Skip to main content

Les Canadiens piqués au vif dans leur orgueil

Les joueurs promettent d'attendre les Devils du New Jersey de pied ferme, jeudi

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - Les joueurs des Canadiens de Montréal disent avoir été piqués au vif dans leur orgueil à la suite des deux dernières défaites qu'ils ont subies, une amère et l'autre humiliante.

Ce n'est donc pas une bonne nouvelle pour leurs prochains adversaires, les Devils du New Jersey, qui seront attendus de pied ferme au Centre Bell, jeudi (19 h 30 HE; RDS, SN, MSG+, NHLN, NHL.TV).

À LIRE AUSSI : Le CH officiellement dans une mauvaise passePas de Bergeron, pas de problème pour les Bruins

« Ça fait mal quand vous perdez un match 8-1 », a affirmé mercredi le défenseur Ben Chiarot, en revenant sur l'affront que les Bruins de Boston ont fait au CH, la veille. « Nous évoluons dans une ville qui est très fière de son équipe. Nous prenons ça au sérieux. Quand vous perdez contre des rivaux de section, surtout comme ça nous est arrivé, ça heurte l'égo. Vous y pensez pendant longtemps après coup. C'est bien de pouvoir retrouver les Bruins rapidement (dimanche à Boston), mais d'ici là, nous avons deux matchs pour nous remettre sur les rails. »

Même si le Tricolore (11-8-5) connaît un passage à vide de cinq matchs, l'entraîneur Claude Julien trouve que ses troupiers ont le « cœur à la bonne place ».

« Je peux vous dire que nos problèmes ne sont pas le résultat d'un manque d'effort », a-t-il insisté après avoir dirigé une autre rigoureuse séance d'entraînement. « Les gars veulent travailler. C'est juste qu'ils ne travaillent parfois pas de la bonne façon. C'est ce qui nous coûte des matchs. »

Le CH va tenter de mettre fin à une séquence de cinq matchs sans victoire (0-3-2), que les Devils ont justement amorcée en l'emportant 4-3 en prolongation au Centre Bell, il y a une douzaine de jours.

Après avoir perdu contre les Blue Jackets de Columbus et les Sénateurs d'Ottawa (en prolongation), la semaine dernière, l'équipe s'est écroulée en laissant filer une avance de quatre buts contre les Rangers de New York samedi, et nul besoin de tourner le fer dans la plaie en revenant sur la visite des Bruins, mardi.

Video: BOS@MTL: Pastrnak réussit son sixième triplé

« Il faut stopper l'hémorragie, a estimé l'attaquant Tomas Tatar. Aucune équipe ne peut se permettre de connaître une longue série d'insuccès. Nous devons jouer de façon détendue et nous faire confiance les uns les autres. Il suffit de gagner un match et nous pourrions être relancés. »

L'équipe doit lutter contre le découragement ou la panique. Si on recule d'un an à peine, elle composait avec une situation semblable. Elle peut sûrement s'inspirer des pistes de solution qu'elle a utilisées pour s'en sortir.

« Quand tout fonctionne, vous pensez avoir toutes les réponses, mais quand rien ne va, vous avez le sentiment de n'avoir aucune solution, a expliqué Chiarot. Il faut puiser dans nos ressources et revenir à la base. C'est ce que nous devons tous faire, individuellement, et nous nous en sortirons. »

L'atmosphère n'était pas morose dans l'entourage de l'équipe. Les joueurs se sont entraînés avec beaucoup de sérieux et d'entrain.

« C'était bien. Il y avait une belle intensité, il y a eu de bonnes batailles, a commenté Chiarot. Ç'a brassé dans les coins de bande. C'était ce dont nous avions besoin aujourd'hui. »

Le vétéran attaquant Nate Thompson a dit avoir apprécié l'état d'esprit dans lequel ses coéquipiers se sont présentés au travail.

« C'était une nouvelle journée. Nous savions qu'il fallait venir à l'aréna pour travailler et c'est ce que nous avons fait, a-t-il estimé. C'est en conservant une bonne attitude que nous allons nous en sortir. Il faut se souvenir de ce qui s'est passé, mais il faut également vite tourner la page. Toutes les équipes sont confrontées à de l'adversité pendant une saison. Nous devons réagir de la bonne façon. Je n'ai aucun doute que cette séquence d'insuccès ne sera qu'un mauvais souvenir sous peu. J'y crois à 100 pour cent. Nous avons un bon groupe de joueurs ici, nous croyons en nous-mêmes. Ça ne changera jamais. »

Price prêche par l'exemple

Chiarot a dit se sentir mal pour le gardien Carey Price, qui a été retiré de l'action pour la première fois en 113 matchs mardi en étant même chahuté par des partisans.

« Vous savez que l'équipe joue mal quand Carey est retiré d'un match, a-t-il avancé. Il va arrêter la rondelle, s'il la voit. Mais quand nous permettons aux adversaires de tirer sur réception ou que nous les laissons sans surveillance près du but, peu importe que ce soit Carey Price ou un autre gardien, il ne fera pas l'arrêt. »

Mercredi, Price a paru dans de bonnes dispositions à l'entraînement. Il a montré la voie en se pointant le premier sur la patinoire. Vers la fin de la séance, il a dirigé la brève session d'étirements de groupe au centre.

« Carey a toujours été un meneur dans cette équipe. C'était visible même quand j'étais dans la peau d'un adversaire, a indiqué Thompson. Il prêche par l'exemple, tant sur la patinoire qu'à l'extérieur. Il est la colonne vertébrale de l'équipe. »

L'entraîneur Julien n'a pas voulu confirmer le retour du gardien vedette pour la rencontre face aux Devils, mais il y a fort à parier que ce sera le cas.

Folin avec le Rocket

Les Canadiens ont par ailleurs cédé le défenseur Christian Folin dans la Ligue américaine de hockey (LAH) à des fins de conditionnement. Folin a rejoint le Rocket de Laval à Belleville, en Ontario, pour le match en soirée contre l'équipe-école des Sénateurs d'Ottawa. Le Suédois n'a pas vu d'action en plus d'un mois, soit depuis le 19 octobre.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.