Skip to main content

Sur le radar : Une certitude, un persévérant, un oublié et un enjeu

Hockey Canada a dévoilé sa liste des 31 joueurs qui participeront au camp de sélection d'ÉCJ, la semaine prochaine

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

Le mois de décembre ne fait que commencer, et déjà, les dirigeants de Hockey Canada ont dû procéder à des décisions déchirantes pour bâtir la liste de 31 joueurs invités au camp de sélection final de la formation en vue du Championnat mondial junior.

C'est ce qui se produit quand il faut négocier avec un bassin de talent aussi vaste que celui du Canada. Et ça ne fait que commencer puisqu'ils devront retrancher huit joueurs au terme du camp, qui se tiendra du 9 au 12 décembre à Oakville, en banlieue de Toronto.

À LIRE AUSSI : Sept joueurs de la LHJMQ au camp de sélection

Si l'on considère que les noms des attaquants Barrett Hayton, Kirby Dach, Joe Veleno et du défenseur Noah Dobson n'apparaissent pas sur cette liste puisqu'ils évoluent toujours chez les professionnels, on constate rapidement que les décisions pourraient se corser davantage s'ils devaient être prêtés par leur club respectif.

Hockey Canada en saura plus sur la disponibilité de ces joueurs d'ici au 19 décembre, jour du début du gel de transactions de la période des Fêtes dans la LNH.

« Nous avons des conversations régulières avec les quatre équipes qui ont des joueurs admissibles pour le tournoi, a indiqué Shawn Bullock, le directeur des équipes masculines. Nous nous attendons à ce que les décisions finales soient prises d'ici le 19 décembre. »

La formation des 23 joueurs qui représentera le pays s'envolera vers la République tchèque peu après le camp pour y disputer deux matchs préparatoires, le 19 et le 23 décembre, avant d'amorcer le tournoi le 26 décembre face aux États-Unis.

À la suite de l'annonce des joueurs invités, voici une certitude, une surprise, un persévérant et un enjeu :
 

La certitude : Alexis Lafrenière, Océanic de Rimouski

Aucun doute, le jeune attaquant de 18 ans aura un grand rôle à jouer au sein de cette équipe, autant dans le vestiaire que sur la patinoire. Si Hayton, Veleno et Dobson ne sont pas prêtés, il sera l'un des trois joueurs de retour avec la formation, en compagnie des défenseurs Ty Smith et Jared McIsaac. 

Avec ses 17 buts et 42 mentions d'aide en 28 rencontres avec l'Océanic de Rimouski, il est assez clair qu'il sera l'un des moteurs offensifs de cette édition d'Équipe Canada junior. Il a d'ailleurs bien fait sur le même trio que Veleno et Dach au Défi estival. Reste à voir s'il retrouvera ses compagnons sous peu.

« L'expérience de l'an dernier lui sera très profitable, a analysé le directeur du recrutement de l'équipe, Brad McEwen. C'est dur d'exprimer avec des mots ce que représente le Championnat mondial junior, et le fait de l'avoir vécu a fait de lui un joueur mieux outillé. 

« Nous connaissons son caractère et sa manière de son comporter. Il sera fort important pour nous au niveau du leadership et aussi sur la patinoire par sa manière de jouer dans les deux sens. »

Les projecteurs seront rivés sur lui puisqu'il est considéré comme le meilleur espoir disponible en vue du prochain repêchage, faut-il le rappeler.
 

Le persévérant : Jakob Pelletier, Wildcats de Moncton

La présence de Pelletier au camp de sélection n'est pas surprenante puisqu'il méritait d'y être, mais elle l'est dans l'optique où il ne faisait pas partie des plans de l'organisation, cet été. Il n'avait initialement pas été invité au Défi estival du CMJ, la toute première étape du processus de sélection.

Tout comme son homologue de la LHJMQ Dawson Mercer, des Voltigeurs de Drummondville, il a tout de même été en mesure de forcer la main des dirigeants grâce à un solide début de saison et à sa tenue à la Série Canada-Russie au début novembre.

