Skip to main content

Défi estival du Championnat mondial junior: notes de la neuvième journée

Lafrenière entretient la bonne humeur dans le vestiaire canadien; Byram lorgne un poste au sein de la formation de l'Avalanche

par Adam Kimelman @NHLAdamK / Directeur adjoint de la rédaction NHL.com

PLYMOUTH, Michigan - Alexis Lafrenière, le favori pour devenir le tout premier choix du Repêchage 2020 de la LNH, sait comment faire pour que ses coéquipiers soient heureux sur la patinoire: il n'a qu'à afficher son niveau de jeu, qui est digne d'un attaquant de premier plan.

L'athlète canadien de 17 ans a également montré au Défi estival du Mondial junior, tenu au USA Hockey Arena, qu'il sait aussi comment s'assurer qu'ils gardent le sourire en dehors de la patinoire. 

« J'adore ça ici, a lancé Lafrenière, vendredi. Les gars, ce sont de bons gars, on a beaucoup de plaisir dans le vestiaire. »

À LIRE AUSSI: Lafrenière assume son statut de potentiel premier choix au totalLafrenière est dans la mire de Byfield

Les rumeurs émanant du vestiaire semblent indiquer que Lafrenière est la source principale de ce plaisir.

« C'est un naturel dans le vestiaire, a indiqué le gardien Hunter Jones (Wild du Minnesota). Il aime être extraverti avec ses coéquipiers et il aime parler dans la chambre. C'est un bon coéquipier. »

Selon Lafrenière, qui est originaire de Saint-Eustache, au Québec, les rires fusent notamment à la suite des lapsus qu'il commet en anglais.

« Il fait un peu rire les gars, a reconnu son compagnon de trio Joseph Veleno (Red Wings de Detroit). Son niveau d'anglais a beaucoup progressé. Comme avec tous les francophones, ça rit quand tu essaies de parler en anglais. Alexis, ça l'amuse et il a beaucoup de plaisir à jouer le jeu. Il sait que nous rions avec lui et il aime s'impliquer au sein de l'équipe. »

Lafrenière dit ne pas faire de cas des blagues que les joueurs font à ses dépens.

« C'est sûr, parfois je ne dis pas les bons mots et les gars se mettent sur mon cas, a-t-il affirmé. C'est drôle et on a beaucoup de plaisir avec ça. »

La qualité de son anglais est peut-être la seule chose que Lafrenière a encore besoin d'améliorer. Alors qu'il s'alignait avec l'Océanic de Rimouski de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, la saison dernière, il a a été nommé joueur le plus utile à son équipe dans la ligue ainsi que joueur de l'année dans la Ligue canadienne de hockey après avoir terminé à égalité au deuxième rang dans la LHJMQ pour les points avec 105 (37 buts, 68 passes). C'est le total de points le plus élevé affiché par un joueur de 17 ans dans la ligue depuis que Sidney Crosby a amassé 135 points avec Rimouski en 2003-04.

« Il est dynamique de toutes sortes de manières, a noté Veleno. Il peut marquer, il peut faire des passes, il a un excellent sens du hockey. C'est facile de jouer avec lui. Que tu sois joueur de centre ou ailier, c'est facile de le repérer sur la patinoire. Il rend ses compagnons de trio meilleurs et, bien honnêtement, c'est un joueur incroyable. »
 
Byram lorgne la LNH
 
Le défenseur canadien Bowen Byram, qui a été réclamé par l'Avalanche du Colorado au quatrième rang du repêchage 2019 de la LNH, estime qu'il a ce qu'il faut pour jouer dans la LNH cette saison.

« Je sais qu'il y a des aspects du jeu que je dois peaufiner, mais je pense que si je connais un bon camp et que je travaille fort, que je fais de mon mieux, je pense qu'il y a des chances », a-t-il affirmé.

Byram a été en mesure de montrer ce qu'il a à offrir au Défi estival du Mondial junior. Il a récolté deux mentions d'aide en deux matchs (il a été retranché de l'alignement, samedi, à l'occasion d'un revers de 5-3 aux mains des États-Unis) et il a affiché le même calme et la même assurance qu'avec Vancouver dans la Ligue de hockey de l'Ouest, là où il a été dominant la saison dernière. Il a été le meneur chez les défenseurs de ce circuit pour les buts avec 26, le meneur de la ligue pour les points en séries avec 26 (huit buts, 18 passes) en 22 matchs et il a été proclamé espoir par excellence dans la LCH.

