Skip to main content

Gagné: Julien BriseBois, un « bollé » du hockey

Notre chroniqueur Simon Gagné affirme qu'il n'a pas été tant surpris que Steve Yzerman lui cède sa place comme directeur général du Lightning

par Simon Gagné / Chroniqueur LNH.com

Simon Gagné a disputé 14 saisons dans la LNH et il a réussi 291 buts et totalisé 601 points en 822 matchs, connaissant notamment deux saisons de 40 buts et plus. Il a remporté la Coupe Stanley dans l'uniforme des Kings de Los Angeles en 2012. Sur la scène internationale avec le Canada, il a savouré la conquête de la médaille d'or aux Jeux olympiques de 2002 à Salt Lake City et la conquête de la Coupe du monde en 2004. L'attaquant sélectionné au 22e rang du repêchage 1998, il a successivement porté les couleurs des Flyers de Philadelphie, du Lightning de Tampa Bay, des Kings de Los Angeles et des Bruins de Boston. Simon a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com chaque semaine afin de discuter de l'actualité de la LNH.

Ils sont peu nombreux les directeurs généraux francophones dans la LNH. Quand il y en a un qui accède au poste, c'est digne de mention. Je suis bien content pour Julien BriseBois qui a été promu DG du Lightning de Tampa Bay, la semaine dernière. Il remplace celui qui l'avait emmené dans l'organisation, Steve Yzerman, qui a décidé de céder sa place.

BriseBois est de la nouvelle génération des jeunes directeurs généraux qui arrivent dans la LNH, les « bollés » du hockey comme je les appelle, parce qu'ils maîtrisent l'art des chiffres et des statistiques. 

J'ai connu Julien à son arrivée chez le Lightning pour la saison 2010-11, au cours de la saison que j'ai passée avec l'équipe. Déjà, on voyait que c'était toute une tête de hockey, une personne très brillante.

Yzerman avait remarqué ses grandes compétences et il lui a rapidement fait confiance. Son principal dossier était de gérer l'équipe-école de la Ligue américaine de hockey (LAH).

C'est avec lui que j'avais entamé les pourparlers en vue de resigner avec le Lightning. Les discussions se passaient entre lui, mon agent et moi.

C'est sûr qu'il devait être convoité après avoir acquis beaucoup d'expérience d'abord chez les Canadiens de Montréal et ensuite aux côtés d'Yzerman. Je n'ai pas réellement été surpris qu'Yzerman lui ait cédé son poste parce que je pense que le Lightning était destiné à perdre BriseBois.

À LIRE : BriseBois a fait ses classes en route vers le poste de DG | Plus de questions que de réponses chez le Lightning

J'estime qu'Yzerman a pris une bonne décision. Depuis qu'il a pris sa retraite comme joueur, il gravite dans le hockey. Il n'a jamais arrêté. Ça use à la longue. C'est le bon moment pour lui de prendre une pause et de passer du bon temps en famille. Ça va lui faire le plus grand bien. Il va tout de même demeurer dans la garde rapprochée de BriseBois cette saison. 

Après une année de recul, ça ferait du sens qu'il retourne dans l'organisation des Red Wings de Detroit, comme Martin Brodeur a fini par retourner avec les Devils du New Jersey. C'est l'équipe avec laquelle il a joué pendant toute sa carrière.

Karlsson : Quoi penser?

La dernière semaine a fourni son lot de bouleversements majeurs dans la LNH. En plus de l'échange de Max Pacioretty et de la nomination de BriseBois, il y a eu la transaction impliquant Erik Karlsson des Sénateurs d'Ottawa.

J'avais déjà écrit dans cette chronique que les Sénateurs n'avaient pas le droit à l'erreur, s'ils devaient échanger Karlsson.

Je vois ce qu'ils ont obtenu en retour du défenseur vedette et j'ai de la misère à comprendre. Tu échanges ton meilleur défenseur, un des trois meilleurs de la LNH, un joueur de concession, et tu n'obtiens pas en retour des espoirs de qualité ou des joueurs vedettes en devenir.

Les Sénateurs ont reçu des Sharks de San Jose les attaquants Chris Tierney, Dylan DeMelo, Joshua Norris, Rudolfs Balcers, en plus de choix de repêchage. 

Je commence à m'inquiéter pour l'avenir même de la concession à Ottawa. On ne parle pas que du départ d'un joueur. C'est un changement qui pourrait avoir de graves répercussions pour l'organisation. Les Sénateurs peinaient déjà à remplir leur amphithéâtre. Ça ne sera pas plus facile sans Karlsson.

Je me mets cependant à la place du directeur général Pierre Dorion. Nous ne savons pas tous des dessous du dossier. C'est dur d'échanger un joueur qui ne veut pas parapher de prolongation de contrat avant d'amorcer sa dernière année contractuelle. Karlsson ne voulait visiblement pas s'entendre à long terme avec les Sénateurs et il n' a pas encore signé de prolongation de contrat avec les Sharks. S'il ne devait pas le faire et se prévaloir du statut de joueur autonome sans compensation, comme il serait en droit de le faire à la conclusion de la saison, les Sénateurs auront alors fait un échange correct. 

Peu importe, le départ de Karlsson porte un dur coup aux Sénateurs qui sont clairement en mode reconstruction. 

Quand on y pense, les Sénateurs sont passés à un but d'atteindre la Finale de la Coupe Stanley en 2017. Tu regardes l'équipe maintenant et elle s'enligne pour une longue saison à Ottawa. Je vois les Sénateurs dans le bas du classement avec la formation qu'ils auront.

Pour ce qui est des Sharks, les voilà rendus de sérieux aspirants pour l'obtention de la Coupe Stanley. On pensait qu'ils seraient sur le déclin après leur participation à la Finale, en 2016. Ce n'est pas le cas. Ils y vont le tout pour le tout. Ils sont à un attaquant près d'être très durs à battre en séries éliminatoires.

Video: NYI@OTT: Duchene sert une belle passe à Karlsson

En tout respect pour les Predators de Nashville, le top-3 des Sharks en défense est supérieur avec Brent Burns, Karlsson et Marc-Édouard Vlasic.

Pensez-y, les rivaux des Sharks vont avoir Burns dans les pattes pendant une trentaine de minutes de jeu par match, Karlsson pendant une autre trentaine de minutes et Vlasic également. Ça n'aura rien d'une promenade au parc.

Ça me rappelle la défense que les Ducks d'Anaheim avaient l'année où ils ont gagné la Coupe Stanley en 2007, avec les Scott Niedermayer, Chris Pronger et François Beauchemin.

Les équipes qui misent sur un trio de défenseurs de ce calibre se donnent des chances de rafler les grands honneurs. On doit greffer les Sharks au groupe des meilleures équipes de l'Association de l'Ouest.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.