Skip to main content

31 en 31 : Trois enjeux à surveiller chez les Sharks

La relève et les gardiens devront jouer à la hauteur des attentes pour permettre aux Sharks de remporter une première Coupe Stanley

par Nicolas Ducharme @nicolasducharme / Journaliste LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Sharks de San Jose.

22 novembre 2006. Joe Pavelski dispute son premier match dans la LNH, alors que les Sharks de San Jose reçoivent les Kings de Los Angeles au HP Pavillon (aujourd'hui nommé le SAP Center). Joe Thornton, qui a été acquis des Bruins de Boston l'année précédente, mène la charge en offensive et se dirige vers la meilleure saison de sa carrière.

Depuis cette date, seuls les Penguins de Pittsburgh ont amassé plus de points (1293) que les Sharks (1271) au classement de la LNH. Durant cette période, les Penguins ont remporté trois fois la Coupe Stanley. Les Sharks sont toujours à la recherche de leur premier titre.

Et pour la première fois depuis cette saison 2006-2007, c'est sans Thornton, 40 ans, et Pavelski 35 ans, que pourrait s'amorcer la saison dans la baie de San Francisco.

31 EN 31 SHARKS : Les meilleurs espoirs | Pour les poolers | Toutes les analyses « 31 équipes en 31 jours »

En effet, les Sharks n'ont pas été en mesure de s'entendre avec Pavelski, qui évoluera avec les Stars de Dallas la saison prochaine. Quant à Thornton, il n'a pas encore arrêté sa décision à savoir s'il sera de retour au jeu la saison prochaine. Et s'il devait revenir, le fera-t-il dès le début de la saison?

Voilà qui modifie grandement le noyau dans le vestiaire à San Jose avec le départ des deux vétérans et de leurs 2529 matchs d'expérience dans la LNH. Ce sera aux jeunes de prendre la relève.

« Ce sera difficile d'avoir la même équipe que la saison dernière parce que nous sommes serrés sous le plafond salarial et que nous avons de jeunes joueurs à mettre sous contrat », a souligné le vétéran défenseur Marc-Édouard Vlasic plus tôt cet été. 

« Nous allons perdre un bon joueur, mais comme pour la perte de Patrick Marleau il y a quelques années, nous allons combler sa perte. »

Voici trois questions intimement liées aux succès des Sharks cette saison :

Que sera la vie sans Pavelski?

Ce n'est pas seulement l'expérience de Pavelski et Thornton qui manquera aux Sharks cette saison, mais aussi leur production offensive. Le premier a amassé 64 points en 75 rencontres l'an dernier alors que le deuxième en a obtenu 51 en 73 rencontres.

Si Thornton était utilisé davantage sur le troisième trio - il a été le 12e joueur le plus utilisé chez les Sharks - Pavelski avait un rôle primordial et il a été l'attaquant avec le plus de temps de jeu à San Jose.

La bonne nouvelle, c'est que le flambeau a été passé la saison dernière. Les Sharks ont été la seule équipe de la LNH qui a vu huit de ses joueurs atteindre le cap des 50 points. Parmi ceux-ci, on retrouve Tomas Hertl, Timo Meier et Kevin Labanc, qui sont tous âgés de 25 ans ou moins.

Les trois ont d'ailleurs fait des pas de géants la saison dernière. La production offensive de Hertl est passée de 46 à 74 points par rapport à 2017-2018, celle de Meier de 36 à 66 alors que Labanc a accumulé 56 points, 16 de plus que l'année précédente.

Video: SJS@COL, #3: Meier bat Grubauer sous la barre

Labanc devrait profiter du départ de Pavelski pour se retrouver à l'aile droite du premier trio, et ainsi ne plus être le 15e joueur le plus utilisé par son entraîneur comme en 2018-2019. 

Derrière lui, à l'aile droite, c'est plus mince. Melker Karlsson n'a pas prouvé qu'il pouvait connaître du succès dans un rôle offensif l'année dernière, et la porte semble ouverte dans le top-6 pour un jeune joueur de l'organisation, comme Alexander True ou Alexander Chmelevski.

Erik Karlsson peut-il rester loin de l'infirmerie?

Acquis en grande pompe des Sénateurs d'Ottawa avant le début de la saison 2018-2019, le défenseur Erik Karlsson n'aura pas été en mesure d'aider les Sharks comme il le désirait. Victime de nombreuses blessures, il n'a disputé que 53 parties la saison dernière, avec une récolte de trois buts et 45 points. Une fois en séries, sa production a été de 16 points en 19 parties, mais encore une fois, les blessures l'ont ralenti et il a dû rater le sixième match de la finale d'Association de l'Ouest contre les Blues de St. Louis, lors duquel les Sharks ont été éliminés.

Karlsson avait connu un lent départ à son arrivée à San Jose, avec sept points lors de ses 17 premières parties, mais les choses étaient tombées en place à partir du 12 novembre et il a amassé 38 points en 32 rencontres avant de se blesser à nouveau lors du match du 23 février, puis finalement rater 17 des 18 derniers matchs de la saison des Sharks.

Le Suédois aurait pu devenir joueur autonome avec compensation le 1er juillet dernier, mais il a plutôt décidé de parapher un nouveau contrat avec les Sharks le 17 juin, deux semaines après avoir été opéré à l'aine. Une entente de huit ans qui permettra à San Jose, grâce à la présence de Brent Burns, de compter sur une défensive redoutable pour longtemps… si Karlsson reste en santé.

Video: SJS@STL, #3: Karlsson donne la victoire aux Sharks

« Nous avons pu apprendre à le connaître, non seulement comme personne, mais aussi son historique de santé », a rappelé le directeur général Doug Wilson lors de l'annonce du nouveau contrat de Karlsson. « Nous sommes tout à fait à l'aise. Il a tenté de jouer malgré la douleur, mais maintenant, il a pris les moyens pour guérir ce qui le dérangeait. Il sera à 100 pour cent en septembre, et il va y mettre le travail pour s'assurer que ce soit le cas. »

Martin Jones retrouvera-t-il des allures de gardien numéro un?

Pendant que l'offensive fonctionnait à plein régime la saison dernière, derrière, c'était plus difficile. Martin Jones a connu sa pire saison en carrière avec une moyenne de buts alloués de 2,94 et un pourcentage d'arrêts de ,896, le pire parmi les 31 gardiens les plus utilisés dans la LNH l'an dernier.

Grâce au travail de ses coéquipiers, il a cependant été en mesure de conclure la saison avec 36 victoires (36-19-5), à égalité au troisième rang dans la LNH à ce chapitre. Malgré quelques bons moments, ses statistiques n'ont été guère meilleures en séries éliminatoires, avec une moyenne de 3,02 et un pourcentage d'arrêts de ,898.

Video: SJS@STL, #6: Jones ferme la porte à Pietrangelo en 2e

Les Sharks ne pourront se contenter de telles performances de la part de leur gardien, mais ils ont les mains liées. Son adjoint Aaron Dell a été encore moins efficace lorsqu'il a été appelé en relève la saison dernière et San Jose n'a pas de jeune espoir capable de prendre la relève comme gardien numéro un.

Puisque le contrat de Jones ne se terminera qu'après la saison 2023-2024, Wilson peut difficilement trouver une solution à court terme, outre que celle de se croiser les doigts et espérer que son gardien retrouve ses sens et des statistiques dignes des moyennes de ses trois premières campagnes avec l'équipe : une moyenne de 2,40 et un taux d'efficacité de ,915.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.