Skip to main content

Boucher : Un jeune défenseur québécois de retour sur le radar

Notre chroniqueur Philippe Boucher nous parle du défi auquel Samuel Morin est confronté chez les Flyers après avoir souvent été blessé ces dernières années

par Philippe Boucher @Booboo4343 / Chroniqueur LNH.com

Philippe Boucher a disputé 17 saisons dans la LNH récoltant 94 buts et 300 points en 748 matchs. Le défenseur natif de Saint-Apollinaire a notamment connu deux saisons de 40 points et plus. Il a participé au Match des étoiles en 2007, en plus de soulever la Coupe Stanley avec les Penguins de Pittsburgh à sa dernière saison dans la LNH en 2009. Choix de première ronde (13e au total) des Sabres de Buffalo en 1991, il a successivement porté les couleurs des Sabres, des Kings de Los Angeles, des Stars de Dallas et des Penguins. Au terme de sa carrière de joueur, il a occupé des postes de direction chez l'Océanic de Rimouski, les Remparts de Québec et les Voltigeurs de Drummondville dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Philippe a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com afin de traiter de divers sujets de l'actualité du hockey.

Il y a un jeune défenseur québécois qui est de retour aux portes de la LNH après avoir vu sa progression être freinée par les blessures au cours des deux dernières saisons. Je parle ici de Samuel Morin des Flyers de Philadelphie.

J'admets que j'ai un attachement particulier pour le jeune homme qui a joué son hockey mineur dans Bellechasse, qui est proche de ma région natale. 

À LIRE AUSSI : Boucher : Un défenseur champion marqueur dans la LNH?Boucher : L'encadrement fait toute la différence

Je le connais depuis environ l'âge de six ans et j'apprécie grandement sa famille. Elle a été impliquée dans le tournoi de golf que j'organise pendant plusieurs années. 

Je me suis évidemment toujours intéressé à son parcours de joueur. Je l'ai même influencé à mon arrivée comme directeur général de l'Océanic de Rimouski en le repêchant en 2011.

D'avoir d'ailleurs pu participer à son développement dans les rangs juniors et de l'avoir vu être réclamé au premier tour par les Flyers en 2013 - 11e au total - représentent une grande source de fierté pour moi. C'est une de mes plus belles expériences dans le hockey junior, même si Samuel est malheureusement venu me hanter en 2015 en gagnant la Coupe du Président dans la LHJMQ avec l'Océanic contre les Remparts de Québec, que je dirigeais.

Samuel a connu deux premières saisons prometteuses dans la Ligue américaine de hockey (LAH), mais il a par la suite vu la malchance s'acharner sur lui. Il a été blessé plus souvent qu'à son tour et il n'a joué que 24 matchs au total au cours des deux dernières saisons, dont sept avec les Flyers. Il a manqué presque toute la saison dernière en raison d'une opération à un genou. C'était à se demander, avant le camp cette année, s'il faisait encore partie des plans d'avenir de l'organisation, surtout avec l'arrivée d'un nouveau personnel d'entraîneurs.

On a eu la réponse à la fin du camp, quand les Flyers ont décidé de l'inclure dans leur formation des 23 joueurs comme septième défenseur. On ne l'a utilisé que dans un match avant de se résoudre à le céder à l'équipe-école de la Ligue américaine à des fins de remise en forme, jeudi. C'est une excellente chose, il sera de retour dans deux semaines.

C'est une saison cruciale pour Samuel à l'âge de 24 ans. Ce qui est positif dans tout ça, c'est qu'il est de retour sur le radar des Flyers. Il lui reste à faire sa place. Il est à une blessure d'avoir sa chance et il devra être prêt à la saisir quand elle se présentera. Le connaissant, il sera prêt. Il ne se laisse pas abattre celui-là, c'est un acharné.

Il n'abandonnera pas après avoir mis tant d'efforts. Il réalise qu'il arrive à la croisée des chemins.

Sa situation me ramène en arrière, à la saison 1998-99. Je suis âgé de 25 ans et j'évolue avec les Kings de Los Angeles depuis quelques saisons. J'ai de la difficulté à gagner la confiance de l'entraîneur Larry Robinson, qui me laisse de côté. Je fais tout en mon possible afin de rester prêt. Après une douzaine de matchs de suite sans jouer, on me donne finalement un match et je saisis ma chance. J'amasse une passe, j'ai une fiche en défense de plus-2, en plus de m'être battu deux fois, malgré la défaite de l'équipe. Au match suivant, c'était retour à la case départ pour moi sur la tribune de presse. J'ai dû patienter pendant plusieurs autres matchs avant d'être enfin utilisé sur une base régulière.

L'important dans ce temps-là, c'est de rester concentré sur la tâche à accomplir et de mettre l'énergie et les efforts nécessaires afin d'être prêt pour quand l'occasion se présentera.

Samuel revient de loin et il doit se montrer patient face à la situation. Il se verra sans doute offrir une chance bientôt. Les équipes investissent beaucoup de temps et d'argent avec leurs choix de première ronde. Ils vont aller jusqu'au bout avec lui. Il possède un beau potentiel. C'est un défenseur à caractère défensif et, même si la mode est aux défenseurs rapides et habiles, des défenseurs de son style ont encore leur place.

On n'a pas besoin d'aller bien loin. Prenez les Blues de St. Louis : ils ont gagné la Coupe Stanley cette année en ayant plusieurs gros défenseurs dans leurs rangs - des Colton Parayko, Joel Edmundson, Jay Bouwmeester et Robert Bortuzzo.
Samuel doit se dire qu'il s'approche de l'objectif et que, malgré un parcours difficile ces dernières années, il est là, avec le club de la LNH.

* Propos recueillis par Robert Laflamme, journaliste principal LNH.com

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.