Skip to main content

L'équipe du LNH.com fait ses prédictions pour la Finale

Quatre de nos six experts pensent que les Golden Knights seront champions de la LNH tandis que Marc-André Fleury fait pratiquement l'unanimité pour le trophée Conn-Smythe

par LNH.com @LNH_FR

La Finale de la Coupe Stanley s'amorce ce lundi entre les Golden Knights de Vegas et les Capitals de Washington au T-Mobile Arena. Comme lors de chaque ronde, les experts du LNH.com se sont mouillés pour déterminer quelle équipe soulèvera la Coupe Stanley à la fin de la série et quel joueur remportera le trophée Conn-Smythe.

Lors des finales d'association, les Capitals ont fait mentir tous les membres de l'équipe en venant à bout du Lightning de Tampa Bay lors d'un septième et ultime match. Dans l'Association de l'Ouest, quatre de nos six membres voyaient les Jets passer en Finale. Félicitations à notre directeur de la rédaction Sébastien Deschambault et à notre journaliste principal Robert Laflamme, qui ont prédit une victoire des Golden Knights.

À LIRE : Prédictions de l'équipe de LNH.com pour les finales d'association | Deuxième ronde | Première ronde

Est-ce que l'équipe d'expansion parviendra à marquer l'histoire du sport professionnel en remportant la Coupe Stanley? Ou encore, est-ce qu'Alex Ovechkin fera taire ses détracteurs en inscrivant son nom sur le trophée avec une première conquête dans l'histoire de la concession des Capitals? On le saura bientôt. Bonne Finale à tous!

 

Sébastien Deschambault, directeur de la rédaction : Golden Knights en 6 - La Finale de la Coupe Stanley que tous les observateurs avaient prévue en octobre dernier se mettra en branle lundi alors que les Capitals et les Golden Knights vont croiser le fer. Il était évident qu'une équipe dont les insuccès en séries éliminatoires sont largement documentés depuis plusieurs années et qu'une équipe d'expansion formée de joueurs jugés remplaçables par leur équipe d'origine étaient destinées à se rencontrer en Finale!

Depuis leur superbe début de saison (8-1-0), presque tout le monde attend le moment où les Golden Knights vont se souvenir qu'ils forment une équipe d'expansion et qu'ils ne doivent pas former une bonne équipe de hockey. Ce moment ne s'est jamais produit, et je ne pense pas que nous allons y assister d'ici la fin de la Finale.

Menés par le brio de leur gardien Marc-André Fleury et de leur premier trio formé de Jonathan Marchessault, William Karlsson et Reilly Smith, les Golden Knights ont liquidé tous leurs adversaires, y compris les puissants Jets de Winnipeg en finale de l'Association de l'Ouest. Les Jets présentaient un profil semblable à celui des Capitals, avec une bonne attaque et des joueurs imposants et robustes, ce qui m'amène à penser que le même sort attend ces derniers.

Alex Ovechkin fera tout ce qu'il peut pour finalement se débarrasser de cette étiquette de joueur qui n'a jamais soulevé la Coupe Stanley, mais l'infériorité numérique de Vegas l'empêchera de faire la différence. Il se butera de nouveau à Fleury, comme à l'époque où celui-ci prenait un malin plaisir à éliminer les Capitals alors qu'il portait les couleurs des Penguins de Pittsburgh, et l'étonnant parcours des Golden Knights va connaître une fin digne d'Hollywood.

Conn-Smythe : Marc-André Fleury

Nicolas Ducharme, réviseur : Capitals en 6 - De tous les scénarios, celui d'une confrontation entre l'équipe qui n'avait aucune chance d'atteindre la Finale de la Coupe Stanley et celle qui n'allait jamais s'y rendre semblait des plus improbables. Et pourtant, nous y sommes avec ce duel entre les Golden Knights et les Capitals.

Avec un tel affrontement, ce ne sont pas les histoires qui manqueront pour mousser la série, dont celle de l'élève contre le maître. En effet, les insuccès du joueur étoile Alexander Ovechkin en séries éliminatoires auront coûté l'emploi du directeur général George McPhee chez les Capitals en 2014. McPhee pourrait obtenir sa revanche avec ce club bâti à partir de rien.

La force des Golden Knights durant ces séries aura été leur capacité de ne jamais déroger du système mis de l'avant par l'entraîneur-chef Gerard Gallant. S'ils y parviennent à nouveau, ils pourraient l'emporter.

