Skip to main content

Transition à prévoir pour Nick Suzuki

Le jeune attaquant des Canadiens jouera à l'aile droite et au centre lors du Tournoi des recrues, cette fin de semaine

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

BROSSARD - On commençait à s'en douter un peu étant donné la congestion à prévoir au poste de centre chez les Canadiens, mais Nick Suzuki amorcera une transition à l'aile droite cette fin de semaine lors du Tournoi des recrues.

Les 27 espoirs qui participent au camp des recrues du Tricolore se mesureront à ceux des Jets et des Sénateurs à compter de samedi à Belleville, en Ontario.

« Joël [Bouchard] a parlé à Claude [Julien] et il m'a dit que j'allais jouer à l'aile droite et au centre pour m'habituer aux deux positions en vue du camp d'entraînement de l'équipe, a expliqué Suzuki. Je veux être à l'aise aux deux positions.

« Je crois que je me débrouille bien dans les deux cas. Peu importe ce que l'organisation décidera, ça ne me dérange pas. J'ai grandi en jouant au centre, mais j'ai aussi évolué à l'aile pendant mes années junior. »

À LIRE : Poehling, l'homme à suivre | Un masque à l'image de Montréal pour Kinkaid

Avec la sélection de Jesperi Kotkaniemi au troisième échelon du repêchage de 2018, l'émergence de Phillip Danault et l'aisance qu'affiche Ryan Poehling au centre, disons que les options se font de plus en plus minces pour Suzuki, qui a été acquis des Golden Knights de Vegas en septembre dernier dans l'échange de Max Pacioretty.

Surtout qu'il est un joueur offensif, qui a bien plus de chances d'exploiter tout son talent s'il est utilisé sur les deux premiers trios de l'équipe. À ce chapitre, il aura fort à faire pour se frayer un chemin jusque dans la LNH dès cette année puisqu'il y a du trafic devant - même à l'aile droite.

Brendan Gallagher, Paul Byron et Joel Armia occupent tous cette position, et il n'est pas exclu que Max Domi soit utilisé à l'aile si l'organisation décide de faire de la place pour Poehling au centre d'un des trois premiers trios.

Malgré cette situation difficile, Suzuki garde les yeux rivés sur l'objectif.

« C'est difficile de ne pas penser à un poste avec les Canadiens, a-t-il mentionné. Le futur de cette équipe emballe plusieurs personnes et je mentirais si je disais que je ne m'imaginais pas avec l'équipe.

« Je dois prouver que je peux être responsable dans les trois zones. Je sais qu'il y a un préjugé envers les jeunes joueurs qui produisent offensivement, mais je pense que j'ai toujours été responsable. Je veux démontrer ça et rivaliser dans les batailles pour la rondelle. »

L'aide de Doughty

Plus gros - il pèse maintenant plus de 200 livres - et plus confiant grâce à la saison morte qu'il vient de connaître, Suzuki peut désormais compter sur le soutien du défenseur des Kings de Los Angeles Drew Doughty, avec qui il s'est entraîné au cours de l'été.

« J'ai cherché à atteindre un autre niveau dans mon entraînement estival, a-t-il mentionné. J'ai passé beaucoup de temps à perfectionner mon art. J'ai joué quelques matchs avec Drew, il m'a parlé de la vie dans la LNH.

« Il m'a juste rappelé que je reste un jeune joueur et que je devrai mériter mon poste tous les jours. À mon arrivée au camp, je n'aurai pas de poste, je devrai faire ma place. J'aurai comme objectif de démontrer que je peux jouer dans la LNH. Drew l'a fait à un très jeune âge à Los Angeles. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.