« Il y a seulement 17 attaquants choisis alors le fait de pouvoir passer à la prochaine étape, c'est quand même très le fun quand on sait qu'ils ont des choix déchirants à faire, a dit l'espoir des Flames. Ce n'était pas difficile de croire que j'avais une chance. Je connais une bonne saison jusqu'à présent et j'ai travaillé fort. »

Le petit attaquant est l'un des plus dominants dans la LHJMQ et il vient d'avoir la preuve que sa polyvalence et sa hargne sont reconnues d'un océan à l'autre. Pelletier fonctionne à plein régime et n'a été blanchi qu'une seule fois depuis le 13 octobre, récoltant 15 buts et 25 aides en 18 matchs au passage. 

« Il est en feu depuis les huit dernières semaines, a vanté McEwen. Il a toujours été bon pour nous quand on a fait appel à ses services dans le programme d'excellence et dans les tournois de courte durée. Nous nous attendons à ce qu'il amène son énergie, sa passion et tout son talent. »
 

L'oublié : Samuel Poulin, Phoenix de Sherbrooke

On parlait de l'immense bassin de talent au Canada, et bien, ne cherchez pas plus loin pour en trouver une victime. Le capitaine du Phoenix affiche une récolte de 16 buts et 37 points en 25 matchs, a un gabarit fort intéressant (6-2, 208) et peut jouer dans toutes les situations. 

Les dirigeants de Hockey Canada ont cependant jugé qu'il y avait d'autres options plus intéressantes ailleurs au pays. C'est une déception pour l'espoir des Penguins, mais il aura l'occasion de se reprendre l'an prochain. Il ne faut quand même pas penser que c'est une situation exclusive à Poulin.

Les jeunes Philip Tomasino et Ryan Suzuki, repêchés dans les mêmes eaux que lui en 2019, ont aussi été ignorés, tout comme les « vétérans » Serron Noel, Jett Woo et Ryan Merkley. Mis à part Merkley, ces derniers étaient tous au Défi estival - contrairement à Poulin.

Pas moyen toutefois de savoir pourquoi un joueur a été préféré à un autre puisque le directeur des communications de Hockey Canada, Mark Halliday, a précisé que l'accent devait être mis sur les joueurs sélectionnés plutôt que sur les autres, lundi.
 

L'enjeu : Le poste de gardien partant

À première vue, il semble que le gardien québécois Olivier Rodrigue (2,55 - ,912) a une longueur d'avance sur ses trois compétiteurs étant donné ses expériences passées avec Hockey Canada. S'il n'en tenait qu'à Pelletier, son coéquipier chez les Wildcats de Moncton, il serait le no 1 sans hésitation.

« Il connaît une saison incroyable jusqu'à maintenant et il nous permet de rester dans le coup chaque soir, a-t-il fait valoir. Pour moi, je pense que c'est pas mal sûr qu'il va faire le club et qu'il sera le gardien no 1. »

Au mois de novembre, Rodrigue a maintenu une moyenne de buts alloués de 1,57 et un taux d'efficacité de ,941 pour signer six victoires en sept matchs.

« J'ai connu un bon mois et j'ai retrouvé le Olivier Rodrigue que j'étais, a déclaré le principal intéressé. Ma tenue en novembre m'a probablement permis d'être invité au camp. […] Je m'en vais là pour faire l'équipe et je veux offrir mon meilleur hockey. »

Avec les statistiques qu'ils affichent, Hunter Jones (2,63 - ,914), Joel Hofer (1,92 - ,935) et Nico Daws (2,13 - ,936) sont cependant des adversaires de taille et ils ont tous le potentiel de décrocher l'un des deux postes disponibles devant la cage canadienne. Les prestations de chacun au camp de sélection pourraient faire pencher la balance.

« Nous aimions les quatre, a expliqué le directeur général de l'équipe, Mark Hunter. Ils ont fait leur travail avec leur équipe respective. Ils ont gagné des matchs et ils ont de bonnes statistiques. Nos entraîneurs des gardiens voulaient tous les évaluer et ce sera très compétitif au camp. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.