Skip to main content

Les Sénateurs ne perdront pas le sommeil

L'entraîneur Guy Boucher n'accorde pas d'importance à l'issue décevante de la série de trois matchs en 12 jours face aux Canadiens

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL - La fameuse série de trois matchs en 12 jours entre les Canadiens de Montréal et les Sénateurs d'Ottawa a fait couler beaucoup d'encre dans les dernières semaines, mais ce n'est pas parce qu'elle a été balayée que la troupe de Guy Boucher en sort démoralisée.

En fait, c'est à peine si le pilote québécois accordait de l'importance à l'issue de cette confrontation entre rivaux de section, même si le CH a désormais une avance de sept points au classement.

« On ne parle pas de course aux éliminatoires de notre côté, on parle de développement, a expliqué Boucher. On est en reconstruction, on suit notre propre cours. On ne court après personne. Après chaque match, nous faisons une remise en question pour déterminer ce que nous devons améliorer.

À LIRE AUSSI : Les Canadiens se sont fâchés de la bonne façonLe CH complète la passe de trois

« Après le deuxième match contre les Canadiens, nous étions supposément démoralisés. Nous avons pourtant enchaîné avec quatre bons matchs (avant celui de ce soir). »

La formation ottavienne a bien amorcé ce dernier affrontement, prenant même les devants 2-1 avant le milieu de la deuxième période, mais les choses ont rapidement déboulé en troisième période.

Les Sénateurs n'ont d'ailleurs décoché que 10 tirs - dont trois dans les deux dernières minutes du match - au cours des deux derniers engagements après en avoir enregistré huit en première. La fatigue causée par un deuxième match en autant de soirs leur aura aussi été fatale.

« On dirait que la fatigue a joué un rôle », a déclaré le gardien Mike McKenna, auteur de 42 arrêts, qui a brillamment tenu le fort jusqu'à ce que le barrage cède en troisième.

« La fatigue n'est jamais une excuse dans cette ligue, mais ç'a été un voyage de trois matchs éprouvant. Nous avons dû tout laisser sur la patinoire pour la majorité des matchs. Nous serions naïfs de croire que ça ne nous a pas affectés. Mais nous devons trouver un moyen de les gagner. »

Video: OTT@MTL: McKenna frustre Petry puis Gallagher

L'entraîneur, lui, n'a pas hésité à faire remarquer que sa troupe était à bout de souffle. Elle doit notamment se débrouiller sans les services de l'attaquant Matt Duchene, qui était le meilleur marqueur de l'équipe avant de se blesser face au Tricolore, jeudi dernier.

Il a aussi rendu à César ce qui lui revenait en vantant les mérites de la formation montréalaise au chapitre de la vitesse et de son rythme de jeu. Cette rapidité jumelée à la fatigue des Sénateurs a fait en sorte que sa troupe aurait eu besoin de quelques bonds chanceux pour réussir à arracher au moins un point, samedi.

« En deuxième, je le savais tout de suite : je voyais notre vitesse et notre endurance diminuer, a élaboré Boucher. La leur était soutenue puisqu'ils avaient des jambes fraîches. J'espérais que nous en marquions un troisième avant la fin de la deuxième parce que je savais que ce serait difficile en troisième.

« Je les connais nos joueurs. Quand ils arrivent au banc avec le visage rouge comme une tomate, je sais que je ne suis pas capable de les renvoyer dans la mêlée tout de suite. Il aurait fallu une plus grande avance que celle-là. La vérité, c'est que je ne peux pas en demander plus que ce qu'ils peuvent nous donner. »

Le retour de la rivalité

Si elle s'était légèrement atténuée depuis qu'ils ont croisé le fer dans les séries en 2013 et en 2015, la rivalité entre les deux équipes a été réanimée le temps de ces trois matchs. Et elle compte maintenant sur un nouvel acteur important, soit Brady Tkachuk - le quatrième choix du dernier repêchage.

Le hargneux attaquant a récolté une aide, samedi, mais il a surtout été au cœur de plusieurs altercations avec Brendan Gallagher tout au long de la rencontre. Le jeune de 19 ans ne s'en laisse pas imposer et on est probablement loin d'avoir assisté aux dernières discussions animées entre les deux pestes.

« C'est comme ça que Gallagher joue, a fait valoir Tkachuk. Il sort fort chaque soir, peu importe si c'est une équipe rivale ou pas. Je joue aussi de cette manière. Quand ce sont de gros matchs, je veux établir ma présence et rivaliser sur l'aspect physique. »

La série de quatre rencontres entre les Sénateurs et les Canadiens étant maintenant terminée, il faudra vraisemblablement attendre à la saison prochaine avant de voir la suite.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.