Skip to main content

Un premier goût de la LNH pour cinq espoirs

Les hockeyeurs, qui seront en vedette au repêchage 2019, ont eu droit à une journée chargée où ils ont rencontré les Bruins et les Blues

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

ST. LOUIS - Jack Hughes est immobile depuis quelques minutes. Il ne pense même plus à rejoindre ses quatre comparses assis quelques sièges plus loin. Debout au milieu des gradins, il fixe la patinoire du Enterprise Center de St. Louis.

Il n'y a pourtant que deux joueurs des Blues qui pratiquent des tirs sur réception en vue du quatrième match de la Finale de la Coupe Stanley face aux Bruins, lundi (20h HE; TVAS, CBC, SN).

« Je regarde comment ils se passent la rondelle, comment ils tirent et comment ils se comportent, explique-t-il, une fois tiré de sa bulle. Ce sont des gars que je regarde jouer à la télévision depuis que je suis tout jeune. Ici, c'est l'objectif ultime. C'est ce à quoi tu rêves toute ta vie… C'est incroyable. »

L'attaquant américain a beau être à trois semaines d'être potentiellement repêché au premier rang par les Devils du New Jersey, il est encore un enfant qui vit son rêve. Il a rencontré certaines de ses idoles, lundi matin, à l'occasion de la visite des meilleurs espoirs à St. Louis dans le cadre de la Finale.

À LIRE : Repêchage simulé: Turcotte et Cozens, possibles choix au troisième rangSéance d'évaluation : Hughes ne passe pas de tests physiquesSéance d'évaluation : 10 choses apprises

Le temps de quelques heures, il a arpenté les coulisses du domicile des Blues pour voir ce à quoi ressemble la vie d'hockeyeur en compagnie des attaquants Alex Turcotte, Dylan Cozens et Kirby Dach ainsi que du défenseur Bowen Byram.

« Tu rêves d'atteindre la Finale toute ta vie, a-t-il ajouté. Ça semble tellement irréel pour le moment, mais une fois que tu joues dans la LNH, c'est ta seule motivation. Je veux absolument y arriver. »

En attendant d'y parvenir, les cinq jeunes hommes ont pu profiter de la matinée pour apprécier l'expérience et aussi pour se lancer des flèches amicales environ toutes les 30 secondes, selon les estimations de l'auteur de ces lignes. 

Hughes et Turcotte sont de grands amis depuis plusieurs années et ont joué avec le programme américain de développement (NTDP) cette saison, tandis que Dach, Cozens et Byram croisent régulièrement le fer dans la Ligue de l'Ouest (WHL).

« Nous allons être liés pendant longtemps puisque nous sommes tous dans la même cuvée, a indiqué Hughes. Quand nous serons dans la Ligue, nous allons toujours être comparés sur notre production et sur notre jeu. Ça nous permettra de conserver ce lien. »

Ces liens sont assez serrés depuis qu'ils se sont rencontrés à la Séance d'évaluation des joueurs à Buffalo, la semaine dernière. Quand ils se retrouvent ensemble, c'est un cocktail explosif. Cozens est d'ailleurs le seul qui n'a pas été rebaptisé au cours de l'activité… mais il s'est fait demander à plusieurs reprises s'il y avait du wifi au Yukon, d'où il est originaire.

Kirby Dach est devenu Kirby Dash, Bowen Byram est devenu Byram Bowen, et Jack Hughes est devenu Jakob Hughes. Alex Turcotte est celui qui a davantage payé le prix en se faisant appeler Alex Turc-« off ».

« Ils essaient d'entrer dans ma tête, a-t-il lancé avec un sourire en coin. Mais ce n'est pas grave, je suis capable d'en prendre. »

La palme revient toutefois à Byram, qui n'a pas hésité à s'asseoir au podium de la salle de conférence de presse pour répondre aux dangereuses questions de ses collègues apprentis journalistes. Après une question sournoise sur sa récente rupture amoureuse, le défenseur s'est bien repris.

« Tout le monde sait que je suis le meilleur joueur de ce repêchage, a-t-il dit de manière convaincante. Je regarde Hughes et (Kaapo) Kakko et je me dis que ce sont des joueurs assez moyens. »

Un peu de sérieux

Toutes ces moqueries cessaient le temps de quelques minutes chaque fois que les cinq amis avaient la chance de discuter avec des invités de marque. Ils ont notamment rencontré Jay Bouwmeester, Alex Pietrangelo, Ryan O'Reilly, Brayden Schenn, Brad Marchand et Patrice Bergeron.

Ils ont aussi serré la pince de l'entraîneur des Blues, Craig Berube. Une poignée de main qui n'a laissé personne indifférent.

 

« Est-ce qu'il se battait? », a demandé Hughes, quelques instants après que le pilote eut quitté la pièce.

« Il a littéralement écrasé ma main! », a rétorqué Turcotte à propos de l'ancien attaquant, qui occupe le septième rang de l'histoire de la LNH au chapitre des minutes de punition.

Entre ces moments cocasses, un message revenait souvent : celui de profiter au maximum des moments qu'ils vivront au cours de prochaines semaines.

« Ça passe tellement vite, a lancé Bergeron. Je ne peux pas croire que j'ai été repêché il y a 15 ans déjà! »

« Dans le temps de le dire, vous allez avoir une maison, trois enfants et un chien », a quant à lui blagué Pietrangelo.

Les cinq jeunes hommes ont toutefois réalisé tout le chemin qu'ils avaient encore à parcourir pour en arriver là. Ils sont parmi les plus talentueux de leur cuvée, mais ils ont compris - en regardant les gaillards qui ont foulé la patinoire du Enterprise Center - qu'ils ne sont peut-être pas encore à la hauteur.

Turcotte s'est même mis à douter quand un journaliste lui a fait remarquer qu'il devrait peut-être aller dans les coins avec Pat Maroon (6 pieds 3 pouces, 225 livres) dès l'an prochain, alors que ce dernier le regardait du coin de l'œil en riant.

« Oh non, a-t-il répliqué. Il n'y a aucune chance que ça se produise. »

Au rythme où la LNH se rajeunit d'année en année, le premier affrontement entre ces cinq jeunes hommes et les vétérans qu'ils ont rencontré, lundi, n'est peut-être pas si lointain. Et à voir ce qu'ils sont en mesure d'offrir sur la patinoire et la confiance qu'ils ont en leurs moyens, ils risquent de s'en tirer pas si mal.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.