Skip to main content

Poile se réjouit des succès de Trotz

Le DG des Predators est heureux que son ancien entraîneur se retrouve en Finale de la Coupe Stanley

par Mike Zeisberger @Zeisberger / Journaliste NHL.com

David Poile n'a pas pu résister.

Lorsqu'il a vu à la télévision son ami et ancien entraîneur Barry Trotz se démener comme un diable dans l'eau bénite autour de la patinoire du Amalie Arena de Tampa Bay, c'était trop pour lui. Il a immédiatement contacté Trotz, qui dirige maintenant les Capitals de Washington.

Le tour rapide - patiner à pleine vitesse autour de la patinoire - est devenu une tradition chez les Capitals lors des entraînements matinaux depuis le début de leur parcours en séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Après s'être incliné 3-2 lors du match no 5 face au Lightning de Tampa Bay en finale de l'Association de l'Est, l'attaquant Alex Ovechkin a pointé Trotz pour lui indiquer que ce serait lui qui patinerait à pleine vitesse, quelques heures avant le début du match no 7, mercredi.

« Je lui ai écrit un texto, a ri Poile. Je n'avais pas le choix. Je lui ai dit de ne plus jamais faire cela. Ça n'a vraiment pas eu l'air facile! 

« Mais ç'a fonctionné! »

Video: Le tour rapide de Barry Trotz

En effet, 10 heures après que Trotz ait complété cet éreintant sprint, ses Capitals ont défait le Lightning 4-0 pour obtenir leur laissez-passer pour la Finale de la Coupe Stanley contre les Golden Knight de Vegas.

Lorsque la rondelle tombera lundi pour le match no 1 à Las Vegas (20h H.E.; NBC, CBC, SN, TVAS), Poile promet qu'il y aura un sourire à son visage en voyant son bon ami enfin atteindre la plus grande scène du monde du hockey. 

« Personne ne le mérite plus que Barry pour tous les efforts et le travail qu'il a accompli, a dit le directeur général des Predators de Nashville. Je lui ai écrit pour lui dire. Je respecte le fait qu'il est très occupé présentement avec les entrevues, les entraînements et tout ce qui touche la Finale. 

« Il se retrouve dans une position incroyable. Je ne pourrais être plus heureux pour lui. »

Pour comprendre l'admiration mutuelle que se portent Poile et Trotz, il faut connaître la longue histoire qui les unit, sur et hors de la glace.

En 1982, Trotz, qui était un défenseur avec les Pats de Regina de la Ligue de hockey de l'Ouest, a été invité au camp d'entraînement des Capitals par Jack Button, le directeur du personnel hockey à Washington. Même s'il n'a pas été en mesure d'obtenir un poste avec l'équipe, sa présence a attiré l'attention de Poile, qui en était à une première saison comme directeur général de Washington.

À LIRE : Les Capitals devront s'adapter à la « manière Vegas » en Finale | La route vers la Finale en 10 moments

Seize ans plus tard, Trotz a été engagé à Nashville par Poile, qui avait été choisi pour lancer la concession d'expansion qu'était les Predators. Les deux se sont ainsi côtoyés comme entraîneur et DG jusqu'en 2014, quand Poile a annoncé, durant une conférence de presse où l'émotion était palpable, que le contrat de Trotz n'allait pas être prolongé.

Même si les Predators ont participé aux séries éliminatoires à sept reprises durant les 15 saisons de Trotz comme chef d'orchestre, ils n'ont jamais été en mesure d'aller plus loin que la deuxième ronde. Poile a remplacé Trotz par Peter Laviolette et les Predators ont atteint la finale la saison dernière avant de s'incliner face aux champions défendant, les Penguins de Pittsburgh, en six matchs.

Douze mois plus tard, c'est au tour de Trotz d'atteindre la Finale pour la première fois.

« Tu travailles tellement fort pour atteindre le but ultime et participer à la Finale, a rappelé Poile. Nous avons été chanceux de le faire l'an passé. Ç'a été ma plus belle expérience dans la LNH et le plus près que je me suis approché de tout gagner. C'est maintenant au tour de Barry. 

« Il a fait un très beau travail pour nous durant 15 ans et il a fait de même avec les Capitals. Ils ont eu beaucoup de succès en saison régulière depuis qu'il est là et finalement, cette année, ils ont aussi du succès en séries. Je ne pourrais pas être plus heureux pour lui. »

Les deux hommes sont restés près même si Poile a congédié Trotz.

« Barry est comme ça. C'est ce que j'avais vu chez lui. Il est capable de comprendre le portrait général. Il m'a déjà dit que ce qui l'intéressait n'était pas qu'on se souvienne de lui comme un entraîneur de hockey, mais comme une bonne personne dans ce qu'il fait dans la vie. C'est du Barry tout craché.

« Je pense que tout commence par les valeurs que tu as comme personne, la façon dont tu te comportes et la manière dont tu traites les autres personnes. C'est de cette manière que se comporte Barry. Peu importe la situation, il tente toujours de trouver la bonne chose à faire et non pas la plus populaire. Jamais il n'exigerait quelque chose d'un joueur qu'il ne se demanderait pas à lui-même.

« Je suis certain qu'on sera toujours de bons amis. »

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.