Skip to main content

Les Canadiens ont fait leurs devoirs et planché sur tous les scénarios

Bergevin répète qu'il serait « très surpris » que le CH ne parle pas au troisième rang, vendredi

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

DALLAS - Les devoirs ont été faits et les possibilités ont toutes été explorées : Marc Bergevin se dit prêt pour toute éventualité à moins de 24 heures du premier tour de la séance de repêchage de la LNH. Le directeur général a répété jeudi qu'il serait « très surpris » que les Canadiens de Montréal se départissent « complètement » de la troisième sélection dont ils disposent à la lumière des tractations qu'il a eues avec ses homologues cette semaine.

« C'est souvent sur le plancher que ça se passe », a-t-il affirmé au terme de la réunion des directeurs généraux dans un hôtel du centre-ville.

Le plancher, c'est la surface bétonnée de la patinoire du American Airlines Center de Dallas, qui pourrait être le théâtre de nombreux coups d'éclat à compter de vendredi (19h30 HE; TVA Sports, NBCSN, SN).

À LIRE : Trevor Timmins laisse la porte grande ouverte | Repêchage simulé : Les choses se corsent à partir du troisième rang | Les Oilers ouverts à échanger le 10e choix au total | Courrier du repêchage : le Jour J

Bergevin a confié avoir reçu plusieurs appels d'homologues s'intéressant à des joueurs de l'équipe depuis son arrivée au Texas.

« Il y a beaucoup de discussions, comme c'est toujours le cas avant le repêchage. Souvent, il ne se passe rien, ce ne sont que des pourparlers. C'est parti pour être la même chose cette année », a-t-il pris soin d'ajouter.

Il n'a donc pas voulu commenter le cas du capitaine Max Pacioretty, dont le nom fait grimper le mercure au thermomètre des rumeurs de transaction.

« Max fait partie des Canadiens, on va de l'avant. Je n'entre pas dans le détail des discussions que j'ai au sujet de joueurs. »

Bergevin peut dire que les discussions aboutissent rarement à des échanges sur-le-champ. Elles peuvent toutefois paver la voie à des échanges un peu plus tard, comme on l'a vu dans le cas de P.K. Subban il y a deux ans.

C'est également en 2016 que Bergevin a fait l'acquisition d'Andrew Shaw des Blackhawks de Chicago et qu'il a envoyé l'attaquant Lars Eller aux Capitals de Washington, sur le « plancher » du First Niagara Center de Buffalo.

On peut le comprendre de ne pas vouloir dévoiler son jeu, c'est de bonne guerre. Il a réitéré qu'il est davantage guidé par la prudence et la patience pour le moment.

Les Canadiens ont la chance de regarnir leur banque d'espoirs avec 10 choix au total, incluant six dans les 66 premiers. En plus du choix de premier tour, l'équipe possède quatre choix de deuxième tour et un de troisième tour.

« C'est une séance emballante pour nous, pas cruciale », a-t-il précisé quand on lui a posé la question.

Bergevin a dit que c'est dur à dire si l'espoir que l'équipe choisirait au troisième rang pourra évoluer dans la LNH dès la saison prochaine.

Il pourrait également être tenté d'utiliser des choix de deuxième tour afin d'obtenir un autre choix de premier tour, advenant qu'un espoir qu'il désire ardemment tarde à être réclamé.

« Il faut trouver un partenaire de danse », a lancé Bergevin.

Tous les plans ont été élaborés, comme celui de piger des produits locaux dans la LHJMQ, ce que le CH n'a pas fait au cours des deux dernières années.

« Nous essayons toujours de projeter dans un rayon de quatre ans le potentiel de l'espoir qui nous intéresse. »

Bergevin sait que ses actions en fin de semaine et au cours des prochaines semaines seront plus que jamais scrutées à la loupe. Des observateurs estiment qu'il joue son poste.

« C'est probablement ce que les gens pensent. Mais moi je ne pense pas à ça. Je me concentre tous les jours à faire mon travail. Je fais de mon mieux et on verra ce qui arrivera. »

Bergevin a dit ne pas être animé par un sentiment d'urgence de redresser la barque au plus tôt.

« Je souhaite améliorer l'équipe rapidement, mais je base chacune de mes décisions sur l'avenir à brève et à longue échéance de l'équipe et pour le mieux-être des Canadiens, que je sois en poste ou pas. »

Pour ce qui est de l'après-repêchage, Bergevin a mentionné qu'on voudra discuter avec des joueurs autonomes sans compensation en devenir.

« Nous avons élaboré une liste de joueurs auxquels nous voulons parler, et nous le ferons. »

Les Canadiens bénéficieront d'une plus grande marge de manœuvre encore, avec le plafond salarial qui a été majoré à 79,5 millions US en vue de la saison 2018-19.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.