Skip to main content

Kovalchuk dissipe lentement les doutes

L'attaquant russe semble aussi efficace qu'il ne l'était quand il a quitté la LNH, il y a cinq ans

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL - Quand les Kings ont annoncé qu'ils avaient accordé un contrat de trois ans à Ilya Kovalchuk cet été, plusieurs ont soulevé des doutes quant à la capacité de l'attaquant russe d'avoir un impact similaire à celui qu'il avait eu à son premier passage dans la LNH.

Les doutes étaient légitimes. Le dernier match de Kovalchuk dans la LNH remontait à la saison 2012-13 et il est maintenant âgé de 35 ans. Mais surtout, la vitesse à laquelle se déroule désormais l'action est incomparable à ce qu'elle était, il y a cinq ans.

Peu importe, Kovalchuk n'a pas remarqué. Et il commence à dissiper les doutes peu à peu, lui qui a amassé trois points, dont un but, en trois matchs.

« J'essaie de faire de mon mieux, a-t-il lancé après l'entraînement matinal des Kings, jeudi, au Centre Bell. Je ne vois pas beaucoup de différence jusqu'ici, mais je n'ai pas encore joué contre les jeunes qui sont arrivés dans la Ligue après mon départ.

« J'ai vu les faits saillants des matchs des Maple Leafs et des Oilers. Ces jeunes sont incroyables et j'ai très hâte de leur faire face. »

Video: LAK@WPG: Kovalchuk marque son 1er but avec les Kings

Le choc des générations aura lieu pas plus tard que lundi prochain alors que les Kings rendront visite à Auston Matthews et Mitch Marner à Toronto. C'est à ce moment que Kovalchuk pourra véritablement prendre connaissance du talent de ceux qui lui ont succédé en tant que figures de proue de la Ligue.

Le Russe est bien confiant de pouvoir maintenir le rythme malgré son âge et ses coéquipiers ne semblent pas s'inquiéter outre mesure.

« Pour être honnête, je ne savais pas à quoi m'attendre, a indiqué le défenseur Drew Doughty. Je ne l'avais pas vu joué depuis longtemps, mais je me souvenais qu'il était un joueur très spécial à l'époque. Quand tu autant de talent, peu importe ton âge, tu ne perds pas ton intelligence.

« Quand il a la rondelle, il peut faire des choses en zone neutre et en un-contre-un que tu ne vois pas souvent. Il a un excellent tir et il peut exécuter des jeux dans toutes sortes de situations. »

À LIRE : Iafalo saisit sa chance avec Kopitar et Kovalchuk | Les Kings pour la rentrée au Centre Bell

Qui sait, peut-être fera-t-il la leçon aux jeunes loups de la LNH. On parle quand même d'un joueur qui avait amassé 816 points, dont 417 buts, en 816 matchs avant de s'exiler dans la Ligue continentale russe pour les cinq dernières saisons.

« C'est un athlète extrêmement en forme qui nous offre des armes que nous n'avions pas auparavant, a fait valoir l'entraîneur-chef John Stevens. Il coche plusieurs cases : le gabarit, la vitesse, les habiletés de fabricant de jeu... C'est un compétiteur et un très bon ajout pour nous. »

Un jeu de puissance sans puissance

Au-delà de la menace offensive qu'il représente à forces égales, les Kings avaient surtout fait l'acquisition de Kovalchuk pour faire de lui l'une des pièces maîtresses de l'avantage numérique de l'équipe en compagnie de Doughty.

Après tout, le Russe a inscrit tout près de 40 pour cent de ses points en carrière avec l'avantage d'un homme.
Jusqu'ici, la recette ne fonctionne pas comme prévu. Les Kings ont déployé leur avantage numérique à 10 occasions lors de leurs trois premières rencontres, et ont été muselés chaque fois. Mais ce n'est qu'une question de temps, parole de Doughty.

« Je suis très excité de l'avoir sur l'avantage numérique, a lancé l'imposant défenseur. Il va nous aider à produire même si ce n'est pas le cas présentement. Nous allons nous mettre en marche. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.