Skip to main content

La pression est forte sur les Stars

Au cœur de la course aux séries, la troupe de Ken Hitchcock commence à démontrer certaines failles

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL - Le printemps approche, le mercure commence à grimper et la pression s'accentue sur les équipes impliquées dans la course aux séries. Suivis de près par trois équipes, les Stars de Dallas commencent à montrer des signes de faiblesse.

C'est ce qu'ils ont fait à nouveau, mardi, alors qu'ils ont baissé pavillon 4-2 face aux Canadiens de Montréal, une équipe qui joue davantage pour la fierté que pour autre chose.

Ils ont ainsi encaissé un deuxième revers de suite, un sixième à leurs 10 derniers matchs (4-4-2), et ont glissé en deuxième place de quatrième as dans l'Ouest, deux points seulement devant les Ducks d'Anaheim et les Flames de Calgary.

« Je crois que ça en dit beaucoup à ce temps-ci de l'année, a déclaré l'entraîneur Ken Hitchcock après la rencontre. Il reste beaucoup de hockey à jouer, cela dit. Nous ne sommes pas morts. Mais à la fin de la saison, nous allons avoir une bonne évaluation du travail que nous avons fait.

« Nous nous sommes beaucoup améliorés. Nous avons grimpé au classement pour nous inviter dans la course, mais nous devrons finir le travail si nous voulons entrer en séries. »

À LIRE AUSSI: Résumé du match Stars-Canadiens | Le CH a bien rebondi après un dur voyage

C'est exactement ce qu'ils n'ont pas fait face au Tricolore.

Ils ont dominé 15-8 au chapitre des tirs en première période et ont été pas mal plus menaçants que leurs adversaires, même s'ils ont dû retraiter au vestiaire avec une égalité de 1-1.

Il n'aura ensuite fallu qu'un enchaînement de trois pénalités, dont une double mineure pour bâton élevé à Dan Hamhuis, en milieu de deuxième période pour renverser la vapeur.

Artturi Lehkonen a marqué avec l'avantage d'un homme avant de voir Brendan Gallagher profiter de la pénalité à Radek Faksa pour porter la marque 3-1 lors d'un double avantage numérique, 35 secondes plus tard.

Et ç'en était fait des Stars, qui devront rapidement retomber sur leurs pattes puisqu'ils affronteront les Maple Leafs de Toronto, dès mercredi (19 h 30, TVAS, SN).

« C'est très décevant, a expliqué le défenseur Greg Pateryn. Nous avons écopé de mauvaises pénalités et c'est ce qui nous coûte la victoire récemment. Nous ne jouons pas au niveau auquel nous sommes habitués, c'est plus évident que jamais.

« C'est de notre faute. Ce soir, ce n'est pas à cause de leur jeu, nous nous sommes tirés dans le pied et nous avons payé le prix. »

Trop de dentelle

Reste que les Stars ne tiraient de l'arrière que par deux buts avec plus de 30 minutes à faire au match. Une attaque avec autant de mordant aurait pu revenir dans la rencontre, mais elle s'est plutôt contentée de tenter des jeux est-ouest qui ont généralement été facilement contrés par la défensive du CH.

Les tirs menaçants sont surtout venus en fin de match alors que les Stars évoluaient à six contre trois, mais il était trop tard.

« Nous nous sommes mis dans cette position, personne d'autre ne l'a fait », a commenté Alexander Radulov, qui disputait un premier match au Centre Bell depuis son départ de Montréal, l'été dernier.

« C'est de notre faute. Nous devons oublier ça et tenter de faire le travail demain. La deuxième période a été fatale. Nous devons cesser d'être indisciplinés. »

Au-delà de l'indiscipline flagrante de ses joueurs - une pénalité à Pateryn a permis à Nikita Scherbak d'enfiler le but d'assurance en troisième - Hitchcock a surtout décelé une incapacité des siens à gérer la pression associée à la course aux séries. 

Le vétéran pilote a bien l'intention d'y remédier pour permettre aux siens de se qualifier pour la troisième fois seulement en 10 ans.

« Nous démontrons des failles qui n'étaient pas apparentes en milieu de saison, a-t-il fait valoir. Il faut aider les gars à surmonter ça. Ce n'est pas de se fâcher, c'est une nouvelle expérience pour plusieurs gars et certains ne gèrent pas bien la pression. C'est notre travail de les rendre confortables quand ce ne l'est pas.

« En ce moment, c'est très inconfortable, mais c'est plaisant en même temps. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.