Ce qui me fait craindre pour les Golden Knights, c'est que jusqu'à présent, la chance semble toujours être de leur côté, le tout combiné à un Marc-André Fleury qui dispute le meilleur hockey de sa carrière devant les buts. C'est d'ailleurs ce qui s'est passé dans le match no 5 de la finale de l'Association de l'Ouest contre les Jets de Winnipeg. Alex Tuch a vu la rondelle apparaître magiquement devant lui après un revirement pour inscrire le premier but des siens, puis Ryan Reaves a marqué ce qui était seulement son deuxième filet en 42 matchs de séries éliminatoires pour assurer la victoire. Pendant ce temps, Fleury n'a cédé qu'une fois en 32 tirs, à l'image de ses fantastiques séries éliminatoires. Une combinaison parfaite. Si le scénario devait être l'inverse dans cette série, je donne peu de chance aux Golden Knights.

L'adversité à laquelle ont fait face les Capitals dans ces séries est impressionnante : battre leur bête noire, les Penguins, en six matchs au deuxième tour, puis venir de l'arrière 3-2 pour venir à bout du puissant Lightning en sept parties en finale de l'Association de l'Est. Ce sont des expériences qui leur seront très utiles. Washington a utilisé son physique pour intimider Tampa Bay, mais ce sera plus difficile contre les Golden Knights, l'équipe avec le plus de mises en échec par match du présent tournoi printanier. En défensive, le duo de Matt Niskanen et Dmitry Orlov devra être à son meilleur tous les matchs, ce qui n'a pas été le cas contre le Lightning. Ils ont droit à beaucoup de minutes de jeu et John Carlson ne peut tout faire seul.

J'ai l'impression que pour la première fois depuis la saison 2002-2003, le gagnant du trophée Conn-Smythe sera dans le clan perdant. La candidature de Fleury sera impossible à ignorer, mais c'est Ovechkin qui soulèvera la Coupe Stanley.

Conn-Smythe : Marc-André Fleury

Hugues Marcil, réviseur : Golden Knights en 6 - Je croyais que la saison des Golden Knights prendrait fin face aux Jets, mais voilà qu'ils n'ont fait qu'une bouchée de Winnipeg en cinq matchs. Chaque fois qu'une nouvelle ronde débute, on croit Vegas vaincu... à tort. Après tout ce qu'ils ont accompli, je les choisis pour soulever la Coupe Stanley et marquer l'histoire du sport professionnel.

Depuis le début des séries, les Golden Knights sont constamment parvenus à faire des ajustements et à s'adapter afin de tirer avantage des points faibles de tous leurs adversaires. Ils sont également toujours l'équipe la plus travaillante sur la patinoire. Ce ne sera pas différent face à Washington. Les Capitals sont excellents en supériorité numérique (28,8 pour cent), mais ils se mesureront à une unité de désavantage numérique solide en celle des Golden Knights (82,5 pour cent), qui auront l'avantage dans cet aspect du jeu. Après tout, les Golden Knights ont prouvé qu'ils peuvent réduire au silence d'excellentes unités offensives. Ils accordent peu de buts (27 en 15 matchs) contrairement aux Capitals (47 en 19 matchs).

Washington trouve le fond du filet régulièrement (66 buts contre 43 pour Vegas), mais Marc-André Fleury brillera et viendra frustrer les Capitals à ce chapitre. Washington sort d'une série éreintante contre Tampa Bay. Le repos de Vegas fera la différence à long terme.

Conn-Smythe : Marc-André Fleury

John Ciolfi, producteur senior : Capitals en 7 - À quel point la défensive des Golden Knights a-t-elle été hermétique jusqu'ici? Vegas a accordé moins de buts en trois séries (27) que les Maple Leafs de Toronto et les Flyers de Philadelphie en ont cédés dans leur série de première ronde (28 chacun). Mais cette statistique s'explique largement par le brio de Marc-André Fleury, qui connaît un tournoi printanier digne du trophée Conn-Smythe, surtout après la finale de l'Association de l'Ouest, où il a dû réaliser de nombreux arrêts spectaculaires face aux Jets.

