Skip to main content

Les Maple Leafs avaient besoin de Marner dès le début de la saison

Toronto ne pouvait risquer que leur attaquant connaisse des difficultés comme celles de Nylander l'an dernier

par Mike Zeisberger @Zeisberger / Journaliste NHL.com

ST. JOHN'S, Terre-Neuve - Mitchell Marner ne voulait pas partir de sa ville natale. Les Maple Leafs ne voulaient pas qu'il parte non plus.

Les deux parties ont été exaucées vendredi quand l'attaquant de 22 ans a accepté un contrat de six ans, dont la valeur moyenne annuelle est de 10,893 millions $.

Afin d'atteindre leur but ultime cette saison, les Maple Leafs devaient régler la saga Marner le plus rapidement possible. Avec l'ailier de 22 ans à bord pour la prochaine campagne, Toronto pourra compter sur sa formation la plus équilibrée entre l'attaque et la défensive depuis des années, voire des décennies

À LIRE : Marner et les Maple Leafs s'entendent pour six ans | Un capitaine bientôt à Toronto

Les Maple Leafs ont pris le quatrième échelon de la LNH pour les buts marqués (286) l'an dernier, mais ils ont aussi terminé 12e pour le plus de filets accordés (249). Lors de leurs deux dernières présences en séries éliminatoires, les deux fois contre les Bruins de Boston, ils ont marqué 37 buts, mais en ont accordé 51.

Pour tenter de résoudre ce problème, les Leafs ont fait l'acquisition de Jake Muzzin des Kings de Los Angeles, Tyson Barrie de l'Avalanche du Colorado et Cody Ceci des Sénateurs d'Ottawa dans les derniers mois. À eux s'ajoutent Morgan Rielly et Travis Dermott, qui se remet d'une opération à l'épaule, ce qui représente une amélioration d'une défensive où on retrouvait Rielly, Dermott, Nikita Zaitsev, Ron Hainsey, Jake Gardiner au début de la saison 2018-19.

Mais il y a un piège.

Muzzin, Ceci et Barrie pourraient tous devenir joueurs autonomes sans compensation le 1er juillet. Et comme les Maple Leafs s'approchent dangereusement du plafond salarial, garder les trois défenseurs - voire un seul - semble irréaliste.

La fenêtre des Maple Leafs pour viser la Coupe Stanley avec un tel groupe de défenseurs s'ouvre à l'instant et risque de se fermer au terme de la campagne. Dans une division aussi relevée que l'Atlantique, avec le Lightning de Tampa Bay et les Bruins de Boston, Toronto a besoin de Marner.

Lorsque les Torontois ont mis sous contrat John Tavares le 1er juillet 2018, le directeur général Kyle Dubas a rapidement indiqué que la priorité de l'équipe était de remporter le championnat de sa division et d'avoir l'avantage de la patinoire lors de la première ronde des séries éliminatoires. Les Maple Leafs ont échoué dans cette tâche lors des trois dernières saisons, et ont subi l'élimination à chaque occasion.

Video: TOR@BUF: Marner compte en début de 3e période

Marner, qui a inscrit des records personnels pour les buts (26), les aides (68) et les points (94) l'an dernier, aurait pu devenir le deuxième joueur en autant d'années à ne pas se présenter au camp d'entraînement des Maple Leafs. L'an dernier, l'attaquant William Nylander s'est prévalu de son statut de joueur autonome avec compensation jusqu'à ce qu'il signe un contrat à la dernière minute, le 1er décembre, la dernière journée qui permet à un joueur d'être éligible pour le reste de la saison et les séries.

Nylander a connu des difficultés après son retour au jeu, et il n'a marqué qu'une fois lors de ses 23 premiers matchs. Il a terminé la campagne avec 27 points, dont seulement sept buts, en 58 rencontres. Et si Marner s'était joint aux Maple Leafs seulement en décembre, plutôt que lors du camp d'entraînement? Qui sait ce qu'auraient été les répercussions.

Toronto ne pouvait se permettre de prendre cette chance.

Afin de viser la Coupe à nouveau, Dubas a été inspiré par ce qui s'est passé chez les Raptors de Toronto, et leur président Masai Ujiri, qui a décidé de pousser la note afin de remporter le titre de la NBA en juin dernier, après de nombreuses déceptions de l'équipe en séries éliminatoires.

« Je pense qu'on peut apprendre des Raptors, qui jouent dans le même aréna que nous, a souligné Dubas après les acquisitions de Ceci et Barrie dans des transactions le 1er juillet. Ils ont poussé pendant des années avant de tout gagner. On veut que notre équipe soit en mesure de compétitionner chaque année. 

« La Ligue a de la parité, avec des rivaux de qualité. Nous sommes de toute évidence heureux de notre noyau ici… mais on doit toujours être motivés et on ne peut rien prendre à la légère. »

Après avoir été engagé en 2013, il a vu les Raptors remporter le titre de la section Atlantique lors quatre de ses cinq premières saisons avec l'équipe. Mais voir l'équipe rater la finale d'association lors de cette période a forcé les Raptors à prendre des décisions drastiques.

C'est ce qui a mené à la transaction qui a envoyé un des préférés de la foule, Demar DeRozan, chez les Spurs de San Antonio en retour de Kawhi Leonard, un des meilleurs joueurs de la NBA.

Les Raptors savaient que Leonard allait devenir joueur autonome sans compensation au terme de leur saison et qu'il pourrait ne jamais être de retour, mais c'était un pari qu'ils étaient prêts à prendre. Et ils ont été récompensés.

Rien n'assure que les Maple Leafs pourront remporter la Coupe Stanley pour la première fois depuis 1967. Mais avec Marner dans la formation, ils peuvent se permettre d'espérer.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.