Skip to main content

Gagné : Doigté et discernement avec les jeunes joueurs

Notre chroniqueur Simon Gagné met un bémol dans les situations de jeunes de 18 ans qui se démarquent dans les matchs préparatoires

par Simon Gagné / Chroniqueur LNH.com

Simon Gagné a disputé 14 saisons dans la LNH et il a réussi 291 buts et totalisé 601 points en 822 matchs, connaissant notamment deux saisons de 40 buts et plus. Il a remporté la Coupe Stanley dans l'uniforme des Kings de Los Angeles en 2012. Sur la scène internationale avec le Canada, il a savouré la conquête de la médaille d'or aux Jeux olympiques de 2002 à Salt Lake City et la conquête de la Coupe du monde en 2004. L'attaquant sélectionné au 22e rang du repêchage 1998, il a successivement porté les couleurs des Flyers de Philadelphie, du Lightning de Tampa Bay, des Kings de Los Angeles et des Bruins de Boston. Simon a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com chaque semaine afin de discuter de l'actualité de la LNH.

C'est le genre de problèmes que des équipes désirent avoir, mais elles doivent agir avec beaucoup de doigté et de discernement quand arrive le temps de décider que faire avec des jeunes de 18 ans qui s'illustrent au camp d'entraînement.

C'est du cas par cas, mais dans la grande majorité des cas j'estime qu'il est préférable de résister à la tentation d'amener des jeunots trop tôt dans la LNH.

Ce ne sont pas tous des Patrice Bergeron qui créent la surprise comme il l'a fait après avoir été un choix de deuxième tour (no 45) des Bruins de Boston en 2003.

À LIRE AUSSI : Lepage : La patience est de mise avec Kotkaniemi | Gagné : Julien BriseBois, un « bollé » du hockey | Boucher : La réalité des vétérans qu'on pousse vers la retraite

La LNH a beaucoup changé depuis une dizaine d'années, il est vrai. Le jeu est davantage basé sur la vitesse, moins sur la robustesse. Dans mon temps, il y avait en masse d'armoires à glace, des défenseurs qui mesuraient 6 pieds 3 pouces et qui pesaient 220 livres. Maintenant, c'est différent et le jeu est moins physique.

Il reste qu'il faut vraiment être un joueur exceptionnel pour faire le saut dans la LNH à l'âge de 18 ans. Un joueur de concession de la trempe des Connor McDavid, Auston Matthews ou Rasmus Dahlin, qui a été le tout premier choix au repêchage de juin.

Je ne dis pas que Jesperi Kotkaniemi des Canadiens de Montréal, qui a été le troisième espoir réclamé cette année, n'est pas un joueur de concession, mais il n'est pas du calibre des Vincent Lecavalier, Patrick Kane ou Sidney Crosby.

Kotkaniemi impressionne dans les matchs préparatoires, on voit qu'il est talentueux et ça va bien pour lui, mais laissez-moi vous dire que le hockey qui se joue dans le calendrier présaison, avec des moitiés d'équipe de la LNH, n'a rien à voir avec le hockey de la saison régulière.

Video: NJD@MTL: Kotkaniemi fait mouche à ses débuts

Je me rappelle de m'être dit après mon premier match hors-concours que ce n'était pas si pire que ça. J'avais vite déchanté par après. Les vétérans ne se donnent pas à 100 pour cent dans les matchs préparatoires. Ce n'est pas le vrai hockey de la LNH, croyez-moi.

La question est de savoir si Kotkaniemi est mûr physiquement à jouer contre des hommes. Il vient tout juste d'avoir 18 ans.

La maturité physique doit la plupart du temps être le principal facteur dans la prise de décision des équipes.

Le cas qui me vient à l'esprit et que j'ai vécu de proche chez les Bruins, c'est celui de David Pastrnak. J'étais au camp de l'équipe à ses 18 ans et on voyait qu'il possédait un talent extraordinaire, mais il n'était vraiment pas gros. Il s'était blessé à une épaule pendant le camp, on ne souhaite pas voir ça. Il avait finalement joué dans la Ligue américaine de hockey (LAH) à son retour au jeu, avant de terminer la saison avec les Bruins. 

Je ne veux pas dire que Kotkaniemi n'est pas prêt à jouer dans la LNH, mais c'est clair qu'il doit ajouter du muscle à sa charpente.

La meilleure chose à faire pour les Canadiens serait de poursuivre l'essai avec lui au début de la saison régulière. Ils ont la possibilité de le garder pour neuf matchs. Ils doivent l'évaluer dans le contexte de véritables matchs de la LNH. Je lui ferais jouer ses neuf matchs. Ça ne coûte rien de le faire et le CH peut se le permettre.

Ça donnerait un mois additionnel pour se forger une opinion plus précise sur les capacités du jeune, qui serait confronté à la vraie compétition et au rythme de vie des hockeyeurs professionnels en Amérique du Nord. Après un mois de voyagement, on verrait s'il s'essoufflerait.

Les Canadiens ont également la possibilité de le garder dans leur giron pour la saison, avec le Rocket de Laval dans la LAH. Ça leur permettrait de voir à son développement sur une base quotidienne. Au pire, Kotkaniemi retourne jouer contre des hommes en Finlande sur une plus grande surface de jeu et dans un style moins physique, mais ce ne serait pas grave. Une année peut faire toute la différence. 

Prenez mon cas. À l'âge de 18 ans, quelques mois après avoir été le premier choix des Flyers de Philadelphie en 1998, on ne m'avait même pas permis de participer à un match hors-concours. La philosophie des Flyers à l'époque était que les plus récents choix de repêchage, même les choix de premier tour, n'étaient pas prêts à faire le saut. On les retournait systématiquement à leur équipe junior respective au terme du camp des recrues.

J'avais été très déçu sur le coup. Je voyais des amis et d'autres choix de premier tour rester longtemps avec leur équipe et moi j'étais de retour avec les Remparts de Québec. J'étais désappointé, mais je regarde ça aujourd'hui et je n'aurais pas été outillé pour faire ma place. Je l'ai réalisé l'année suivante. J'étais plus prêt et confiant à l'âge de 19 ans. Avec le recul, c'était la meilleure chose qui pouvait m'arriver.

*Propos recueillis par Robert Laflamme, journaliste principal LNH.com

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.