Skip to main content

ÉCJ: Dawson Mercer veut brouiller les cartes

L'attaquant des Voltigeurs de Drummondville ne se voit pas comme un négligé au camp de sélection

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

OAKVILLE, Ontario - Dawson Mercer avait la ferme intuition qu'il avait réussi à attirer les projecteurs sur lui au terme des deux matchs de la Série Canada-Russie, et il n'avait pas tort. Maintenant qu'il a obtenu son invitation au camp de sélection d'Équipe Canada junior, il ne se perçoit pas comme un négligé.

Son nom était pourtant loin du radar, il y a quelques semaines à peine. L'attaquant des Voltigeurs de Drummondville n'a pas fait partie des joueurs invités au Défi estival et n'a pris part à aucune compétition avec Hockey Canada depuis le Défi mondial des moins de 17 ans en 2017.

À LIRE AUSSI : ÉCJ: Trois observations sur le premier matchÉCJ: Le champ est libre devant le filet | ÉCJ: Du repos pour Lafrenière

Les prochains jours nous diront si son intuition du moment était la bonne, encore une fois.

« La formation n'est pas coulée dans le béton et tout le monde ici veut se placer en bonne position, a expliqué l'espoir admissible au prochain encan de la LNH. Le fait de ne pas avoir été invité au Défi estival m'a seulement permis de l'utiliser comme motivation. 

« Je ne me vois pas comme un négligé parce que je n'ai jamais douté de mon jeu. Chaque joueur devrait jouer avec confiance et quand cet élément est présent dans ton jeu, c'est là que tu es à ton meilleur. »

C'est ce qui l'a mené jusqu'à Oakville, et c'est évidemment ce qui pourrait lui permettre de prolonger son séjour avec la formation canadienne. 

« Mercer a été très bon au cours de la Série Canada-Russie, a déclaré le directeur général de l'équipe, Mark Hunter. Il a amené son jeu à un autre niveau en jouant dans toutes les situations. Il a été très excitant à regarder pendant ces deux matchs. »

Tweet from @LHJMQ: Voici le but ��galisateur de l'attaquant des @Voltigeurs_DRU, Dawson Mercer! #CANvsRUS pic.twitter.com/IZtXS2l2Oo

L'entraîneur-chef Dale Hunter l'a utilisé sur le deuxième trio de la formation en compagnie de Connor McMichael et Akil Thomas, mercredi, face aux étoiles universitaires. Il a aussi eu la chance de se faire valoir en désavantage numérique à quelques occasions au cours de cette première audition.

« Je ne pourrais pas me plaindre de mes compagnons de trio, peu importe qui ils seraient, a-t-il lancé. Nous faisons tous partie de l'élite au pays. Je sais que McMichael et Thomas connaissent de très bonnes saisons et c'est un honneur pour moi d'évoluer avec des joueurs aussi talentueux. »

Ce n'est que de la spéculation à ce point, mais tout indique que ses deux compagnons de trio sont en bonne posture pour se tailler un poste au sein de l'équipe. Est-ce qu'on voulait voir comment il se débrouillait avec eux et s'il y avait une potentielle chimie? On aura la réponse bien assez vite.

Les dirigeants procéderont à des retranchements après le deuxième match, jeudi, et l'équipe s'envolera vers Vienne, en Autriche, où elle complétera sa préparation. 

Comtois, une inspiration

S'il parvient à compléter la surprise et à se tailler un poste avec l'équipe, Mercer sera loin d'être le premier à réussir l'exploit sans prendre part au Défi estival - la première étape du processus d'évaluation en vue de ce prestigieux tournoi.

Pas plus tard qu'il y a deux ans, son ancien coéquipier chez les Voltigeurs Maxime Comtois a suivi le même parcours. Il a alors décroché l'or avant d'être nommé capitaine, l'année suivante.

« Maxime est revenu avec les Voltigeurs après avoir joué dans la LNH et avoir porté le C au Mondial junior, a rappelé Mercer. C'est sûr que tu veux apprendre de ce genre de gars. Nous avions un groupe talentueux, l'an dernier à Drummondville et j'ai appris comment négocier avec la pression en les voyant faire. »

Les leçons ont porté fruit parce que le jeune Mercer le cache très bien s'il ressent quelconque pression que ce soit. Malgré la présence de nombreux recruteurs de la LNH au camp de sélection et l'ampleur du défi qui se présente à lui, il demeure très calme et posé.

« Après tout, nous jouons au hockey depuis que nous sommes jeunes, a-t-il relativisé. La pression est une chose qui peut te pousser, mais qui peut aussi te mettre des bâtons dans les roues. Je veux simplement jouer comme je le fais parce que je crois que c'est un style qui plaît bien à Dale (Hunter). »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.