« Il a un formidable coup de patin, mais c'est son sens du hockey qui ressort avant tout, a dit l'entraîneur de l'équipe canadienne Dale Hunter. Il fait bien circuler la rondelle, il travaille bien autour du filet, il fait le bon jeu. En avantage numérique, il est très trompeur à la ligne bleue. Il ne télégraphie pas ce qu'il va faire avec la rondelle, où il va la diriger, ce qui rend la vie difficile aux joueurs en désavantage numérique. »

L'Avalanche, qui a atteint le deuxième tour des séries éliminatoires de la Coupe Stanley, le printemps dernier, verra probablement les défenseurs Samuel Girard, 21 ans, et Cale Makar, 20 ans, occuper des postes-clés cette saison. Les entraîneurs voudront-ils aussi inclure un joueur de 18 ans, Byram, dans ce groupe?

« Je veux aller là-bas et faire en sorte que ce soit difficile pour eux de décider de me retourner à la maison, c'est mon but, a dit Byram. J'ai travaillé vraiment fort ces dernières semaines à l'entraînement. Et quand je vais retourner à la maison, après ceci, je vais travailler fort là aussi. J'ai vraiment hâte d'aller au camp d'entraînement et d'afficher le meilleur niveau de jeu possible. »


 
Heinola impatient de disputer le Championnat mondial junior 2020 
 
Ville Heinola (Jets de Winnipeg) a savouré les célébrations qui ont suivi la conquête par la Finlande du Championnat mondial junior de la FIHG 2019, mais en raison d'une blessure au bas du corps subie lors d'un contact avec l'attaquant du Canada Maxime Comtois (Ducks d'Anaheim) en quarts de finale, Heinola a raté les deux dernières rencontres de la formation finlandaise.

« Ç'a été vraiment, vraiment difficile, a dit Heinola. Tu as hâte de disputer les matchs et tu ne peux rien faire, ce qui n'est pas une bonne chose. »

Heinola a vécu un autre moment d'inquiétude quand il s'est blessé au poignet droit, le 27 juillet, à l'occasion du premier match du Défi estival. Il a raté un match, mais il a peut-être été le défenseur finlandais qui a le plus brillé au niveau de son jeu d'ensemble à l'occasion des quatre derniers affrontements de l'équipe. Il a amassé trois aides dans une défaite de 6-3 contre la Suède, samedi, pour porter son total à quatre en quatre rencontres.

Il veut être un des chefs de file de la Finlande, sur la glace et en dehors, lors du Championnat mondial junior 2020. Le tournoi sera disputé du 26 décembre au 5 janvier en République tchèque.

« Je veux que les autres joueurs me regardent et regardent ce que je fais, a déclaré Heinola. Je peux aider parce que j'étais là l'an dernier. »

Les entraîneurs de la Finlande vont eux aussi miser sur la présence de Heinola.

« Évidemment, c'est un des joueurs de premier plan dans le monde, a noté l'entraîneur adjoint Tuomo Ruutu. Il était déjà là au dernier tournoi, alors nous espérons qu'il pourra nous aider cette fois-ci aussi. »

Johnson une surprise chez les Américains
 
Le défenseur de l'équipe des États-Unis Ryan Johnson (Sabres de Buffalo) a été un des joueurs qui ont attiré l'attention en raison de l'excellent niveau de jeu qu'il a affiché tout au long de la semaine.

« Je me suis senti à l'aise dès le premier match, a indiqué Johnson. Ils ne m'ont pas choisi sans raison. J'avais le sentiment que j'étais à ma place ici, alors je voulais tout simplement montrer que c'était le cas. J'ai juste essayé de jouer avec ardeur et d'avoir du plaisir. »

Johnson a inscrit son seul point, un but, dans un gain de 5-3 contre le Canada, samedi, et il a affiché un différentiel de plus-2 en cinq matchs.
 
Tweet from @StevenEllisTHN: Looks like Alex Turcotte tipped in Ryan Johnson's shot, but for now, it's Johnson's goal. Caufield with an assist. #WJSS pic.twitter.com/SgcAXVjGWp
 
L'arrière de 18 ans a récolté 25 points (six buts, 19 passes) en 54 rencontres avec Sioux Falls de la United States Hockey League, la saison dernière, et il disputera une première saison à l'Université du Minnesota cet automne.

« Nous aimons la façon dont Ryan Johnson gagne en maturité comme joueur, a affirmé le directeur général de l'équipe des États-Unis John Vanbiesbrouck. Je pense qu'il est en voie de franchir une grande étape, la marge est importante quand on passe de la USHL au hockey universitaire. On peut voir qu'il a fait le travail nécessaire cet été. »
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.