Skip to main content

Vigneault prêt à affronter les Rangers pour la première fois

L'entraîneur des Flyers affrontera New York, qu'il a dirigé pendant cinq saisons, pour la première fois depuis qu'il a été congédié

par Adam Kimelman @NHLAdamK / Directeur adjoint de la rédaction NHL.com

PHILADELPHIE - Alain Vigneault sait très bien que ce ne sera pas un affrontement comme les autres lorsqu'il sera derrière le banc des Flyers de Philadelphie lundi (19 h HE; NBCSN, NBCSP, MSG 2, NHL.TV) pour affronter les Rangers de New York au Wells Fargo Center.

Ce sera un premier duel contre les Rangers pour Vigneault depuis qu'il a été congédié le 7 avril 2018 après cinq saisons à la barre de New York. 

À LIRE AUSSI : Flyers : Une première visite de Lindblom depuis l'annonce de son cancerGagné : Une autre épreuve difficile pour les Flyers

« Ce sera spécial », a affirmé Vigneault, qui a conservé une fiche de 226-147-37 en 410 matchs avec les Rangers et qui les a menés quatre fois en séries éliminatoires de la Coupe Stanley. « Il n'y a plus beaucoup de joueurs que j'ai dirigés là-bas, même si ça ne fait qu'un an et demi. Mais ça fait partie de la business aujourd'hui. 

« Je ne peux que dire du bien de mon temps à New York. Des gens et une organisation de grande classe. Ils ont fait ce qu'ils considéraient comme le geste à poser, et je suis dans le milieu depuis assez longtemps pour respecter et comprendre ce genre de décision. Ils ont passé à autre chose, je suis passé à autre chose, et aujourd'hui, je suis heureux à Philadelphie. »

Pour chérir le hockey, Vigneault a dit qu'il devait s'en éloigner. Plutôt que de chercher un autre emploi immédiatement après son congédiement, il a opté pour une année sabbatique à son domicile en Floride. 

« Ça faisait 12 années en ligne, sept à Vancouver, cinq à New York, deux gros marchés. J'avais probablement besoin d'une année de repos pour reprendre de l'énergie et retomber en amour avec le hockey », a expliqué le Québécois de 58 ans. « Et c'est ce que j'ai fait. J'ai décroché jusqu'en février environ. Je regardais peut-être une période à l'occasion, mais je passais plus de temps à travailler sur mon golf. Quand j'ai réalisé que mes talents de golfeur ne s'amélioraient pas, je me suis dit qu'il était peut-être temps de retourner au coaching. 

« Le temps passé loin des amphithéâtres m'a permis de m'ennuyer du hockey. J'ai eu la chance d'être derrière le banc de l'équipe nationale (du Canada au Championnat du monde 2019 de la FIHG), et quelque temps après (le directeur général des Flyers) Chuck (Fletcher) m'a appelé. L'excitation s'est emparée de moi à nouveau et j'étais prêt à faire un retour. »

Vigneault a été engagé le 15 avril et a connu du succès rapidement. 

Philadelphie montre un dossier de 20-11-5 après 36 matchs. À pareille date l'an dernier, les Flyers avaient une fiche de 15-16-5, alors qu'ils ont raté les séries éliminatoires pour une quatrième fois en sept saisons. 

Malgré toute l'expérience de Vigneault comme entraîneur dans la LNH, rien n'aurait pu le préparer à ce qui s'est passé le 13 décembre. L'un de ses jeunes joueurs, Oskar Lindblom, a reçu un diagnostic du sarcome d'Ewing, une forme de cancer des os. 

Vigneault a confié avoir appris la nouvelle par l'entremise du directeur des services médicaux des Flyers, Jim McCrossin, alors que l'équipe était en route vers Denver le 10 décembre afin de disputer trois matchs à l'étranger. Une fois arrivés à Denver, Vigneault et McCrossin ont convié Lindblom et son coéquipier et ami Robert Hagg à leur chambre d'hôtel pour annoncer la nouvelle. 

« C'est l'une des choses les plus difficiles dans lesquelles j'ai été impliqué, l'une des plus émotives », a avoué Vigneault. 

Lindblom est retourné à Philadelphie avant même que ses coéquipiers puissent lui dire au revoir, et les Flyers se sont inclinés lors des trois duels qu'ils avaient à disputer pendant le voyage. Les joueurs n'ont pas vu Lindblom avant le 17 décembre, alors que ce dernier est venu rendre visite à son équipe durant l'entraînement matinal précédant la victoire de 4-1 face aux Ducks d'Anaheim.

« Pour nous, de revenir de notre voyage et d'avoir l'occasion de revoir Oskar... C'était un énorme soulagement de voir qu'il était de bonne humeur, a raconté Vigneault. J'ai rencontré son père, c'est un homme génial avec une attitude très positive. Au bout du compte, je crois que tout ira bien.

« La communauté du hockey est vraiment tissée serré. Oskar est une bonne personne, il est l'un des gars solides dans cette communauté. Il va s'en sortir. » 

Video: PHI@MTL: Lindblom fait dévier la rondelle

Vigneault a ajouté qu'il croit que sa capacité d'évoluer comme entraîneur, de ses débuts comme adjoint chez les Sénateurs d'Ottawa en 1992 jusqu'à ses postes à la barre des Canadiens de Montréal, des Canucks, des Rangers et des Flyers, lui a permis de devenir l'un des entraîneurs les plus victorieux dans l'histoire de la LNH. Ses 668 victoires représentent le 12e meilleur total de tous les temps et le placent au quatrième rang parmi les entraîneurs actifs, derrière Joel Quenneville, des Panthers de la Floride (908), Barry Trotz, des Islanders de New York (833), et Paul Maurice, des Jets de Winnipeg (716). Vigneault a guidé les Canucks (2011) et les Rangers (2014) à la Finale de la Coupe Stanley.

« Le rôle de l'entraîneur a évolué, la société a évolué, la science a évolué, et si tu veux rester dans cette industrie, il faut que tu évolues en même temps, a-t-il expliqué. Chaque année, je m'améliore, et c'est la raison pour laquelle j'ai pu demeurer dans le hockey.

« Je pense que mon expérience me permet d'évaluer différentes situations plus rapidement et d'y répondre de la bonne façon, que ce soit en discutant avec mes joueurs, les vétérans, les joueurs importants, les jeunes. Je sais que chaque genre de joueur a des besoins différents, et grâce à mon expérience, je crois que je sais répondre à ces besoins afin qu'ils soient les meilleurs joueurs possible. Parce que si je fais d'eux les meilleurs joueurs possible, je pourrai aider l'équipe à gagner. C'est la raison pour laquelle je suis ici. Je tente de mener les Flyers à la victoire. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.