Skip to main content

Gomez inspire la prochaine génération de joueurs hispaniques

L'ancien joueur de centre est fier de son héritage et de son statut de modèle

par William Douglas @WDouglasNHL / Journaliste NHL.com

Pendant ses années d'enfance au New Jersey, Daniel Perez n'a pas rêvé que de devenir joueur professionnel de hockey.

Il a rêvé d'être Scott Gomez.

« Regarder Scott Gomez était incroyable, je voulais lui ressembler quand je serais plus vieux, a admis Perez. J'aimais son style de jeu. Il était certainement un modèle important pour moi pendant mon enfance. »

Perez est maintenant un joueur professionnel et un attaquant avec les Swamp Rabbits de Greenville dans la ECHL après avoir joué dans la Division I de la NCAA à l'Université du Maine entre 2015 et 2019. Mais son admiration et son appréciation envers Gomez, un joueur de centre qui a passé ses sept premières saisons dans la LNH avec les Devils du New Jersey, demeurent si fort qu'il n'a pas encore redécoré l'intérieur de sa chambre dans la maison de son enfance.

« En effet, je suis présentement dans ma chambre et je peux voir autour de moi trois ou quatre photos de Scott Gomez », a affirmé l'attaquant de 25 ans avant qu'il quitte le New Jersey à la fin septembre afin de participer au camp d'entraînement de Greenville.

À LIRE AUSSI : La route vers le 1000e match de Kessel dans la LNH a été mémorable | Un changement de culture explique les succès des Oilers

Gomez n'a pas été le premier joueur d'origine hispanique dans l'histoire de la LNH - le directeur général du Wild du Minnesota Bill Guerin, qui est partiellement d'origine nicaraguayenne, a effectué ses débuts avec les Devils en 1991-92 -, mais il est peut-être le joueur important en ce qui concerne le développement d'une génération de partisans et de joueurs de hockey hispaniques en Amérique du Nord et ailleurs. 

« Nous avons eu l'occasion de le rencontrer alors que je jouais comme gardien pour une équipe mineure du Mexique. Nous disputions un tournoi à Anaheim alors que les Devils affrontaient les Ducks », a raconté Andrés de la Garma, entraîneur dans le programme national de hockey au Mexique. « Tout le monde a entendu parler de Scott Gomez dans les cercles du hockey mexicain, tout le monde savait qu'il a des racines mexicaines. Il est une inspiration pour tout le hockey mexicain, sans aucun doute. »

Comment Gomez réagit-il à toute cette admiration?

« Ça te prouve que tu vieillis », a lancé en riant Gomez, qui aura 40 ans le 23 décembre. Tu entends des anecdotes comme, "J'aimais te regarder transporter le disque en zone offensive et le jour suivant à l'entraînement, je tentais de faire pareil". C'est toujours plaisant d'entendre cela parce que ça te rappelle ton enfance, quand tu étais jeune et quand tu avais la chance de rencontrer tes idoles, des joueurs qui t'ont ouvert la voie. »

Video: CGY@SJS: Labanc lance et compte

Ironiquement, Gomez, un homme d'origine mexicaine et colombienne natif d'Anchorage, en Alaska, a avoué qu'il n'était pas complètement conscient de son impact pendant sa carrière de 16 saisons dans la LNH.

« À l'époque, je ne voyais pas la situation dans son ensemble. J'aurais souhaité en faire davantage, a-t-il dit. Cela dit, personne n'est plus fier que moi de porter le nom de famille de Gomez dans la LNH. J'en serai toujours fier. »

Gomez a remporté le trophée Calder, remis à la meilleure recrue dans la LNH, en 1999-2000, devenant ainsi le premier joueur hispanique à obtenir ce prix. Il a aidé les Devils à remporter la Coupe Stanley en 2000 et 2003 et il a récolté 101 points (29 buts) en 149 matchs des séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Gomez a fini sa carrière avec 756 points (181 buts) en 1079 matchs avec les Devils du New Jersey, les Rangers de New York, les Canadiens de Montréal, les Sharks de San Jose, les Panthers de la Floride, les Blues de Saint-Louis et les Sénateurs d'Ottawa. Il a pris sa retraite en 2016 avant de rejoindre les Islanders de New York en 2017 à titre d'entraîneur adjoint, poste qu'il a occupé jusqu'à la fin de la saison dernière.

La présence de Gomez sur la glace et en dehors a fait écho chez Perez, dont la famille est d'origine cubaine et portugaise. Perez a assisté à son premier match de la LNH à l'âge de 3 ans, quand son père l'a amené à un match des Rangers après que sa mère eut obtenu des billets pour le match sur son lieu de travail.

« Depuis cet instant, j'étais ébahi par le hockey, je suis devenu un mordu, a-t-il raconté. Je lui ai dit au match que je voulais jouer au hockey. »

Video: VGK@LAK: Fleury fait un arrêt incroyable

L'allégeance de Perez pour les Rangers s'est terminée vite au moment où il a regardé Gomez jouer pour les Devils au Continental Airlines Arena à East Rutherford, au New Jersey, à environ cinq minutes de sa maison.

« Je l'ai rencontré plusieurs fois, a dit Perez. Nous descendions jusqu'à l'endroit où les joueurs quittaient le vestiaire pour souper après le match au fond de l'aréna. Mon père, un homme plutôt extraverti, disait "Hé, Scott, mon fils est un de vos meilleurs partisans, un jeune hispanique". Scott a toujours été très, très gentil avec nous et il nous a toujours reconnus. Il a pris le temps de parler avec moi, il a souvent pris des photos avec nous. »

Maintenant, c'est au tour de Perez de rendre la pareille à quelqu'un d'autre. Pendant la saison morte, il agit comme volontaire chez Hockey in New Jersey, un groupe affilié à l'initiative de la LNH « Le hockey est pour tout le monde ».

Pendant son hockey universitaire, il a pris le temps pour signer des autographes et bavarder avec des amateurs hispaniques quand ils s'approchaient de lui après des matchs ou des séances d'entraînement.

« Hockey in New Jersey, c'est là où j'ai remarqué que beaucoup de jeunes hispaniques et latinos m'approchaient pour me poser des questions et me disaient qu'ils suivaient ma carrière, a dit Perez. Pour moi, c'était assurément un moment révélateur de voir que j'avais un impact sur d'autres personnes, de la même manière dont Scott Gomez a eu un impact sur moi. »

« Je l'admirais pour des raisons dont il ne se doute probablement même pas. Il représente à lui seul une des raisons pourquoi j'ai poursuivi une carrière dans le hockey, pourquoi j'aime ce sport et pourquoi je crois en moi, a ajouté Perez. Avoir cet impact maintenant me fait réaliser que j'ai une grande responsabilité et l'occasion de faire une différence. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.