Skip to main content

Les Sharks se sont ralliés autour de la blessure de Pavelski

Des joueurs émotifs se sont regroupés afin de prendre les devants puis remporter un match enlevant en prolongation

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

SAN JOSE - Ils ne jouent pas seulement pour la Coupe Stanley. Ils jouent les uns pour les autres.

C'est ce qui va ressortir de ce qui a peut-être été l'un des meilleurs matchs de l'histoire de la LNH.

À LIRE AUSSI: Les Golden Knights secoués après leur défaite contre les SharksLes Sharks viennent de l'arrière pour remporter le septième match

Lorsque les Sharks de San Jose ont vaincu les Golden Knights de Vegas 5-4 en prolongation dans le match no 7 de la première ronde de l'Association de l'Ouest au SAP Center mardi, ils ont fait plus que simplement effacer un déficit de 3-0 en troisième période, plus que de revenir à la charge à la suite d'un but égalisateur en fin de match.

Ils ont même accompli davantage que de s'imposer dans une série quatre de sept pour la première fois de leur histoire après avoir tiré de l'arrière 3-1, ce qui leur donne la chance d'affronter l'Avalanche du Colorado au deuxième tour à compter de vendredi à San Jose.

Ils se sont regroupés pour leur capitaine blessé, Joe Pavelski.

« Les gars se sont réunis et ils ont dit "On le fait pour Pav", a raconté le centre Joe Thornton. Nous l'aimons énormément. Ce n'était qu'une question de détermination, et nous avons fait en sorte de l'emporter pour lui. »

Le cours du match a changé après une mise en jeu pris dans le territoire de Vegas à 9:06 de la troisième période.

Pavelski a remporté la mise en jeu, puis a reçu un double-échec de la part du centre des Golden Knights Cody Eakin, ce qui lui a fait perdre l'équilibre. Une fraction de seconde plus tard, le centre des Golden Knights Paul Stastny a heurté Pavelski, qui est tombé lourdement sur la glace, se frappant la tête sur la surface de jeu avant de demeurer allongé, immobile.

 

Dans le match no 1, Pavelski a marqué un but après avoir fait dévier un tir avec son visage. Il a perdu trois dents, une autre a dû être arrachée, et deux autres ont été brisées. Il a dû porter un protecteur pour sa mâchoire afin de protéger tout le travail effectué sur sa dentition. Et voilà qu'il saignait à nouveau.

« Il est le cœur de cette équipe, et de le voir tomber et souffrir de la sorte, ça nous a brisé le cœur », a indiqué Thornton.

Thornton et l'attaquant Evander Kane ont aidé Pavelski à quitter la patinoire avec l'assistance d'un soigneur, alors que le défenseur Brent Burns était tout juste derrière eux. Pendant tout le trajet menant au banc des Sharks, Thornton tenait la tête de Pavelski, en appliquant une serviette sur sa plaie.

« Ça m'a presque fait pleurer parce que nous l'aimons tellement, a assuré Thornton. Vous ne voulez jamais voir un coéquipier se blesser de la sorte. Ce fut une terrible malchance pour lui. Je me disais que je devais simplement le tenir le plus fort possible, et l'aider à quitter la patinoire et à aller mieux. »

Eakin a reçu une punition majeure de cinq minutes pour double-échec ainsi qu'une inconduite de partie à 9:13. Les Golden Knights étaient furieux par rapport à cette décision. Mais peu importe ce que vous pensez de cet incident, peu importe ce que vous pensez de cette punition, il faut respecter la manière dont les Sharks ont répondu.

Sur le moment, il n'est pas possible d'y aller d'une analyse à tête reposée. Il n'y a que l'émotion brute.

