Oilers Panthers Amerant badge Chaumont

SUNRISE, Floride – Le matin du quatrième match de la finale de la Coupe Stanley, Kris Knoblauch insistait sur une notion importante, celle de poursuivre l’aventure pour dix autres jours. Maintenant que les Oilers ont gagné un match, Knoblauch a sorti sa calculatrice. Il veut voir son équipe continuer cette bataille pour les huit prochaines journées.

À LIRE AUSSI : Les jours meilleurs de Nugent-Hopkins | Bobrovsky se montre rassurant

La date projetée pour la fin de ce marathon est le 24 juin. Les Oilers n’ont pas l’intention d’écouter les classiques de Paul Piché, de Marjo ou de La Chicane en cette journée de la Saint-Jean-Baptiste. Ils rêvent plus d’y jouer le septième et ultime match de la finale contre les Panthers de la Floride.

« Je n’ai pas beaucoup de travail à accomplir de mon côté afin de garder notre niveau de confiance élevé, a dit Knoblauch après un entraînement d’environ 30 minutes au Amerant Bank Arena, lundi. Ils se sentent bien. Ils ont déjà été mis au pied du mur. Ils ont souvent entendu dire qu’ils n’avaient aucune chance, qu’ils sont finis et qu’ils ne sont pas très bons. Ils l’entendaient au mois de novembre et ils l’entendaient encore lors des tours précédents en séries. Mais ils trouvent des façons de jouer et de gagner.

« Ils veulent jouer l’un pour l’autre, a poursuivi Knoblauch. Ils ont de la persévérance et ils ont du plaisir ensemble. Nous voulons poursuivre notre route pour encore huit jours, c’est notre mentalité. »

Stuart Skinner a décrit les Oilers comme une grande famille, comme des frères d’armes.

« Kris a une influence positive sur notre groupe, a affirmé le gardien. Il apporte tellement une présence calme. Il a confiance en nous. Il parlait de dix autres jours ensemble. Maintenant, c’est huit jours. Nous avons encore beaucoup de travail, beaucoup de batailles, mais nous voulons y croire.

« Nous sommes ici en raison de notre résilience, a enchainé le numéro 74. L’opinion des gens n’a aucune importance. Ce qui compte, c’est ce qui se passe à l’intérieur de notre vestiaire. Les expériences difficiles ont fait de nous une équipe plus forte. Nous sommes des frères d’armes. Je l’ai déjà dit, mais nous formons un groupe spécial. Nous avons du caractère. Nous faisons encore face à l’élimination. Mais nous nous battrons encore ensemble, comme nous l’avons toujours fait. »

Depuis le début des séries, les Oilers ont gagné les trois matchs où ils avaient leur survie à l’enjeu. Ils ont signé deux victoires au deuxième tour contre les Canucks et une victoire en finale contre les Panthers. Ils auront besoin de trois autres victoires pour atteindre leur objectif.

La montagne à gravir

Il y a le futur avec le concept des huit prochains jours. Mais il y a aussi le présent. Encerclé par une dizaine de micros dans une pièce adjacente au vestiaire de l’équipe adverse, Leon Draisaitl a gardé les deux yeux sur le moment présent.

« Nous prenons ça un jour à la fois, un match à la fois, a rappelé l’Allemand. C’est tout ce que nous pouvons faire. Si nous regardons le sommet de la montagne en ce moment, nous trouverons que la pente est trop abrupte. Mais quand tu y vas un jour à la fois, c’est mieux. C’est notre but, c’est notre objectif. »

FLA@EDM: Henrique redirige la passe de Janmark

Dans un coin du vestiaire à Sunrise, Brett Kulak partageait les propos de son coéquipier.

« C’est un cliché, mais c’est notre réalité, a dit le défenseur des Oilers. Notre meilleure chance de gravir cette montagne consiste à y aller un pas à la fois. C’est plus facile à dire qu’à faire. Nous avons un long chemin à parcourir, mais nous n’arrêterons pas d’y croire. Nous avons gagné un premier match. C’était bon pour notre confiance. Si nous pouvons les battre encore lors du cinquième match, nous prolongerions la série à Edmonton devant nos partisans. Les Panthers pourraient devenir un peu plus nerveux. »

Skinner plus dominant plus la série avance

Les Oilers ont triomphé des Panthers 8-1 samedi soir à Edmonton. Ils ont débloqué dans pratiquement tous les aspects. Connor McDavid a récolté quatre points, Draisaitl a obtenu deux passes, Dylan Holloway a marqué deux buts, les acteurs de l’ombre ont noirci la feuille de pointage avec Mattias Janmark, Ryan McLeod et Adam Henrique, et l’avantage numérique a contribué avec un but à cinq contre trois. Même Darnell Nurse a participé à la fête avec un but.

« C’était un match où tout roulait pour nous, mais nous aurons encore besoin du travail de nos 20 joueurs, a dit Kulak. Tu ne gagnes pas avec juste un joueur ou deux dans cette ligue. Il faut reprendre la même formule même si les Panthers voudront rebondir. »

Dans les aspects qui donnent confiance aux Oilers, il y a aussi le jeu de Skinner. Depuis le début des séries, l’Albertain est toujours meilleur dans les derniers matchs d’une série.

On peut analyser les trois premiers tours :

Fiche
Moyenne
Pourcentage d'arrêts
Trois derniers matchs contre les Kings
3-0

1,34

,951
Deux derniers matchs contre les Canucks
2-0
1,50
,906
Trois derniers matchs contre les Stars
3-0
1,33
,947

Skinner avait une explication à ce sujet.

« J’ai surmonté plusieurs obstacles dans ma carrière et elles m’ont permis de découvrir qui j’étais, a noté le moustachu gardien. Quand j’ai perdu mon filet contre les Canucks (pour les matchs 4 et 5), j’étais furieux. J’ai profité de ce temps pour faire le vide et travailler sur mon jeu lors des entraînements.

« Je veux être l’homme de confiance. Ça me motive. Je n’arrêterai jamais de me battre. »