Skip to main content

31 en 31 : Trois enjeux à surveiller chez les Rangers

Panarin et Trouba ont été greffés à un noyau fort prometteur, mais très inexpérimenté

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Directeur de la rédaction LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Rangers de New York.

En moins de 18 mois, les Rangers de New York ont procédé à une reconstruction éclair, et ils ont posé au cours de la saison morte des gestes qui laissent croire qu'ils s'approchent déjà de la phase de finition. 

Le directeur général Jeff Gorton a été un homme occupé depuis que son équipe a raté les séries éliminatoires de la Coupe Stanley pour une deuxième année de suite. Il a d'abord ajouté des munitions à sa brigade défensive en faisant l'acquisition du jeune défenseur Adam Fox des Hurricanes de la Caroline, avant de mettre la main sur l'arrière Jacob Trouba des Jets de Winnipeg.

31 EN 31 RANGERS : Les meilleurs espoirs | Pour les poolers | Toutes les analyses « 31 équipes en 31 jours »

Après avoir profité du deuxième choix au total du Repêchage 2019 de la LNH pour sélectionner l'attaquant Kaapo Kakko, Gorton a frappé un très grand coup le 1er juillet en faisant l'acquisition de l'attaquant le plus convoité sur le marché des joueurs autonomes, Artemi Panarin. Ce dernier a accepté un contrat de sept saisons pour être le meneur de la jeune attaque des Rangers. Panarin a récolté 320 points (116 buts, 204 passes) en 322 matchs au cours de ses quatre premières saisons dans la LNH.

Après cet été mouvementé, la page est officiellement tournée sur la dernière édition des Rangers à avoir participé aux séries éliminatoires. Seuls sept joueurs qui sont toujours avec l'équipe ont disputé au moins 100 matchs avec les Rangers au cours des deux dernières saisons.

Si l'avenir semble rose pour les Rangers, il leur sera difficile de sortir du lot dès cette saison dans la très relevée section Métropolitaine.

Voici trois questions intimement liées aux succès des Rangers cette saison :

Le roi Henrik est-il prêt à céder son trône?

Le vétéran gardien de 37 ans Henrik Lundqvist se trouve dans une situation un peu particulière. À son âge, alors qu'il lui reste deux ans de contrat, la fenêtre qui s'offre à lui pour soulever la Coupe Stanley pour la première fois de sa carrière se referme de plus en plus. 

Il sait très bien qu'un joueur dans sa situation ne cadre pas vraiment dans une équipe en reconstruction, et il conçoit que son avenir est quelque peu nébuleux.

« Je ne sais pas si je vais demeurer avec les Rangers pour le reste de ma carrière », a confié Lundqvist au Expressen, un quotidien de Suède. « Il reste deux saisons à mon contrat, et mon objectif a toujours été de demeurer avec les Rangers, mais on ne sait jamais ce qui va se passer quand on vieillit. Je sais ce que je veux, mais si l'équipe a d'autres idées en tête, je sais que je devrai écouter. Je ne peux pas faire qu'à ma tête. »

Video: OTT@NYR: Lundqvist glisse pour stopper Duclair

Auxiliaire de Lundqvist, la saison dernière, le gardien de 23 ans Alexandar Georgiev a affiché des statistiques légèrement supérieures à celles de son mentor. Georgiev a compilé un dossier de 14-13-4 avec une moyenne de buts alloués de 2,91 et un pourcentage d'arrêts de ,914 en 33 matchs (30 départs). Lundqvist a présenté une fiche de 18-23-10, une moyenne de 3,07 et un taux d'efficacité de ,907 en 52 matchs.

Derrière ces deux cerbères, on retrouve le gardien d'avenir de l'organisation, Igor Shesterkin. Le Russe de 23 ans a paraphé un contrat de recrue de deux ans avec les Rangers, et celui qui a toujours eu Lundqvist comme idole pourrait précipiter le départ du vétéran suédois s'il s'adapte rapidement au hockey nord-américain, ou encore former un duo avec Lundqvist s'il devance Georgiev dans la hiérarchie.

« En ce moment, je veux simplement montrer ce que je peux faire et que je peux [jouer à New York avec Lundqvist] », a indiqué Shesterkin au camp de perfectionnement des Rangers. « Il me reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour y parvenir. »

Kreider sera-t-il toujours là pour servir de mentor aux jeunes attaquants?

Si Matt Beleskey est à nouveau cédé à la Ligue américaine de hockey (LAH), comme ce fut le cas pendant presque toute la dernière campagne, Chris Kreider fera office de doyen parmi les attaquants des Rangers à 28 ans.

Comme il pourrait devenir joueur autonome sans compensation au terme de la saison, les rumeurs de transactions se sont multipliées à son sujet au cours des 12 derniers mois. Gorton pense toutefois que la présence de Kreider dans la formation serait bénéfique pour les jeunes joueurs de l'équipe.

Video: CBJ@NYR: Kreider complète le jeu de Zibanejad

« Je pense que sa présence peut aider grandement parce qu'il possède beaucoup d'expérience, a expliqué Gorton. Il est un bon joueur. Il fait évidemment partie des deux premiers trios, et il peut enlever de la pression aux jeunes joueurs lorsqu'il produit. Pour plusieurs raisons, Chris est un joueur important pour nous. »

Si rien n'a été promis, la présence de Pavel Buchnevich (24 ans), Brett Howden (21), Lias Andersson (20) et Filip Chytil (19) dans la formation du match d'ouverture est presque assurée. Ils pourraient être rejoints par les prometteurs Kakko (18) et Vitali Kravtsov (19).

Reste à savoir comment les Rangers vont réagir si Kreider ne montre pas d'intérêt pour négocier une nouvelle entente avant la date limite des transactions.

Qui corrigera l'infériorité numérique?

Les Rangers ont terminé au 27e rang de la LNH en infériorité numérique avec une efficacité de 78,2 pour cent.

Rien pour aider leur cause dans cette facette du jeu, six de leurs 12 joueurs les plus utilisés à court d'un homme la saison dernière ne sont plus avec l'équipe. Et si un virage jeunesse présente beaucoup d'avantages pour une organisation à long terme, ce n'est habituellement pas l'apanage des jeunes d'écouler les punitions.

Pourtant, l'aide ne devrait pas provenir des acquisitions de l'équipe au cours de la saison morte. Si Trouba pourra prêter main-forte à Brady Skjei et à Marc Staal à la ligne bleue, les Rangers n'ont pas fait l'acquisition d'attaquants réputés pour leur excellence en infériorité numérique. Panarin et Greg McKegg ont passé un total combiné de 4:53 sur la glace en désavantage numérique la saison dernière.

Ce sera donc à Zibanejad, Jesper Fast et Vladislav Namestnikov de mettre les bouchées doubles dans cette facette du jeu, et New York devra espérer qu'ils pourront élever leur jeu d'un cran.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.