Skip to main content

La poussée de fin de saison des Blue Jackets les a propulsés en séries

Les performances de Bobrovsky et une attaque équilibrée ont profité à Columbus

par David Satriano @davidsatriano / Journaliste NHL.com

Les Blue Jackets de Columbus ont décroché leur place dans les séries éliminatoires de la Coupe Stanley grâce à une victoire de 3-2 en fusillade contre les Rangers de New York, vendredi.

Les Blue Jackets (46-31-4) participeront donc aux séries pour la troisième année de suite, bien qu'ils n'aient pas encore réussi à se rendre au-delà du premier tour. Columbus s'est notamment incliné en six matchs devant les Capitals de Washington, le printemps dernier.

À LIRE AUSSI: Dernière journée : cinq intrigues | CH: Un beau redressement, mais insuffisant

Columbus a été l'une des équipes les plus actives à l'approche de la date limite des transactions 2019 de la LNH, alors que les Bliue Jackets ont obtenu les services des attaquants Matt Duchene (12 points; quatre buts, huit passes en 22 matchs) et Ryan Dzingel (12 points; quatre buts, huit aides en 20 rencontres) des Sénateurs d'Ottawa, le défenseur Adam McQuaid des Rangers de New York et le gardien Keith Kinkaid des Devils du New Jersey. Les Blue Jackets ont par ailleurs choisi de ne pas échanger Sergei Bobrovsky ni l'attaquant Artemi Panarin, même s'ils pourraient tous deux devenir joueurs autonomes sans compensation le 1er juillet.

Les Blues Jackets affichent un dossier de 6-1-0 à leurs sept dernières sorties et ils sont passés d'un rang au classement qui les excluait des séries à la deuxième place de quatrième as dans l'Association de l'Est.

« La vie nous a pas mal forcés à être à notre mieux parce que si tu n'es pas au rendez-vous, tu ne vas pas te qualifier pour les séries, a noté Bobrovsky. Ce sont les circonstances qui l'ont voulu ainsi avec ce calendrier, cette saison-ci ; il fallait réagir à tout ça de la bonne façon. »

Voici cinq facteurs qui expliquent pourquoi les Blue Jackets ont obtenu leur billet pour les séries :

1. Le cas de Bob

Bobrovsky n'a pas connu un très bon début de saison, alors qu'il a compilé une fiche de 2-5-0 avec une moyenne de buts alloués de 3,58 et un taux d'arrêts de ,882 en octobre. Sauf qu'il a fait amende honorable depuis.

Le double lauréat du trophée Vézina affiche un dossier de 18-8-0 avec une moyenne de 2,01 et un taux d'arrêts de ,930 depuis le début du mois de février. Il a par ailleurs signé sept de ses neuf blanchissages - un sommet dans la LNH en ce moment - durant cette période. Il a été nommé première étoile de la semaine dans la LNH à l'issue de la semaine se terminant le 31 mars, et la deuxième étoile du mois de mars.

Video: CBJ@NYR: Superbe arrêt de Bobrovsky contre Howden

« Je cherche juste à savourer le moment, a dit Bobrovsky. C'est plaisant de vivre une telle séquence, j'ai du plaisir à disputer les matchs quand il y a un enjeu. C'est tellement gratifiant de jouer, je suis juste content de faire partie de cette équipe en ce moment. … Je ne vais pas mentir ; c'est plaisant [d'obtenir des jeux blancs], mais le plus important demeure le succès de l'équipe, la façon dont l'équipe joue devant moi… C'est ce qui compte le plus en ce qui me concerne. »

2. Un des meilleurs parmi les meilleurs

Si Panarin s'est laissé distraire par les discussions concernant le sort qui l'attend à la fin de présente saison, ça n'a pas paru dans son jeu.

Panarin est le meilleur marqueur des Blue Jackets en vertu d'un total de 85 points (28 buts, 57 passes), un sommet en carrière pour lui, et il a été leur meilleur joueur offensif toute la saison durant. Huit de ses 28 buts ont été des filets vainqueurs. Quatre de ceux-là sont survenus en prolongation, ce qui lui donne une égalité au premier rang dans la LNH avec Dylan Larkin des Red Wings de Detroit.

Video: CBJ@NYR: Panarin prend les choses en mains

« Il agit en parfait professionnel depuis le tout début, a souligné l'entraîneur John Tortorella. Il est un des joueurs les plus travaillants dans notre équipe. Un des joueurs les plus solides de la LNH, selon moi, dans les batailles à un contre un, ce qui m'a surpris quand j'ai commencé à le côtoyer tous les jours. Oubliez ses habiletés et les choses comme ça. Il a été bon dans tous les autres aspects du jeu. D'après moi, il est facilement un des trois, quatre ou cinq meilleurs joueurs dans la LNH. »

3. Une production en profondeur

Panarin et Cam Atkinson (41 buts) n'ont pas été les seuls à porter l'attaque sur leurs épaules. Les Blue Jackets comptent neuf joueurs qui ont inscrit au moins 30 points et cinq marqueurs de 20 buts (Atkinson, Panarin, Josh Anderson, 27; Pierre-Luc Dubois, 25; Oliver Bjorkstrand, 22). De plus, Duchene (31) et Dzingel (26) ont tous deux dépassé le cap des 20 filets cette saison si on additionne leur production chez les Sénateurs à celle chez les Blue Jackets.

Video: CBJ@BUF: Anderson bat Ullmark en montée

La poussée de fin de saison de l'équipe est en grande partie attribuable au fait que Tortorella ait réussi à soutirer un bon apport offensif de la part de ses quatre trios, et non juste un ou deux.

« Chacun des trios fait quelque chose pour nous aider à gagner, a noté Bjorkstrand. Nous pouvons rouler avec tous nos trios. Les gars sont plus frais et dispos quand ils se retrouvent sur la glace et c'est là quelque chose de positif. »

4. Rester loin du banc des pénalités

Columbus a fait preuve de discipline tout au long de la saison. Les Blue Jackets affichent le deuxième total le plus modeste dans la LNH au chapitre des minutes de punition (512) et des minutes de punition par match (6:19). Seuls les Maple Leafs de Toronto ont fait mieux (501, 6:11). Columbus s'est retrouvé en désavantage numérique 200 fois, le plus petit total dans la Ligue, tandis que l'unité à quatre a accordé 30 buts (premier dans la LNH) et enregistré le deuxième taux d'efficacité dans la Ligue, soit 85,0 pour cent, tout juste derrière celui des Coyotes de l'Arizona (85,3 pour cent). La discipline et le désavantage numérique ont aidé les Blue Jackets à se qualifier pour les séries.

5. Rester en santé

Une saison après que les Blue Jackets eurent été dévastés par les blessures, alors que leurs joueurs ont raté plus de 220 matchs en raison de différents bobos, le bilan de santé a été remarquablement bon cet hiver. Columbus a dû composer avec une blessure à un de leur joueur que 86 fois cette saison ; les seuls joueurs dont les noms se trouvent sur la liste des blessés présentement sont les défenseurs Ryan Murray et McQuaid. Ils sont tous deux absents en raison d'une blessure au haut du corps.
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.