Skip to main content

Le Tigre du Danemark a achevé sa proie

Lars Eller a inscrit le but qui a confirmé la première conquête de la Coupe Stanley de l'histoire des Capitals

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

LAS VEGAS -- L'an dernier, Lars Eller se trouvait face à face sur une scène avec le motivateur Tony Robbins lors d'une activité d'équipe organisée par les Capitals.

« Quel est ton animal spirituel, Lars? », lui a-t-il alors demandé.

Le Danois n'a pas hésité une seconde avant de crier du plus fort qu'il pouvait : « Je suis un putain de tigre! »

Ses coéquipiers ont éclaté de rire et il a poursuivi son numéro en criant et en rugissant. Depuis ce temps, ce surnom lui colle à la peau. Eller lui a rendu justice, jeudi, en marquant le but décisif qui a confirmé le triomphe des siens lors du cinquième match de la Finale de la Coupe.

Quand Devante Smith-Pelly a inscrit le but égalisateur avec un peu plus de 10 minutes à faire à la rencontre, Eller a senti que sa proie était vulnérable. Les Capitals appliquaient une pression soutenue en territoire des Golden Knights et ce n'était qu'une question de temps avant que les chevaliers rendent les armes.

Brett Connolly a décoché un tir de l'enclave qui a été partiellement bloqué par Marc-André Fleury, mais la rondelle a poursuivi son chemin vers le filet.

Et qui rôdait derrière Fleury? Le Tigre du Danemark.

À LIRE : Ovechkin l'a sa Coupe Stanley ! | Les Golden Knights y ont cru jusqu'à la fin | Washington est en effervescence

« C'est comme avoir l'occasion d'écrire la fin de la plus belle histoire du monde », a déclaré Eller quelques instants après être devenu le premier Danois à soulever la Coupe Stanley.

« Marquer le but gagnant en Finale de la Coupe Stanley... Je ne sais pas ce qui pourrait être mieux. Nous avons joué jusqu'à la dernière seconde. Ç'a été une véritable bataille pendant tout le match, comme c'est supposé l'être. »

Video: WSH@VGK, #5: Eller brise l'égalité en 3e

Ce n'était pas la première fois qu'Eller venait délivrer les siens. En fait, il a probablement marqué le but qui a été le tournant de cet impressionnant parcours des Capitals, ce printemps.

La troupe de Barry Trotz tirait de l'arrière 0-2 dans sa série de première ronde face aux Blue Jackets quand l'attaquant de 29 ans a permis aux siens de signer leur premier gain du tournoi printanier en marquant en deuxième prolongation.

À partir de ce moment, c'est comme si les Capitals avaient obtenu l'élan de confiance dont ils avaient besoin pour se rendre jusqu'au bout. Ils ont remporté les trois matchs suivants - et les trois séries subséquentes - pour éventuellement mettre la main sur la première Coupe Stanley de leur histoire.

« C'était difficile d'en inscrire un plus important, a lancé Eller. Je pense que celui contre Columbus est peut-être plus significatif parce que quelqu'un d'autre aurait inscrit le but de la victoire ce soir. Si nous étions tombés en recul 0-3 dans cette série... ç'aurait été toute une épreuve à surmonter.

« Donc, lequel était le plus important? Je ne sais pas, mais les deux étaient énormes. Et le premier était crucial pour faire changer le vent de côté dans cette série. »

Smith-Pelly brille aussi

Ce but d'Eller est venu illustrer parfaitement l'élément qui a permis aux Capitals de finalement atteindre l'objectif ultime. Alex Ovechkin et Evgeny Kuznetsov ont peut-être mené la charge offensivement, mais ils ont été aidés par les attaquants de soutien quand l'équipe en avait le plus besoin.

« Nous savons que pour qu'une équipe connaisse du succès, les joueurs des deux derniers trios doivent également pousser dans la même direction », a déclaré Smith-Pelly qui a créé l'égalité avec son septième but en 24 matchs éliminatoires - le même total qu'en 75 rencontres de saison régulière.

Video: WSH@VGK, #5: DSP crée l'égalité en tombant

« C'est certain qu'Ovechkin et les autres vedettes vont amasser des points, mais pour gagner, nous devions aussi amener notre contribution. Et nous l'avons fait tout au long des séries. »

En voyant Eller déjouer Fleury quelques instants après son but, Smith-Pelly n'a pu s'empêcher de penser au chemin parcouru depuis leur passage à Montréal, au cours duquel les deux amis se cherchaient une identité.

« C'était simplement incroyable, a-t-il lancé. J'aime Larry, c'est un très bon ami. Nous avons joué ensemble dans deux équipes différentes et de le voir marquer ce but, c'était exceptionnel. »

Le tigre est maintenant rassasié.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.