Cependant, ça signifie également que les Jets ont eu plusieurs belles chances de marquer, et si les Golden Knights continuent de donner de telles chances aux Capitals, ils risquent de payer le prix cher. De l'autre côté, les Capitals n'allouent que 28,2 tirs par match à l'adversaire en séries (24,8 par match contre le Lightning en finale de l'Est), et même si Braden Holtby n'est pas invincible, il a su profiter du travail de ses défenseurs pour retrouver sa forme devant le filet.

Un autre élément à surveiller sera les unités spéciales. Les Capitals ont assurément eu du mal en infériorité numérique (pas surprenant, étant donné qu'ils ont fait face aux redoutables jeux de puissance des Penguins et du Lightning), mais ils se rattrapent avec leur propre jeu de puissance, surtout quand Nicklas Backstrom est de l'alignement. Par contre, les Golden Knights ont eu du mal à trouver le fond du filet en avantage numérique (17,6 pour cent en séries), et à moins qu'ils ne présentent un pourcentage de tirs remarquables à forces égales, ils ne créeront pas suffisamment de chances pour contrer l'attaque explosive des Capitals.

Chaque équipe représenterait une belle histoire si elle remporte la Coupe Stanley, mais c'est enfin l'année d'Ovechkin et des Capitals.

Conn-Smythe : Alex Ovechkin

Guillaume Lepage, journaliste : Golden Knights en 6 - Ça fait maintenant deux fois en trois rondes que je parie contre les Golden Knights et l'expression « jamais deux sans trois » ne s'appliquera pas ici. Les Golden Knights n'ont fait qu'une bouchée des Jets, une équipe lourde et physique comme les Capitals, et ils feront de même contre la bande à Ovechkin.

Après avoir obtenu neuf jours de congé entre la première et la deuxième ronde, voilà que les Golden Knights entreprendront la Finale avec sept jours de repos, un avantage non négligeable. Ça explique probablement en partie pourquoi aucun des gros canons de Vegas ne semble ennuyé par une blessure majeure.

Mais au-delà du repos, c'est la vitesse et la profondeur des Golden Knights qui feront la différence. Oui, les Capitals viennent d'éliminer - non sans peine - l'équipe la plus rapide de l'Est, mais Vegas me semble encore plus efficace en jeu de transition et en fond de zone.

Et puis, contrairement au Lightning, les Golden Knights comptent sur un certain Marc-André Fleury. Le Québécois affiche des statistiques incroyables et participera à sa quatrième Finale de la Coupe Stanley. Il est plus que jamais en mission et le doute est probablement déjà installé dans la tête des Capitals, qui le connaissent trop bien.

Rendu à ce point, je suis persuadé que les Golden Knights vont trouver le moyen d'écrire le dernier chapitre de cette histoire avec brio.

Conn-Smythe : Marc-André Fleury

Robert Laflamme, journaliste principal : Golden Knights en 7 - Alex Ovechkin fait peur tellement il rayonne de bonheur. Le parcours des Capitals en séries est typique de plusieurs équipes conquérantes de la Coupe Stanley. Ils font fi de l'adversité, ils sont méconnaissables cette année. On se dit que leur moment est peut-être finalement arrivé.

Les Capitals vont amorcer la Finale lundi avec le torse bombé et réénergisés après avoir éliminé le Lightning. Se rendre à Las Vegas ne les effraie aucunement. Ils ont plus de succès à l'étranger qu'à la maison en séries ce printemps.

Bref, tous les astres sont alignés pour eux. Mais attention, les Golden Knights ont une épopée à compléter et je ne les vois pas louper la fin. Comme dans tout bon conte fantastique, les « Chevaliers d'or » vont triompher de l'ennemi au champ de bataille.

J'ai été conquis par le jeu collectif et l'exécution rapide de ces paladins quand ils ont désarçonné les Kings de Los Angeles en quatre matchs au premier tour des séries. Ils ne m'ont pas déçu en passant au travers des deux tours suivants haut la main contre les Sharks de San Jose et les Jets, respectivement.

Peut-être ont-ils fini par dérégler mon baromètre de l'objectivité. Il n'y a rien à faire, je ne peux pas me résoudre à ne pas les favoriser. On touche à l'inexplicable ici.

Marc-André Fleury va rayonner davantage qu'Ovechkin et c'est le sourire fendu jusqu'aux oreilles qu'il recevra le trophée Conn-Smythe.

Conn-Smythe : Marc-André Fleury

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.