Skip to main content

Repêchage 2020: Mavrik Bourque en veut encore plus

L'attaquant plessisvillois connaît une progression fulgurante à sa deuxième saison chez les Cataractes de Shawinigan

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

Mavrik Bourque est comme un chien enragé qui a trouvé son os. Et la mauvaise nouvelle pour les 17 autres formations de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), c'est qu'il n'a aucune intention de le lâcher.

Le centre des Cataractes de Shawinigan est sur une irrésistible lancée depuis le début de la saison et il ne montre absolument aucun signe de ralentissement. On ne l'attendait pas là, mais il est présentement le deuxième joueur le plus productif chez les espoirs admissibles au prochain repêchage de la LNH, derrière le potentiel premier choix au total Alexis Lafrenière.

À LIRE AUSSI : Sur le radar: Le CMJ arrive à point pour Valentin NussbaumerCMJ: L'heure d'inverser les rôles a sonné | ÉCJ: Le champ est libre devant le filet

Avec ses 44 points, dont 19 buts, en 30 matchs, il n'est qu'à 10 points de son total de 54 en 64 rencontres à sa première campagne dans la LHJMQ. Sa progression est assez fulgurante.

« Je m'attendais à avoir une meilleure saison que l'an passé, a-t-il lancé d'entrée de jeu. De là à avoir les statistiques que j'ai présentement, peut-être pas, mais la confiance est au rendez-vous. Une fois que tu goûtes à ça, tu en veux encore plus. »

Le Plessisvillois de 17 ans en a fait la démonstration très récemment. Il a connu une séquence de 16 matchs avec au moins un point au cours de laquelle il a amassé un impressionnant total de 11 buts et 19 aides.

Cette série a pris fin contre l'Armada de Blainville-Boisbriand, le 6 décembre, et il a repris de plus belle lors des deux matchs suivants en enregistrant un but, puis une aide. Dans une année aussi importante que celle du repêchage de la LNH, la constance qu'il affiche est plutôt révélatrice.

Le Bureau central de dépistage de la LNH l'a identifié comme un potentiel espoir de deuxième ou de troisième ronde, mais il y a fort à parier que sa cote pourrait être revue à la hausse s'il continue à jouer de cette façon.

« C'est épouvantable de voir à quel point il a faim, a commenté son entraîneur Daniel Renaud. Il veut faire la différence tous les jours. Il veut être le meilleur à tous les entraînements, dans le gymnase, à chaque présence… C'est un compétiteur, un gagnant.  

« C'est ce désir de se surpasser continuellement qui fait en sorte que sa confiance est impressionnante à son âge. Malgré ses succès, il ne tombe jamais dans une zone de confort. Il vit dans le moment présent et il se fait une mission d'être meilleur tous les jours. »

Même s'il n'a été écarté de la feuille de pointage qu'à quatre occasions depuis le début de la saison, Bourque avoue que toute l'attention et les attentes reliées à l'année de repêchage ont eu le meilleur sur lui dans les premières semaines de la campagne.

Il avait une idée de ce qu'il s'apprêtait à vivre puisqu'il avait été aux premières loges pour l'année de repêchage de son coéquipier suisse Valentin Nussbaumer, le choix de septième ronde (207e au total) des Coyotes l'an dernier, mais rien n'égale le fait de l'expérimenter soi-même.

« Au début de l'année, je me mettais un peu trop de pression sur les épaules, a-t-il expliqué candidement. J'en ai beaucoup parlé avec Daniel et nous avons conclu que je devais mettre la pression de côté et me rappeler pourquoi je jouais au hockey. »

Adversité

Il s'en est souvenu et cette nouvelle approche rapporte des dividendes. Un peu comme le fait présentement la difficile saison que Bourque et les Cataractes ont connue l'année dernière - ils n'ont signé que 14 victoires en 68 matchs pour s'emparer de la dernière place donnant accès aux séries par un petit point.

« Ça n'a pas toujours été facile et on a vécu beaucoup d'adversité avec toutes ces défaites, a dit le jeune homme. Le côté positif, c'est qu'on a grandi comme équipe et que ça m'a donné beaucoup de temps de jeu dans toutes les situations. »

Renaud a en effet profité de cette étape du cycle de reconstruction pour confier à son poulain toutes sortes de responsabilités, malgré le fait qu'il n'en était qu'à ses premiers coups de patin dans la LHJMQ. Bourque savait donc exactement ce qui l'attendait.

« Il était déjà mon premier centre et il affrontait les meilleurs trios et les meilleurs duos, a fait valoir le pilote. S'il avait fait 54 points contre le troisième trio adverse, l'an dernier, je me serais gardé une réserve sur les attentes que j'avais envers lui cette année. 

« Je ne peux quand même pas dire que je m'attendais à ce type de production et à ce rendement incroyable dans toutes les phases du jeu. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.