Skip to main content

Une tragédie a inspiré Renous à participer à Hockeyville Canada

La communauté s'est rassemblée en hommage à un jeune garçon décédé; les Panthers affronteront les Canadiens mercredi

par Jon Lane @JonLaneNHL / Journaliste NHL.com

La communauté de Renous, au Nouveau-Brunswick, a vu plusieurs personnes s'impliquer pour permettre à la ville d'être l'hôtesse de Kraft Hockeyville Canada 2019.

Mais on a puisé l'inspiration pour poser candidature au concours chez Thomas Anthony Dunn, un garçon de 14 ans qui est décédé dans un accident, le 30 juin 2018, quand il est entré en collision avec un véhicule sur sa moto tout-terrain.

À LIRE AUSSI : Price évoque à nouveau l'urgence de gagnerBergevin souhaite voir des jeunes faire leur place dès cette saisonWeber pourrait faire la différence

« Son esprit nous a guidés », a déclaré Nancy Hallihan-Sturgeon, la présidente du comité organisateur de la communauté située à environ trois heures à l'ouest de l'Île-du-Prince-Édouard.

L'énergie de Dunn a été ressentie à 23 h 45, le 30 mars, 15 minutes avant ce qui aurait été son 15e anniversaire, quand une foule s'est réunie au centre récréatif de Renous pour voir le commissaire de la LNH Gary Bettman annoncer à Hockey Night in Canada que Renous avait remporté le grand prix de Kraft Hockeyville : 250 000$ pour rénover l'aréna Tom Donovan, 10 000$ en équipement de la part de l'initiative Goals & Dreams de l'Association des joueurs de la LNH (AJLNH) et la tenue d'un match préparatoire entre les Panthers de la Floride et les Canadiens de Montréal, le 18 septembre au K.C. Irving Regional Centre de Bathurst.

« Sa personnalité et son décès sont ce qui a motivé la communauté », a dit Hallihan-Sturgeon au sujet de Dunn. « C'était un garçon qui défendait les autres à l'école. Il n'acceptait pas l'intimidation. Il excellait au baseball et au hockey, mais il était un athlète humble. »

Des panneaux pour populariser la campagne Hockeyville ont été placés un peu partout et affichaient une lettre et un numéro, « T6 », en hommage à Dunn et à son numéro au hockey.

« Nous savions que sa présence allait être ressentie dans la région, a mentionné Hallihan-Sturgeon. Nous le savions depuis les inscriptions au mois d'octobre. »

Même si le match ne sera pas joué à Renous, la communauté célébrera l'événement et les travaux déjà entamés à l'aréna, qui a été repeinturé et possède désormais une machine pour fabriquer de la glace, une unité de réfrigération, un tableau indicateur et de nouvelles baies vitrées qui arriveront bientôt. Les habitants participeront à une célébration qui s'amorcera avec un défilé de lumières et de feux d'artifice, un rassemblement et la présence de la Coupe Stanley et de plusieurs autres surprises.

Tweet from @CanadiensMTL: The Canadiens' @hockeyville game in Renous will hold a special meaning for the New Brunswick community. #NeverDunn @WeAreRenous #GoHabsGo pic.twitter.com/IYm9OY2jBg

L'arrivée sur le tapis rouge des joueurs des Canadiens et des Panthers ainsi que le match auront lieu au domicile du Titan d'Acadie-Bathurst (capacité de 3524 personnes), de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). L'intérieur de l'aréna sera transformé et mis aux couleurs de Renous.

« Nous célébrons, a lancé Hallihan-Sturgeon. Nous avons un petit aréna et nous savons que nous n'avons pas réussi tout ça seuls. Nous avons pu compter sur le soutien de bénévoles et d'entreprises partout à travers la province. Nous voulions que ce soit local, peut-être pas nécessairement à l'aréna Tom Donovan, mais peut-être à Miramichi. Nous savons que c'est une victoire pour le Nouveau-Brunswick. Bathurst est à une heure et demie d'ici, mais ça vaut la peine de faire la route avec la journée et les célébrations qui auront lieu. »

Il y a plusieurs liens entre le Nouveau-Brunswick, Montréal et la Floride. Les Canadiens participent à Hockeyville Canada pour la troisième fois (Salmon River, en Nouvelle-Écosse, 2006; Roberval, au Québec, 2008) et leur club-école dans la Ligue américaine de hockey (LAH) était basé à Fredericton entre 1990 et 1999. L'entraîneur des Panthers Joel Quenneville a joué 16 rencontres (un but, 10 passes, 11 points) comme défenseur à l'âge de 20 ans avec le Nouveau-Brunswick dans la LAH en 1978-79.

« La passion pour le hockey au Canada est plus grande que n'importe où ailleurs dans le monde, a noté Quenneville. Que ce soit de jeunes enfants apprenant à patiner ou de jeunes filles jouant au hockey, les arénas sont souvent le point central de plusieurs communautés. Tout le monde est fier de son aréna. Les parents sont impliqués dans les associations parce que leurs enfants jouent au hockey, et ça rassemble la communauté. Tout le monde est très fier d'en faire partie.

« Nous savons à quel point les gens des maritimes ont une passion pour le hockey de la LNH, de la Ligue américaine et pour le hockey en général. Nous avons hâte d'y être. »

Roberto Luongo, le troisième gardien le plus victorieux de l'histoire de la LNH qui a pris sa retraite le 26 juin après 19 saisons (11 avec la Floride), a remporté la Coupe du Président avec Acadie-Bathurst en 1998-99 après avoir été échangé de Val-d'Or en milieu de saison. Le Titan a retiré le chandail de Luongo le 20 août 2012.

« J'étais très heureux d'apprendre que le match allait être joué à Bathurst, a déclaré Luongo. Je suis certain qu'il y aura beaucoup d'ambiance dans la ville. Ils adorent le hockey. Je vais probablement me rendre là-bas pour la rencontre. Je suis fébrile d'y aller et de passer un beau moment avec les gens de la ville. Je suis certain que ce sera une journée très plaisante pour tout le monde. »

Tweet from @hockeyville: Awesome turn out at the Tom Donovan Arena in Renous, NB where Jake Allen of the St. Louis Blues presented the community with their 2019 #KraftHockeyville winning banner and signed autographs for fans! #LetsRally pic.twitter.com/o0Ig0CGx2B

Ça devrait être une expérience unique pour une communauté qui a toute une province derrière elle. Dawn Dunn, la mère de Thomas, a une citation qu'elle aime particulièrement : « Faites en sorte que quelqu'un se souvienne de votre nom. » Renous n'oubliera ni Thomas Dunn ni ce que Kraft et la LNH ont fait, en plus des rénovations à l'aréna.

« C'est comme si nous n'existions pas sur la carte quand Hockeyville a commencé, a affirmé Hallihan-Sturgeon. Vous ferez le tour de Renous en huit minutes, ce n'est pas très long.

« Vous faites partie de la communauté une fois que vous êtes ici. Nous vous accueillerons à bras ouverts. Il y a beaucoup d'histoires qui remontent au moment de la construction de l'aréna, en 1984. Aucun doute, la vision que nous avions au départ et le résultat sont exactement ce dont cette communauté avait besoin. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.