« C'était difficile à voir, a mentionné l'attaquant Logan Couture. Vraiment difficile à voir. Mais il faut accorder le mérite à [Thornton]. Aussitôt que nous sommes revenus au banc, il nous a dit "Les gars, vous allez sauter sur la glace et vous allez marquer trois [censuré] buts dès maintenant". Et quand un joueur qui évolue dans cette ligue depuis 20 ans te donne des ordres comme ça, il faut que tu le fasses, et c'est ce que nous avons fait. Nous en avons marqué quatre. »

Couture a fait mouche à 9:20. L'attaquant Tomas Hertl l'a imité à 10:09. Couture a récidivé à 12:53. Puis l'attaquant Kevin Labanc a couronné le tout à 13:21.

Video: undefined

Les Sharks avaient inscrit quatre buts en avantage numérique au cours des six premiers matchs, avant de marquer quatre buts sur le jeu de puissance en l'espace de 4:01 au cours d'une punition majeure pour prendre les devants 4-3. Sept autres équipes seulement ont inscrit quatre buts plus rapidement au cours d'un match des séries éliminatoires de la Coupe Stanley. 

Mais le match n'était pas encore terminé. L'attaquant des Golden Knights Jonathan Marchessault a créé l'égalité 4-4 avec 47 secondes à faire. Les deux équipes ont disputé une prolongation après avoir vu le match no 6 se terminer en deuxième période de surtemps dimanche.

« Oui, c'était difficile, a admis Couture. Je ne vais pas vous mentir. Ce fut difficile de les voir marquer ce but. Nous étions un peu déçus sur le banc. C'est naturel. Ce fut cependant une bonne chose que nous ayons eu la période de prolongation pour nous regrouper et simplement en profiter. C'était la première fois que je disputais la prolongation d'un match no 7. L'amphithéâtre était absolument incroyable. Les partisans nous ont donné beaucoup d'énergie. »

L'action s'est déroulée aux deux extrémités de la patinoire jusqu'à ce que le centre des Sharks Barclay Goodrow accepte une passe d'Erik Karlsson en zone de Vegas.

Goodrow, qui a été utilisé pendant 7:26, le deuxième plus faible total parmi les patineurs des Sharks, avait les jambes fraîches. Il a contourné le défenseur des Golden Knights Brayden McNabb, a coupé dans le bas de l'enclave et a glissé le disque au bout de la jambière droite du gardien Marc-André Fleury.

Video: VGK@SJS, #7: Goodrow procure la victoire aux Sharks

« Je venais tout juste de sauter sur la glace, j'ai vu que le [défenseur] semblait un peu sur les talons, a décrit Goodrow. Je me suis dit que j'avais la chance de me faufiler derrière lui en patinant. Erik est de toute évidence un joueur de classe mondiale. Il est en mesure de réaliser ce jeu. Je me suis dit que si je pouvais arriver à dépasser Fleury, j'aurais peut-être une chance. »

Les Sharks sont devenus la deuxième équipe de l'histoire de la LNH à effacer un retard de trois buts en troisième période pour remporter un match no 7, après les Bruins de Boston, qui avaient vaincu les Maple Leafs de Toronto 5-4 en première ronde en 2013.

« C'est le genre de match qu'on ne dispute qu'une fois dans une vie, a lancé Couture. Je touche du bois. Je ne pense pas que mon cœur pourrait supporter une autre partie comme ça. Ça n'arrêtait pas, et après 10 minutes de jeu en prolongation, il ne nous restait presque plus d'énergie, surtout que nous venions de jouer un match qui s'était terminé en deuxième période de prolongation. Après environ 10 secondes à chacune de nos présences, nous étions à bout de souffle, alors ce fut tout un jeu de la part de [Goodrow] pour nous donner la victoire. Wow. Quel match. »

Thornton, un vétéran de 1566 matchs de saison régulière et de 166 matchs de séries éliminatoires a affirmé : « Ce fut le meilleur match auquel j'ai pris part. Point final. »

L'entraîneur des Sharks Peter DeBoer n'avait pas de mise à jour par rapport à l'état de santé de Pavelski après la rencontre. Mais après la victoire, ses coéquipiers ont pu partager un moment avec lui, un moment qu'ils ne vont jamais oublier.

« Il avait l'air de bien aller, a dit Thornton avec un sourire. Alors je suis heureux. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.