Skip to main content

Carnet de bord : Pierre-Édouard Bellemare, match no 2

« Nous avons compris que nous devons patiner avec les Jets sinon nous serons cuits »

par Pierre-Édouard Bellemare @bellsy78 / Collaboration spéciale LNH.com

Ce match no 2 contre les Jets de Winnipeg était notre plus important de la saison. C'était réellement le sentiment à l'intérieur du groupe.

Nous en avions parlé ensemble avant la rencontre. Dans ce temps-là, comme c'est souvent le cas, il n'y a pas un gars qui prend la parole plus qu'un autre. Tous et chacun ont dit un mot. Du coup, j'ai senti l'équipe beaucoup plus prête que pour le premier match, samedi.

Ç'a été visible dans notre jeu. Nous avons joué comme s'il n'y avait pas de lendemain. Quand tu as cette mentalité, il y a forcément plus de joueurs qui sont prêts à se battre. C'est ce qui est arrivé, nous étions plus déterminés.

À LIRE: Des Golden Knights immunisés | Résumé match no 2 Golden Knights vs Jets | Les Jets veulent tourner la page

Cela dit, les Jets ont de nouveau connu un excellent début de match et ils auraient pu vite prendre les devants comme ils l'avaient fait dans le premier match.

Tu joues chez eux, c'est une très bonne équipe. Ils vont avoir des chances, c'est immanquable. Ils n'ont toutefois pas eu autant de succès que l'autre soir. Ça nous a permis de jouer un match beaucoup plus complet.

Nous avons mieux patiné, l'échec-avant a été bien meilleur. Nous avons compris que nous devons patiner avec les Jets parce qu'en leur laissant de l'espace nous serons cuits. Nous avons gardé nos jambes actives même en avant au score. Le deuxième but de Jonathan Marchessault, tout de suite après qu'ils aient fait 2-1, leur a coupé les ailes. 

Jonathan a été notre meneur de jeu à l'attaque, avec deux buts, mais c'est tout le trio qui s'est distingué. On a encore pu voir la cohésion unique qui existe entre William Karlsson, Reilly Smith et lui.

C'est comme ça depuis qu'on les a réunis en début de saison. Ils arrivent à se trouver partout sur la glace. Ils exécutent des jeux de joueurs de premier trio. Dès que les adversaires les négligent quelque peu, ils en paient le prix.

« Jonny » c'est un membre important du trio, c'est un « striker ». Tu lui donnes des occasions comme celles qu'il a eues lundi et il ne va pas les louper.

Comme on a pu le constater, c'est important pour une équipe d'avoir de la profondeur. Les deux joueurs appelés en renfort ont joué un grand rôle. Tomas Tatar a réussi un gros but et l'autre Tomas, Nosek celui-là, a fait sentir sa présence en infériorité numérique. Il a pris deux lancers dans le pied lors du premier jeu de puissance des Jets et ç'a remonté tout le monde sur le banc. Nous étions tous prêts pour une dure bataille.

Nous n'avons pas spécialement fait les choses différemment en infériorité, autrement que de bloquer plus de lancers. Les Jets ont marqué leur seul but sur le jeu de puissance, mais j'ai trouvé que la connexion dans les unités de quatre joueurs était plus solide.

Je sais qu'il y a beaucoup de gens qui ne donnaient pas cher de notre peau après le premier match. C'est toujours comme ça, on s'y est fait. Comme je le disais en entrevue, nous ne le prenons pas mal. Depuis le début de la saison, nous accomplissons des choses qui n'ont jamais été faites. Inévitablement, il y a des gens qui s'attendent à ce que ça s'arrête à un moment donné.

Ça reste que nous sommes un groupe de 20 joueurs et plus qui sont prêts à tout donner pour l'équipe. Quand c'est ce que nous faisons, nous sommes durs à battre.

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.