Skip to main content

Tout un choc pour Moritz Seider

Le défenseur allemand ne s'attendait vraiment pas à entendre les Red Wings prononcer son nom aussi tôt en première ronde

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

VANCOUVER - La réaction de la mère de Moritz Seider voulait tout dire.

Lorsque le directeur général des Red Wings de Detroit, Steve Yzerman, a prononcé le nom de son garçon au sixième échelon du Repêchage 2019 de la LNH, vendredi, on a pu lire trois mots sur ses lèvres : « Oh, mon Dieu! »

À LIRE AUSSI : La soirée de Poulin et PelletierLe résumé de la première ronde du Repêchage 2019Caufield ne souffre d'aucun complexe d'infériorité

« J'étais tellement sous le choc que mes mains et mes jambes tremblaient », a raconté le défenseur allemand avec le sourire fendu jusqu'aux oreilles. « J'ai regardé ma mère et elle ne savait pas quoi dire. Je pense qu'elle était plus nerveuse que moi. C'était bien de partager ce moment avec mes parents. » 

Tweet from @NHLGIFs: Love the reaction, Moritz Seider! #NHLDraft pic.twitter.com/UKAglDPdWw

Ce moment, les Seider savaient qu'ils allaient avoir la chance de le vivre depuis quelques mois déjà. Ils ignoraient simplement qu'ils allaient à peine avoir le temps de froisser leurs habits avant que ça se produise.

« Je m'attendais à entendre mon nom entre le 15e et le 20e rang, a-t-il avoué. Je ne sais même pas comment expliquer ce qui se passe. C'est complètement fou. »

Répertorié comme le sixième meilleur espoir international sur la liste finale du Bureau central de dépistage de la LNH, il a finalement été le deuxième arrière sélectionné - derrière Bowen Byram au quatrième rang. L'annonce d'Yzerman a suscité une réaction fort bruyante de la foule réunie au Rogers Arena.

« Selon nous, il était l'un des meilleurs défenseurs disponibles dans cette cuvée, a expliqué le nouveau patron des Red Wings. Nous repêchions au sixième et au 35e échelon. Nous savions qu'il ne serait pas là pour notre deuxième choix. Nous avons exploré les options pour reculer un peu, mais nous n'avons pas trouvé de partenaire.

« Nous sommes très excités de l'avoir. Je sais que nos partisans ne le connaissent pas, mais ils vont être agréablement surpris. »

Seider était l'un des espoirs les plus obscurs de ce repêchage. Quand un jeune évolue dans la Ligue allemande à Mannheim et qu'il porte les couleurs de l'Allemagne sur la scène internationale, les occasions de le voir se mesurer aux meilleurs de son âge se comptent sur les doigts d'une seule main.

Video: Detroit choisit Seider au sixième rang

Il a toutefois très bien fait à la toute fin de la saison au Championnat du monde contre plusieurs joueurs de la LNH. Tout ça, alors qu'il venait à peine de fêter son 18e anniversaire.

« C'était bien de croiser le fer avec quelques-uns des meilleurs joueurs au monde et je crois avoir fait de l'assez bon travail, a-t-il laissé entendre. Je me souviens qu'au premier match préparatoire, j'étais très nerveux et je me suis fait déchausser par Patrick Kane.

« À ce moment, j'ai réalisé que je devais simplement conserver mon style de jeu et simplifier les choses. Ça m'a permis de finir le tournoi en force. »

Ça lui aura aussi permis de devenir l'Allemand sélectionné le plus hâtivement derrière Leon Draisaitl (troisième au total en 2014).

Une bonne histoire

Le repêchage est le début d'une longue aventure et rien ne garantit que Seider portera un jour l'uniforme des Red Wings, mais ce dénouement surprenant n'était peut-être finalement qu'à la hauteur de son parcours rocambolesque jusqu'à cette séance de sélection.

Le défenseur de 6 pieds 4 pouces et 207 livres est tombé en amour avec le hockey à la maternelle et ses parents n'ont eu d'autres choix que de suivre la parade. Quand il a eu 13 ans, son père Kay et sa mère Sabine ont tout laissé derrière et ont quitté le petit village de Zell pour s'installer à Mannheim, près de 200 kilomètres plus loin.

Cette décision était motivée par une seule raison : permettre au jeune Moritz de poursuivre son développement avec l'équipe de la ville industrielle.

« Quand tu nais en Allemagne, ça semble presque impossible d'être repêché un jour, a-t-il déclaré. Mannheim est l'une des meilleures organisations au pays, donc ç'a été une grosse étape dans mon cheminement. C'est ce qui m'a permis de continuer de gravir les échelons.

« Mes parents ont fait un grand sacrifice pour moi à ce moment. Je suis heureux de pouvoir leur en redonner un peu aujourd'hui. »

À voir l'expression sur les visages du couple, le fait de vivre ce moment avec leur fils n'avait tout simplement pas de prix.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.