 2020: Mavrik Bourque en veut encore plusSur le radar: Le CMJ arrive à point pour Valentin Nussbaumer

Disons qu'il préfère - et de loin - se concentrer uniquement sur le fait de jouer des matchs de hockey.

« Cette année, il n'y aura pas trop de montagnes russes d'émotions, a-t-il déclaré au bout du fil. Ça fait du bien de pouvoir oublier ce qui s'est passé avec ÉCJ. C'est sûr que c'est encore une déception parce que j'aurais tellement aimé participer à ce tournoi, mais ça fait du bien d'avoir la tête un peu plus légère cette année. »

Plus légère, mais pas moins en ébullition. Même si on approche de la mi-saison, Joseph s'adapte toujours à la Ligue américaine, et il en est encore à ses premiers pas avec l'organisation des Penguins.

Acquis l'été dernier en compagnie de l'attaquant Alex Galchenyuk dans la transaction qui a envoyé Phil Kessel chez les Coyotes de l'Arizona, le 23e choix au total de l'encan 2017 de la LNH n'a disputé que 17 des 28 matchs de sa nouvelle équipe en raison d'un virus qui lui a fait rater un mois d'activités.

Il est revenu au jeu le 22 novembre et totalise désormais un but et deux mentions d'aide, en plus de maintenir un différentiel de moins-3.

Tweet from @WBSPenguins: More information

« C'est sûr que ça m'a freiné, a avoué l'arrière de 20 ans. Je sentais que j'étais dans un bon élan en début de saison. Le fait de manquer un mois comme ça en début de saison avec une nouvelle équipe et des joueurs que je ne connaissais pas, ç'a un peu changé la chimie, mais les gars m'ont bien accueilli à mon retour. »

Ç'a été un accueil égal à celui qui lui ont réservé les dirigeants des Penguins à son premier camp d'entraînement avec l'organisation. On a tout de suite reconnu son potentiel et on a établi avec lui un plan clair qui lui permettra éventuellement de faire le saut avec le grand club.

Joseph n'a jamais été reconnu comme un défenseur purement offensif - même s'il excelle en jeu de transition - et c'est exactement cet instinct qu'ils veulent développer chez lui.

« Ç'a été un véritable retour à zéro parce qu'il fallait que je me prouve et que je montre aux dirigeants à quel point ils avaient bien fait de faire mon acquisition, a-t-il indiqué. Le directeur général Jim Rutherford, l'entraîneur-chef Mike Sullivan et mon entraîneur dans la LAH Mike Velluci ont tous eu de très bons mots pour moi.

« Mike m'a dit à quel point il voulait qu'on travaille sur l'aspect offensif de mon jeu. C'est le fun parce que ce n'est jamais quelque chose que je mettais de l'avant dans mes années junior. Je suis content de savoir qu'ils voient un potentiel offensif en moi. Ce n'est que du positif et ça donne envie d'aller de l'avant. »

Plus qu'une question de poids

Quelques jours avant de l'échanger aux Penguins, le directeur général des Coyotes John Chayka avait indiqué que le gabarit était tout ce qui manquait à Joseph pour passer au prochain niveau - une des nombreuses fois où il évoquait ce « problème ».

À 6 pieds 2 pouces et 175 livres, il est vrai que Joseph n'est pas le plus gros, mais les Penguins n'en font pas de cas et savent que ça viendra avec le temps. 

« Ce que j'aime vraiment des Penguins, c'est qu'ils ne prennent même pas mon poids en considération, a-t-il fait valoir. Ils savent que c'est un long processus. J'en parlais justement avec mon entraîneur et on se disait que ce n'était pas mieux d'être plus gros, mais moins mobile.

« On est loin des défenseurs des années 80 (rires). […] Il faut seulement que je mette les bouchées doubles et que je sois plus intelligent quand je me bats pour la rondelle. Je sais que je dois prendre plus de forces, mais je ne pense pas que ça me nuit en ce moment. »

Dans le calepin

- À deux jours de son premier match préparatoire face à la Suisse, Équipe Canada junior a toujours un attaquant à retrancher pour réduire la formation à 23 joueurs pour le début du Championnat mondial. Si Aidan Dudas (blessé) est en mesure de jouer, l'attaquant Dawson Mercer pourrait bien être celui qui écopera et qui fera la route inverse vers le Canada.

- Alors que toutes les nations en sont à leurs derniers préparatifs, la Suède ne cesse d'encaisser de durs coups. Après la blessure à l'espoir des Canadiens Jacob Olofsson, voilà que les Suédois doivent attendre de voir si les attaquants Alexander Holtz et Lukas Raymond - deux espoirs de premier plan en vue du prochain repêchage - seront rétablis à temps pour le tournoi.

- Il n'est jamais facile de voir ses espoirs de participer au CMJ s'envoler en fumée, mais le gardien Hunter Jones a quitté le camp de sélection d'Équipe Canada avec grande classe, jeudi. L'espoir du Wild du Minnesota a félicité ses rivaux pour leur sélection et a indiqué qu'il allait être derrière eux tout au long du tournoi.

2020 sous la loupe

- Dawson Mercer fait partie des trois grosses acquisitions qu'ont fait les Saguenéens de Chicoutimi à l'ouverture du marché des transactions, dimanche. Outre lui, la formation a mis la main sur Félix Bibeau (Islanders) et Raphaël Lavoie (Oilers) pour devenir instantanément l'une des grandes équipes favorites pour l'obtention de la Coupe du Président.

- On s'attendait à ce qu'Alexis Lafrenière et Quinton Byfield soient de la formation d'ÉCJ, mais un autre espoir pour le prochain repêchage de la LNH a réussi à se faufiler. Le défenseur Jamie Drysdale (Erie) a connu un fort camp de sélection et a séduit les dirigeants grâce à sa mobilité et à sa vision du jeu. Il pourrait écoper si les Islanders décident de prêter les services de Noah Dobson, mais cette possibilité semble de moins en moins probable.

- Le Bureau central de dépistage de la LNH a dévoilé, hier, la liste des 40 joueurs invités à prendre part au Match des meilleurs espoirs de la LCH/LNH qui se tiendra à Hamilton, le 16 janvier. Du nombre, 10 joueurs de la LHJMQ ont reçu leur invitation, mais seulement cinq Québécois y participeront - un nombre plutôt décevant compte tenu de la profondeur de cette cuvée. DÉTAILS

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.