Skip to main content

31 en 31 : Analyse des Jets de Winnipeg pour les poolers

Les Jets ont longtemps été ignorés par les poolers, mais ils sont désormais une pépinière de joueurs talentueux et productifs

par Hugues Marcil @HuguesMarcil / Pupitreur LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Du côté des poolers, nous vous offrons un joueur à cibler au cours de la prochaine campagne, un joueur à éviter, et un joueur à surveiller, qui pourrait devenir une carte cachée si les astres s'alignent. Aujourd'hui, les Jets de Winnipeg.

Longtemps ignorés par les poolers depuis leur retour dans la LNH en 2011-12, les Jets constituent désormais une pépinière de joueurs talentueux et productifs.

La saison dernière, sept joueurs de Winnipeg ont franchi le plateau des 40 points, et quatre ont amassé 60 points ou plus. L'attaquant Blake Wheeler a connu la meilleure saison de sa carrière avec 91 points (23 buts, 68 passes) en 81 matchs, alors que Patrik Laine a fait sensation avec 44 buts, cinq de moins que le meilleur buteur de la LNH, Alex Ovechkin. Les attaquants Mark Scheifele (60 points), Nikolaj Ehlers (60), Kyle Connor (57) et Bryan Little (43) complètent un top-6 en attaque extrêmement dynamique à Winnipeg.

En voir plus

31 en 31 : Trois enjeux à surveiller chez les Jets

Winnipeg a misé sur la stabilité pour répéter ses succès de la saison dernière

par Hugues Marcil @HuguesMarcil / Pupitreur LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Jets de Winnipeg.

Avec la saison qu'ils viennent de connaître, les Jets savent que les attentes envers eux sont élevées et ils ont misé sur la stabilité pour répéter leurs succès.

Winnipeg a réussi la meilleure campagne de l'histoire de l'organisation des Jets/Thrashers d'Atlanta avec un dossier de 52-20-10 et 114 points. Participant aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley pour la deuxième fois seulement depuis leur relocalisation à Winnipeg en 2011-12, les Jets ont atteint la finale de l'Association de l'Ouest, où ils se sont inclinés en cinq rencontres contre les Golden Knights de Vegas. 

Les projecteurs sont désormais braqués sur Winnipeg et avec tout le talent que l'équipe possède, on s'attend à ce qu'elle fasse aussi bien sinon mieux en 2018-19.

En voir plus

31 en 31 : Les cinq meilleurs espoirs des Jets

Winnipeg a toujours bâti par le repêchage et la tendance n'est pas près de s'essouffler

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Jets de Winnipeg.

Depuis leur retour à Winnipeg en 2011, les Jets ont fait une habitude de bâtir leur équipe par le repêchage. Ils ont peut-être dû patienter durant quatre saisons pour participer aux séries éliminatoires pour la première fois en 2015, mais il semble qu'ils seront désormais des aspirants à la Coupe Stanley année après année.

Leur parcours jusqu'en Finale de l'Ouest l'an dernier est prometteur et a été orchestré par un noyau de joueurs qui ont presque tous été sélectionnés par la formation. Mark Scheifele (no 7 - 2011), Jacob Trouba (no 9 -2012), Connor Hellebuyck (no 130 - 2012), Nikolaj Ehlers (no 9 - 2014), Kyle Connor (no 17 - 2015) et Patrik Laine (no 2 - 2016) n'en sont que quelques exemples. 

La bonne nouvelle, c'est que cette tendance n'est pas près de s'essouffler. Plusieurs vertes recrues cognent à la porte et viendront éventuellement soutenir la première génération de la deuxième édition des Jets.

En voir plus

31 en 31 : Trois enjeux à surveiller chez les Capitals

Les champions de la Coupe Stanley devront éviter les pièges en début de saison

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Directeur de la rédaction LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Capitals de Washington.

On dit souvent qu'il est difficile de conserver intacte une formation gagnante de la Coupe Stanley à l'ère du plafond salarial. Les Capitals de Washington n'ont pas eu ce problème cet été et c'est tout de même curieux que le seul changement majeur que l'équipe ait été contrainte d'apporter soit derrière le banc.

Grâce à l'excellent travail du directeur général Brian MacLellan, qui a bien navigué pour gérer sa masse salariale, le visage de la formation est demeuré pratiquement inchangé. 

En voir plus

31 en 31 : Analyse des Capitals de Washington pour les poolers

Les champions en titre offrent une multitude d'options aux poolers

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Directeur de la rédaction LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Du côté des poolers, nous vous offrons un joueur à cibler au cours de la prochaine campagne, un joueur à éviter, et un joueur à surveiller, qui pourrait devenir une carte cachée si les astres s'alignent. Aujourd'hui, les Capitals de Washington.

Il est très rare qu'une équipe qui remporte la Coupe Stanley effectue un changement d'entraîneur au cours de la saison morte. C'est pourtant ce qui s'est produit avec les Capitals, mais cela ne devrait pas inquiéter les poolers outre mesure.

Todd Reirden est déjà bien connu de ses joueurs, lui qui était adjoint à Barry Trotz, et les vedettes de la trempe d'Alex Ovechkin, Nicklas Backstrom, John Carlson et Evgeny Kuznetsov ont tous salué son embauche. Avec de telles munitions offensives, les poolers auront l'embarras du choix quand viendra le temps de piger dans la cour des Capitals. Il se pourrait même que Reirden donne un peu plus de latitude à ses joueurs que ne le faisait Trotz, reconnu pour son style plus défensif.

