Skip to main content

Jesperi Kotkaniemi file un mauvais coton

L'entraîneur des Canadiens Claude Julien ne peut pas nier l'évidence au sujet du jeune Finlandais qui peine à sa deuxième saison dans la LNH

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - Claude Julien a admis une évidence, lundi : le jeune Jesperi Kotkaniemi gère mal la mauvaise passe qu'il vit actuellement, à sa deuxième saison dans la LNH.

« Je ne pense pas qu'il soit dans un bon état d'esprit », a déclaré l'entraîneur des Canadiens de Montréal quand on lui a posé la question, au terme de la séance d'entraînement de l'équipe.

« Il est frustré parce qu'il veut bien faire, a poursuivi Julien. Son niveau de confiance n'est pas où il devrait être. On remarque qu'il est différent. Il n'est âgé que de 19 ans. Il n'est pas comme les joueurs plus âgés qui sont déjà passés au travers de séquences difficiles et qui savent comment s'en sortir. C'est une première pour lui. Il va finir par trouver des solutions et, la prochaine fois qu'il sera confronté à une situation semblable, il sera beaucoup mieux outillé pour y faire face. »

À LIRE AUSSI: L'indulgence a préséance sur la méthode dureMatch catastrophe des CanadiensBrendan Lemieux s'est souvenu des leçons de Patrick Roy

Après avoir obtenu 34 points en 79 rencontres en 2018-19, Kotkaniemi n'a que trois points à sa fiche après 16 matchs cette saison. Blanchi dans ses huit derniers matchs, il n'a pas marqué depuis le 9 octobre, soit le troisième match de la saison des Canadiens. Il a été contraint à l'inactivité pendant près de deux semaines en raison d'une blessure à l'aine. 

Dans l'entourage de l'équipe, on voit qu'il file un mauvais coton. Il est beaucoup moins souriant et affable qu'à sa première saison. Dans les réponses qu'il fournit aux journalistes, il a beau tenter de minimiser les problèmes qu'il éprouve ou de soutenir que la guigne de la deuxième d'année ne l'affecte pas, il ne convainc personne.

Sur la glace, il affiche de la nervosité et il serre le bâton trop fort. Un exemple : au cours du match de samedi, Max Domi lui a offert la chance de tirer sur réception en étant fin seul dans l'enclave en supériorité numérique, mais il a raté la cible de beaucoup.

« C'est la situation avec laquelle nous devons composer, a repris Julien. Nous essayons de l'aider, mais il doit réaliser qu'il a une grande partie de la solution entre les mains. Plus il est frustré, pire c'est. On lui répète de rester positif et de travailler fort. »

Ce qui doit ajouter au niveau de stress du troisième espoir réclamé au Repêchage 2018, c'est qu'il sait que les Canadiens ont besoin de sa touche à l'attaque en l'absence de Jonathan Drouin pour une longue période.

Julien le met d'ailleurs dans une position afin qu'il puisse connaître du succès, en lui donnant du temps de jeu en supériorité numérique.

Samedi, après l'effondrement du Tricolore contre les Rangers de New York, l'entraîneur l'a toutefois blâmé pour le sixième but des Rangers, qui a couronné une spectaculaire remontée victorieuse de leur part.

Video: NYR@MTL: Trouba décoche un tir qui dévie devant

Kotkaniemi a commis un dégagement illégal au lieu d'y aller d'un jeu simple et il a perdu la mise au jeu subséquente, les Rangers marquant peu de temps après.

« C'est une erreur coûteuse. Il doit apprendre malgré son jeune âge », avait-il relevé, en précisant qu'il n'était tout de même pas le seul à blâmer pour la défaite.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.