Skip to main content

Wilson apporte la Coupe Stanley dans sa ville natale de Toronto

L'attaquant des Capitals a passé la journée avec sa famille et il a vu la bannière en son honneur installée dans l'aréna de son enfance

par Mike Zeisberger @zeisberger / Journaliste NHL.com

TORONTO - Tom Wilson a commencé à retenir ses larmes au moment où il a vu sa photo sur une immense bannière au North Toronto Memorial Arena, dimanche.

Comme Eric Lindros, qui a reçu l'honneur après avoir été intronisé au Temple de la renommée du hockey en 2016, l'attaquant des Capitals de Washington est un ancien de l'association de hockey North Toronto.

Maintenant, à la droite de l'image de Lindros, il y a une bannière qui rend hommage à Wilson. On le voit soulever la Coupe Stanley avec les mots : « Tom Wilson l'a apportée à la maison en 2018 ». 

À LIRE : Holtby apporte la Coupe Stanley en Saskatchewan | Mise à jour 2018-19 : Capitals de Washington | Wilson s'entend pour six ans avec les Capitals

C'est exactement ce qu'a fait Wilson durant sa journée avec la Coupe. Il l'a apportée à l'aréna qui a été son deuxième domicile pendant tellement d'années.

Tweet from @Capitals: North Toronto Arena where it all started @tom_wilso #ALLCAPS #StanleyCup pic.twitter.com/FE1pMFXpyP

« C'était vraiment ça, a déclaré Wilson. Je n'avais pas le choix de l'apporter ici. Quand je pensais à ce que serait mon moment avec la Coupe, ç'a toujours été mon choix. J'ai passé tellement de temps ici en grandissant. C'est ici que mon rêve de hockeyeur a commencé. »

« C'est vraiment spécial de voir ma photo à côté de celle d'Eric Lindros. »

Tweet from @Capitals: Hometown boys #ALLCAPS pic.twitter.com/QVqH6HN8OZ

Le North Toronto Memorial Arena aura toujours une place spéciale dans le cœur de Wilson et de sa famille. Son père, Keven, a dirigé des équipes là-bas. Sa mère, Neville, a fait de même. Ses frères, Peter et James, jouent encore là-bas de temps à autre.

« C'est un bon jeune homme qui vient d'une bonne famille », a mentionné Eric Anweiler, le gérant de l'aréna. « Il était l'un de ces enfants qui avaient l'habitude de jouer au hockey dans les corridors ici, et qui faisaient parfois des dommages. Je devais toujours leur dire d'arrêter, leur confisquer les bâtons et les balles et leur demander de retourner au vestiaire. »

« Tom aime encore raconter cette histoire aujourd'hui. »

Wilson, âgé de 24 ans, avoue qu'il rêvait de gagner la Coupe durant ces parties de mini-hockey. Son rêve est devenu réalité quand les Capitals ont vaincu les Golden Knights de Vegas 4-3 dans le match no 5 de la Finale de la Coupe Stanley, le 7 juin.

Après la victoire, Wilson, natif de Toronto, a juré qu'il apporterait la Coupe dans sa ville natale et il a tenu parole, au grand plaisir de centaines d'enfants venus participer aux festivités.

Jake Avery, le grand-père de Wilson qui porte le chandail no 43 des Capitals avec le nom « GRAMPIE » inscrit au dos, était sur la glace lors des célébrations des Capitals au T-Mobile Arena de Las Vegas il y a deux mois.

Comme son petit-fils, Jake était envahi par les émotions dimanche.

« Ça m'a grandement touché quand je suis arrivé à l'aréna et que j'ai vu la Coupe et tous ces enfants en ligne pour entrer », a dit Jake. Ça m'a rappelé ce qu'il a accompli. Je me rappelle lorsque Tom était l'un de ces enfants. »

La majorité de ces enfants évoluent dans l'association de hockey North Toronto et ils ont eu la chance d'obtenir l'autographe de Wilson, de poser avec la Coupe et de poser des questions à Wilson lors d'une séance de questions-réponses.

Tout le monde a ri un bon coup quand l'un des enfants a demandé à Wilson pourquoi il aimait autant se battre. « Je n'ai jamais laissé tomber les gants ici, a-t-il répondu. Et vous devriez faire de même. »

Charles Ujimoto, âgé de 7 ans, voulait savoir combien de minutes de punition Wilson a accumulées durant sa carrière dans la LNH. Wilson a dit que c'était un peu plus de 600. Le vrai chiffre est 806.

Le maire de Toronto John Tory, âgé de 64 ans, rêvait de remporter la Coupe lorsqu'il était un jeune garçon et qu'il jouait pour North Toronto. Ça n'est jamais arrivé.

« Bien sûr, je suis jaloux de Tom, car il y est parvenu », a dit Tory en riant.

Tory, qui portait un chandail de North Toronto, a participé aux festivités pour rendre hommage à l'exploit de Wilson.

« Évidemment, je préférerais que la Coupe soit ici parce que les Maple Leafs de Toronto l'ont gagnée, mais ça va arriver dans un futur rapproché, a dit Tory. J'adore le fait qu'un gars de la place ait apporté la Coupe ici. Nous soutenons les gens de Toronto qui ont du succès. »

« C'est tellement un bon jeune homme. Le fait qu'il amasse de l'argent pour l'Hôpital pour enfants malades en dit long sur la personne qu'il est. »

À part Wilson et la Coupe, la vedette de la journée a été Brock Chessell, un survivant du cancer de 12 ans, qui a été traité à l'Hôpital pour enfants malades de Toronto. Seize mois après avoir reçu un diagnostic de cancer du foie de niveau 4, Chessell a recommencé à jouer au hockey au niveau AAA après avoir subi une transplantation.

« À l'hôpital, pendant mes traitements, je restais éveillé toute la soirée pour regarder les matchs des Capitals », a raconté Chessell à la foule. « Chaque fois qu'ils marquaient, j'étais excité. C'était génial. »

« C'est tellement inspirant », a affirmé Wilson.

Avant l'événement, Wilson a commencé sa journée au domicile familial de Toronto en mangeant des céréales Lucky Charms dans le trophée.

La Coupe s'est ensuite arrêtée au St. Mike's Arena, où Tom s'est rendu dans la salle d'entraînement pour faire des exercices de musculation avec le trophée de 35,25 pouces et 34,5 livres, avant de se diriger vers le North Toronto Memorial Arena.
Wilson a conclu la journée en se rendant au bord de l'eau, au centre-ville de Toronto, où il a soulevé la Coupe devant les gratte-ciels de la ville, incluant la tour du CN.

Tweet from @Capitals: Champion press 🏆 @tom_wilso #ALLCAPS #StanleyCup pic.twitter.com/OvYbAt0cLG

Depuis qu'il a gagné la Coupe, Wilson vit un tourbillon d'émotions. Son grand-père a eu 90 ans. Son frère Peter s'est marié. Et il a signé un contrat de six ans d'une valeur de 31 millions de dollars, le 27 juillet, après avoir obtenu 15 points (cinq buts, 10 passes) en 21 matchs éliminatoires pour aider Washington à gagner son premier championnat en 43 saisons d'histoire.

« Voilà qui conclut tout ça en beauté, a dit Wilson. C'est tellement spécial. »

« Je ne l'oublierai jamais. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.