Skip to main content

Poolers : Cinq recrues sous le radar

Derrière les Hughes, Kakko et Makar, plusieurs joueurs de première année pourraient surprendre les poolers

par Hugues Marcil @HuguesMarcil / Pupitreur LNH.com

Alors que tous les yeux seront rivés sur les Jack Hughes, Kaapo Kakko et Cale Makar, d'autres recrues vont inévitablement sortir de l'ombre et éveiller l'intérêt des poolers dans les prochains mois.

On l'a vu la saison dernière, alors que des joueurs comme Andreas Johnsson (43 points), Colin White (41) et Jordan Binnington (24 victoires) se sont fait un nom auprès des poolers, même si ces derniers avaient misé en majorité sur des talents prometteurs comme Elias Pettersson, Rasmus Dahlin et Brady Tkachuk au repêchage.

À LIRE AUSSI : La tasse de café LNH : Spécial poolersPoolers : 10 joueurs qui pourraient éclorePoolers : Les erreurs à éviter lors de votre repêchage

L'impact d'une recrue peut être très important pour les poolers, surtout dans les ligues à long terme et à masse salariale. Ces joueurs de première année peuvent souvent amasser de précieux points pour une fraction du salaire d'un joueur établi et conférer un avantage aux poolers qui les auront sélectionnés à la place d'un joueur vieillissant dont la production est sur le déclin. Dans certains cas, une recrue peut s'avérer une bonne monnaie d'échange pour un pooler en voie de gagner son pool et qui veut mettre la main sur un joueur plus âgé et plus productif.

Voici cinq recrues sous le radar que les poolers devront garder à l'œil cette saison :

Drake Batherson, Sénateurs d'Ottawa (AD)

Les joueurs des Sénateurs ne seront pas les plus populaires auprès des poolers, mais Ottawa ne se fera pas blanchir pendant 82 matchs et il faudra bien que quelqu'un inscrive des buts. Ils pourraient bien provenir du bâton de Batherson. À sa première saison chez les professionnels, l'attaquant de 21 ans a été le meilleur marqueur de Belleville dans la Ligue américaine de hockey (LAH) avec 62 points et il a très bien fait lors d'un court passage dans la LNH, amassant près d'un demi-point par rencontre (3-6-9, 20 MJ). Les Sénateurs n'ont pratiquement pas de profondeur à l'aile droite, ce qui pourrait le propulser sur le premier trio aux côtés de Tkachuk et de White et sur la première unité d'avantage numérique. Une récolte d'environ 40 points, dont une quinzaine sur le jeu de puissance, est tout à fait possible. La saison dernière avec Belleville, Batherson a obtenu 22 de ses points avec l'avantage d'un homme.

Video: NYR@OTT: Batherson redirige la passe de Duchene

Elvis Merzlikins, Blue Jackets de Columbus (G)

Les gardiens recrues s'imposent souvent en milieu de saison en raison d'une blessure ou de performances décevantes d'un partant, mais la situation devrait être différente avec Merzlikins. D'abord, le portier letton est âgé de 25 ans et il a été dominant dans la Ligue nationale A, en Suisse, au cours des six dernières saisons. Mais surtout, le départ de Sergei Bobrovsky a créé un trou béant devant le filet des Blue Jackets, qui pourraient se tourner vers lui comme partant dès le début de la saison. La compétition ne sera pas très relevée avec Joonas Korpisalo, qui n'a jamais été en mesure de s'imposer comme un gardien efficace. Merzlikins, lui, a bien fait sur la scène internationale au Championnat du monde 2019 de la FIHG, conservant un pourcentage de ,914 derrière une équipe bien moins talentueuse que la moyenne. Son acquisition demeure un risque pour les poolers, car Columbus a perdu énormément de munitions au cours de la saison morte, mais l'équipe mise tout de même sur l'une des bonnes défensives de la LNH. Le plateau des 25 victoires est à la portée de Merzlikins, qui pourrait également afficher de bonnes statistiques périphériques.

Nikolay Prokhorkin, Kings de Los Angeles (AG)

Les Kings ont désespérément besoin de marquer des buts et ils ont peut-être trouvé une partie de la solution avec Prokhorkin. Choix de quatrième ronde (121e au total) des Kings au Repêchage 2012 de la LNH, il vient d'amasser 41 points en autant de rencontres dans la Ligue continentale de hockey (KHL). Le top-6 ne sera pas difficile à percer à Los Angeles et Prokhorkin pourrait même obtenir beaucoup de temps de jeu en avantage numérique. En plus, il a côtoyé l'attaquant Ilya Kovalchuk avec Saint-Pétersbourg en 2016-17 et 2017-18, ce qui pourrait inciter le nouvel entraîneur Todd McLellan à jumeler les deux compatriotes russes, d'autant plus que Kovalchuk cherche à se relancer. Prokhorkin aura 26 ans le 17 septembre et il entre dans les plus belles années de sa carrière. Le plateau des 40 points est à sa portée.

Vitali Kravtsov, Rangers de New York (AD)

L'attaquant de 19 ans évoluera dans l'ombre de Kakko, mais son potentiel est énorme. La reconstruction entamée par les Rangers devrait lui permettre de se tailler un poste au sein de la formation partante. Il n'est d'ailleurs pas impossible qu'il ait sa place sur le top-6 et en avantage numérique, surtout si les Rangers décident d'échanger l'attaquant Chris Kreider, qui pourrait devenir joueur autonome sans compensation à la fin de la saison et dont l'avenir à New York est incertain. Contre des hommes la saison dernière, Kravtsov a été le meneur chez les joueurs de moins de 20 ans de la KHL au chapitre des buts (huit), des passes (13) et des points (21), un exploit qu'un certain Artemi Panarin, son coéquipier chez les Rangers, a déjà réalisé. Si les astres s'alignent, il pourrait obtenir autour de 35 points. Chose certaine, il est déjà un incontournable des ligues à long terme.

Victor Olofsson, Sabres de Buffalo (AG)

Olofsson est un espoir méconnu des poolers parce qu'il est un modeste choix de septième ronde (181e au total) des Sabres au Repêchage 2014 et qu'il a passé cinq saisons en Europe avant l'année dernière, mais son potentiel ne fait aucun doute. À sa première saison en Amérique du Nord dans la LAH, Olofsson a été le meilleur marqueur de Rochester avec une récolte de 63 points, dont 30 buts. Ses performances lui ont valu un court rappel avec les Sabres, et il a impressionné en étant jumelé avec le joueur de centre Jack Eichel, amassant quatre points en six rencontres et décochant en moyenne plus de trois tirs au but par rencontre. Dès cette saison, il pourrait occuper un rôle prépondérant au sein d'une offensive qui manque cruellement de profondeur, et on pourrait décider de le jumeler aux gros canons. L'attaquant de 24 ans est un petit poison sur le jeu de puissance, comme en témoignent ses neuf buts et 24 points avec l'avantage d'un homme dans la LAH la saison dernière.

Video: OTT@BUF: Olofsson déjoue Daccord en A.N.

Mentions honorables : Sam Steel (C), Adam Fox (D), Dante Fabbro (D)

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.