Skip to main content

Matthews a goûté à la culture de Terre-Neuve avec les Maple Leafs

Le joueur de centre et quelques-uns de ses coéquipiers ont pris part à un rituel au cours duquel ils ont embrassé un poisson

par Mike Zeisberger @Zeisberger / Journaliste NHL.com

PARADISE, Terre-Neuve - Auston Matthews et plusieurs de ses coéquipiers des Maple Leafs de Toronto voulaient goûter à la culture de Terre-Neuve cette fin de semaine.

C'est la raison pour laquelle ils ont embrassé un poisson.

Le joueur de centre était accompagné des défenseurs Tyson Barrie et Morgan Rielly ainsi que du gardien Frederik Andersen au cours d'une cérémonie communément appelée screech-in, samedi soir au centre-ville de St. John's. Ce rituel local, qui est réalisé par les gens qui ne sont pas natifs de Terre-Neuve, consiste à prendre une lampée de screech (rhum vendu à Terre-Neuve), à réciter un court texte et à embrasser une morue.

À LIRE AUSSI : Marner : « C'est le temps de se mettre au travail »Les Maple Leafs avaient besoin de Marner dès le début de la saison

« Ç'a été génial », a dit Barrie, dimanche. « C'est toute une mise en scène. Habituellement, j'aime le rhum, mais je n'ai pas aimé celui-là, mais l'expérience était géniale.

« Nous avons eu du plaisir à le faire, mais j'étais le dernier à embrasser le poisson. Il était un peu humide quand ç'a été à mon tour de m'exécuter. Je connaissais un peu le rituel, mais j'ai fait une erreur en y allant en dernier. Andersen l'a eu avant moi et c'était tout mouillé. C'était dégoûtant. »

Tweet from @MapleLeafs: Long may your big jib draw 🐟 pic.twitter.com/URc39pF1Im

Matthews a démontré la sagesse d'un vétéran en y allant le premier, étant suivi de Rielly, d'Andersen et de Barrie.

« Je me suis dit que j'allais l'embrasser en premier, puis qu'ils auraient les restants ensuite », a lancé Matthews en souriant. « Je suis heureux d'avoir été le premier.

« Tu embrasses le poisson et bois l'alcool, mais toute la cérémonie d'avant - avec les faits historiques sur la région - était très plaisante. »

La cérémonie a eu lieu dans un pub local nommé Christians sur la rue George, un endroit reconnu pour ses bars, ses restaurants et les différents spectacles qui s'y tiennent.

Tweet from @MapleLeafs: Welcome to the Royal Order of Newfoundland Screechers, b���ys! pic.twitter.com/5ixMMwCJ8U

« Nous avons eu beaucoup de plaisir, a dit Rielly. La personne qui a organisé la cérémonie a rendu tout ça très agréable. J'ai même reçu un petit diplôme qui confirme que j'ai pris part au screech-in, donc je vais le conserver précieusement. »

C'est comment, le screech-in?

« Une vague vous tombe dessus quand c'est terminé et vous vous sentez exactement comme quelqu'un de Terre-Neuve. C'est génial », a répondu Rielly, à la blague.

« Sérieusement, l'organisateur a fait du bon travail. Il faisait jouer de la musique irlandaise pour nous et il a tamisé les lumières avant de faire un long discours. Puis, tu te retrouves à manger quelque chose, tu embrasses une morue et tu bois du rhum. C'était drôle. »

L'entraîneur Mike Babcock a dit ne pas s'être prêté au jeu, mais ça fait partie de ses plans.

« Je ne pars pas sans l'avoir fait », a-t-il mentionné.

Le screech-in n'est qu'un aperçu de l'accueil chaleureux que les Maple Leafs ont reçu depuis qu'ils sont débarqués ici pour le camp d'entraînement, jeudi.

Des centaines de partisans étaient déjà en ligne à l'extérieur du Double Ice Complex de Paradise 18 heures avant l'ouverture des portes pour le premier entraînement de l'équipe, vendredi à 10h. Plusieurs d'entre eux ont campé à l'extérieur de l'hôtel de l'équipe, demandant poliment des autographes et affichant leur soutien envers les joueurs.

Le stationnement à l'extérieur de l'aréna était bondé avec une foule d'environ 500 personnes lors d'une rencontre avec les joueurs, dimanche après-midi.

Matthews a notamment remis un chandail à un jeune garçon assis sur les épaules de son père.

« Le soutien que nous avons reçu est exceptionnel, a affirmé Matthews. Ces gens sont tellement passionnés. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.