En voir plus

31 en 31 : Les cinq meilleurs espoirs des Capitals

Un joyau devant le filet et une ligne bleue prometteuse pour Washington

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Directeur de la rédaction LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Capitals de Washington.

Si les recruteurs des Capitals vous parlent en bien d'un espoir, vous feriez mieux de les écouter. C'est qu'ils ne ratent pas souvent leur coup.

Depuis 2009, tous leurs choix de première ronde ont évolué à temps plein dans la LNH et la plupart d'entre eux sont devenus des joueurs importants. Ceux qui n'évoluent pas encore dans la LNH se retrouvent au sein de la liste ci-dessous.

Ce taux de réussite est en grande partie une explication à la première conquête de la première Coupe Stanley de l'histoire des Capitals. Le noyau de l'équipe était presque exclusivement composé de joueurs repêchés et développés par l'organisation. 

Même si les Capitals ont repêché en fin de première ronde plus souvent qu'à leur tour au cours des dernières années, ils possèdent encore un espoir de premier plan devant le filet ainsi que plusieurs défenseurs qui pourraient s'amener en renfort à moyen terme. C'est toutefois mince à l'attaque.

En voir plus

31 en 31 : Analyse des Golden Knights de Vegas pour les poolers

De jeunes joueurs auront la chance de s'illustrer cette saison à Vegas

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Directeur de la rédaction LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Du côté des poolers, nous vous offrons un joueur à cibler au cours de la prochaine campagne, un joueur à éviter, et un joueur à surveiller, qui pourrait devenir une carte cachée si les astres s'alignent. Aujourd'hui, les Golden Knights de Vegas.

Les Golden Knights ont connu une saison inaugurale magique, à la grande surprise (et parfois à la plus grande joie) des poolers.

Des joueurs ont saisi l'occasion qui leur a été offerte d'évoluer dans un rôle de premier plan pour connaître une éclosion spectaculaire. Treize de leurs joueurs ont connu la meilleure saison offensive de leur carrière. On pense notamment aux membres du premier trio : William Karlsson (73 points), Jonathan Marchessault (75) et Reilly Smith (60).

Les Golden Knights ne surprendront plus personne cette année, et ils ont perdu quelques membres importants de leur attaque. L'arrivée du centre Paul Stastny va aider, reste à voir s'il sera possible pour l'équipe du Nevada d'afficher le même niveau d'excellence. Il faudra que les jeunes joueurs de l'équipe saisissent l'occasion qui se présente à eux pour que cela se produise.

En voir plus

31 en 31 : Les cinq meilleurs espoirs des Golden Knights

La première cuvée d'espoirs de Vegas arrive rapidement à maturité

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Golden Knights de Vegas.

La première cuvée d'espoirs des Golden Knights arrivera rapidement à maturité. L'équipe a eu le loisir de piger trois fois dans les 15 premières sélections du repêchage 2017. Disons que ça aide à vite former une bonne relève.

Les Golden Knights ont garni leur banque de 12 espoirs au total en 2017 et de huit autres cette année.

Ils se sont même permis de se départir de trois choix prisés - premier tour cette année (Joe Veleno, réclamé au 30e rang par les Red Wings de Detroit), deuxième tour en 2019 et troisième tour en 2020 - afin de mettre la main sur l'attaquant Tomas Tatar des Red Wings, à la date limite des transactions en février.

En voir plus

31 en 31 : Trois enjeux à surveiller chez les Golden Knights

C'est reparti de plus belle, Vegas devra confondre les prophètes de malheur à sa deuxième saison

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Golden Knights de Vegas.

Et voilà, c'est reparti de plus belle. Les prophètes de malheur ont recommencé à agiter des épouvantails : les Golden Knights vont voir leur ballon se dégonfler à leur deuxième saison, qu'ils prédisent.

Terminée la chance du débutant, les « Chevaliers d'or » seront affligés de la fameuse « guigne de la deuxième année », comme le dit l'expression consacrée dans le sport. 

Fini le conte de fées à l'eau de rose : d'un coup de baguette, le rutilant carrosse de Cendrillon va se retransformer en citrouille.

Volatilisée la rage au cœur qui a animé les joueurs désireux de prouver qu'ils n'auraient pas dû être rejetés par leur équipe respective.

En voir plus

31 en 31 : Les cinq meilleurs espoirs des Canucks

On commence à voir la lumière au bout du tunnel à Vancouver

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Canucks de Vancouver.

Les Canucks n'ont participé aux séries qu'à trois reprises - la dernière fois en 2015 - depuis qu'ils ont perdu le match ultime de la Finale de la Coupe Stanley face aux Bruins de Boston en 2011. L'équipe avait misé gros cette année-là et elle met du temps à s'en remettre.

Les mauvaises saisons se succèdent depuis trois ans à Vancouver, mais elles auront au moins permis à la jeunesse de l'équipe d'obtenir beaucoup de temps de jeu, notamment en raison des nombreuses blessures qui ont affligé les joueurs réguliers de la formation.

L'autre bon côté de ces insuccès, c'est qu'ils ont repêché dans le top-10 cinq fois au cours des six dernières années, et la seule année où ça n'a pas été le cas, ils ont mis la main sur Brock Boeser au 23e rang du repêchage de 2015. Beau prix de consolation. 

L'attaquant de 21 ans était dans la course au trophée Calder quand il a subi une blessure au dos qui a mis fin à sa première saison dans la LNH. Il a tout de même eu le temps de récolter 55 points, dont 29 buts, en 62 rencontres.

Il ne fait aucun doute qu'il sera la figure de proue de la vague de jeunes Canucks qui se pointe le bout du nez.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.