Skip to main content

31 en 31 : Trois enjeux à surveiller chez les Kings

Les belles années ont rattrapé Los Angeles, qui devra se tourner vers l'avenir avec le nouvel entraîneur McLellan

par Hugues Marcil @HuguesMarcil / Pupitreur LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Kings de Los Angeles.

Les années de règne des Kings dans la LNH les ont finalement rattrapés. Avec un noyau de joueurs vieillissants, l'équipe n'a d'autre choix que de se tourner vers l'avenir.

La saison dernière, les Kings ont pris l'avant-dernier rang de la LNH (31-42-9) et raté les séries éliminatoires pour la troisième fois en cinq ans depuis leur dernière conquête de la Coupe Stanley en 2014. Et avec cinq de leurs sept meilleurs marqueurs qui sont actuellement âgés de 29 ans ou plus, le virage jeunesse est devenu nécessaire.

31 EN 31 KINGS : Les meilleurs espoirs | Pour les poolers | Toutes les analyses « 31 équipes en 31 jours »

C'est pourquoi le seul changement majeur à Los Angeles durant l'entre-saison aura été l'embauche de l'entraîneur Todd McLellan en remplacement de Willie Desjardins. Le directeur général Rob Blake n'a procédé à aucune embauche ou transaction majeure pour aider l'équipe à gagner maintenant. Il a plutôt commencé à couper les ponts avec des vétérans en rachetant le contrat du défenseur Dion Phaneuf. Il avait auparavant échangé l'arrière Jake Muzzin aux Maple Leafs de Toronto en cours de saison.

Ce qu'il faut retenir de toutes ces décisions, c'est qu'on fera preuve de patience en attendant que la relève de l'équipe s'amène en renforts. L'une des tâches de McLellan sera justement de faire le pont entre les vétérans de l'équipe et la génération de joueurs plus jeunes. La saison dernière, huit joueurs des Kings ont fait leurs débuts dans la LNH et il pourrait y en avoir d'autres cette saison.

Pour relancer l'équipe, McLellan devra également améliorer l'attitude et l'éthique de travail de ses troupiers. Lors du bilan de saison, l'attaquant Tyler Toffoli avait qualifié les entraînements de « pathétiques la plupart du temps. »

« Je comprends où cette équipe en est, peut-être même plus que les joueurs », a affirmé McLellan lors de son embauche. « J'ai accepté le plan. Je peux être patient, mais quand il est question des standards et de l'éthique de travail, c'est là où ma patience a des limites. »

Voici trois questions intimement liées aux succès des Kings cette saison :

L'attaque des Kings peut-elle quitter les bas-fonds de la LNH?

Peu de choses ont fonctionné à Los Angeles la saison dernière, dont l'attaque. Les Kings ont pris l'avant-dernier rang de la LNH au chapitre des buts marqués (199) et leur jeu de puissance a été le cinquième pire de la Ligue (15,8 pour cent). Seuls trois de leurs joueurs ont franchi le plateau des 35 points.

Avec le peu de changements effectués, il serait surprenant de voir les Kings faire partie des meilleures offensives de la LNH, mais l'entraîneur McLellan peut toujours se rabattre sur la relance de certains éléments à l'interne.

D'abord, il y a Kopitar, qui n'a obtenu que 60 points (22 buts, 38 passes), le quatrième plus bas total chez les meneurs d'équipes à travers la LNH, après une saison de 92 points, dont 35 filets, en 2017-18. Si Kopitar pouvait retrouver une production se situant entre ces deux extrêmes, ce serait déjà un bon départ.

Video: SJS@LAK: Kopitar déjoue Jones d'une belle feinte

D'autres attaquants pourraient en donner plus, comme Ilya Kovalchuk et Tyler Toffoli. Ce dernier s'est contenté de 34 points (13 buts, 21 passes), mais il doit retrouver la touche offensive qui lui avait permis d'inscrire 31 buts et 58 points en 2015-16.

Enfin, des espoirs comme Nikolay Prokhorkin, Jaret Anderson-Dolan et Rasmus Kupari se battront pour un poste lors du camp d'entraînement et pourraient aider l'équipe rapidement. C'est notamment le cas de Prokhorkin, un choix de quatrième ronde (121e au total) des Kings au Repêchage 2012 de la LNH, qui a signé un contrat de recrue d'un an, le 13 mai, et fera le saut en Amérique du Nord après six saisons complètes dans la Ligue continentale de Russie (KHL). L'attaquant de 25 ans vient d'obtenir 41 points (20 buts, 21 passes) en autant de rencontres avec Saint-Pétersbourg.

La défensive des Kings peut-elle revenir à ses standards du passé?

On a souvent dit des Kings que leurs joueurs imposants et leur style axé sur la robustesse plutôt que la vitesse et les habiletés ne cadraient plus avec la LNH d'aujourd'hui. Mais s'il y a bien un aspect dans lequel les Kings ont toujours excellé, c'est le jeu défensif… jusqu'à la saison dernière.

Los Angeles a accordé le 10e plus haut total de buts dans la LNH (259) après avoir fait partie du premier tiers de la Ligue dans cette catégorie pendant neuf saisons consécutives. Ils ont d'ailleurs été l'équipe la plus avare de buts (202) en 2017-18.

Cet écart entre 2017-18 et 2018-19 a de quoi surprendre, surtout que la brigade défensive était sensiblement la même lors des deux campagnes, exception faite de Muzzin, qui a été échangé au cours de la dernière campagne.

Video: CHI@LAK: Doughty donne la victoire aux Kings

La solution passera en partie par le gardien Jonathan Quick. Ce dernier a été blessé en début de saison, mais en santé, il n'a pas affiché son niveau de jeu habituel, comme en témoigne son dossier de 16-23-7, sa moyenne de buts alloués de 3,38 et son pourcentage d'arrêts de ,888, son pire rendement en carrière lors d'une saison complète.

De plus, lors de son embauche, McLellan a souligné que cette dégringolade du jeu défensif était le résultat combiné d'un relâchement des vétérans et de l'inexpérience des recrues, un aspect qu'il souhaite corriger cette saison. 

« Ça prendra énormément d'efforts et d'engagement de la part des joueurs, de la direction et des entraîneurs, qui devront acheter notre plan, a dit McLellan. Si nous nous serrons les coudes, nous irons dans la bonne direction, et c'est notre objectif. »

Kovalchuk retrouvera-t-il ses repères sous les ordres de McLellan?

La liste de tâches de McLellan est longue, et au sommet de celle-ci, il y a le nom d'Ilya Kovalchuk.

L'attaquant de 36 ans a connu une saison difficile après avoir signé un contrat de trois ans le 1er juillet 2018 pour revenir jouer dans la LNH. Il a obtenu seulement 34 points (16 buts, 18 aides) en 64 rencontres et l'entraîneur Desjardins l'a laissé de côté à plusieurs reprises durant la saison. 

La relance de Kovalchuk est cruciale si les Kings veulent rebondir, car il a le potentiel d'être une menace constante et d'améliorer le sort de l'équipe en attaque.

Video: VGK@LAK: Kovalchuk déjoue Fleury en échappée

« J'aimerais le rencontrer en face à face », a confié McLellan au journal Los Angeles Times. « Je pense que mon message sera beaucoup plus significatif si je lui parle en personne plutôt que par téléphone. Il est un bon joueur qui est important pour nous. Nous devons déterminer comment l'utiliser et il doit déterminer comment il veut être employé. Tout se déroulera bien une fois que ce sera fait. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.