Skip to main content

CMJ : Questions-réponses avec Trevor Timmins

Le directeur général adjoint des Canadiens se penche sur les espoirs de l'organisation qui participeront au Mondial junior avec LNH.com

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL - Comme c'est le cas chaque année, Trevor Timmins s'apprête à s'envoler vers le Championnat mondial junior, où il aura l'occasion d'évaluer certains des meilleurs espoirs de l'organisation, mais aussi de jeter un œil sur quelques joueurs admissibles au prochain repêchage de la LNH.

Le directeur général adjoint des Canadiens sera servi cette année.

À LIRE AUSSI Repêchage 2020: Holtz possède d'impressionnantes aptitudes offensivesÉCJ: Alexis Lafrenière prêt à assumer un plus grand rôle | ÉCJ: Dawson Mercer veut brouiller les cartes

En plus des attaquants Alexis Lafrenière et Quinton Byfield ainsi que du défenseur Jamie Drysdale du côté du Canada, les attaquants suédois Alexander Holtz et Lucas Raymond et l'attaquant allemand Tim Stutzle, entre autres, seront tous de la partie. Timmins pourra assurément remplir son carnet de notes.

« La plupart des équipes font confiance à des joueurs de 19 ans, donc il n'est pas réaliste de s'attendre à ce que les joueurs de 17 ans aient un rôle prédominant au sein de leur formation », a-t-il expliqué en entrevue téléphonique avec LNH.com

« Si on remonte dans le temps, les joueurs de 17 ans qui ont été capables d'occuper un poste sur le premier trio ou sur le premier duo au Mondial junior sont devenus des joueurs d'impact dans la LNH. Je vais regarder s'ils peuvent tenir leur bout, mais je ne m'attends pas à les voir dominer. »

Voici la retranscription de l'entrevue que Trevor Timmins a accordée à LNH.com à propos des espoirs des Canadiens qui participeront au Championnat mondial junior.
 

LNH.com : Bonjour Trevor. Il était difficile de faire mieux que le nombre record de sept représentant des Canadiens au dernier CMJ, reste qu'il y en aura quand même quelques-uns cette année. Est-ce gratifiant pour une équipe de voir que certains de ses espoirs obtiennent aussi la reconnaissance de leur pays?

Trevor Timmins : Ça signifie plus que ça. Je ne me soucie pas vraiment du nombre de joueurs que nous avons. L'important, c'est qu'ils puissent vivre l'expérience de jouer à un niveau aussi élevé contre les meilleurs au monde pour leur permettre de développer leur jeu. Le fait de vivre cette expérience peut leur permettre d'amener leur jeu à un autre niveau.

LNH.com : Parlant de ça, le gardien Cayden Primeau et l'attaquant Ryan Poehling ont connu tout un tournoi, l'année dernière. Dirais-tu que ç'a eu un impact sur leur niveau de confiance à l'aube de la nouvelle saison?

T.T. : Je pense que oui. Je parlais justement du développement; chaque fois que tu peux jouer avec ton groupe d'âge à un niveau supérieur, ça te permet d'élever ton niveau de jeu. Si tu connais du succès dans une situation comme celle-là, ça amène de la confiance, et nous savons tous à quel point la confiance est importante au hockey professionnel. Ça fait progresser ton rendement.

C'est très important pour les jeunes joueurs de jouer à des niveaux où ils sont en mesure de dominer, d'obtenir beaucoup de temps de jeu et de gagner cette confiance pour assurer une transition rapide et sans embûche chez les professionnels, où ils se mesurent à des hommes.

ÉTATS-UNIS

LNH.com : Cette année, tous les projecteurs seront tournés vers l'attaquant Cole Caufield - d'un point de vue montréalais, du moins. Il a été tellement dominant au Championnat mondial des moins de 18 ans à la fin de la saison dernière, t'attends-tu à le voir mener offensivement l'équipe américaine chez les moins de 20 ans?

T.T. : Je crois que leur équipe va beaucoup se fier à lui en ce qui a trait à la production, surtout en avantage numérique. C'est un marqueur qui a fait ses preuves. Il sait maintenant ce que c'est d'affronter des joueurs plus vieux puisqu'il joue dans la NCAA avec Wisconsin. Il a prouvé qu'il pouvait marquer à ce niveau également. J'espère qu'ils ne mettront pas trop de pression sur lui et qu'il pourra jouer à sa manière, avoir du plaisir et aider son équipe à gagner.

LNH.com : Quand vous l'avez sélectionné, tout le groupe de direction avait évidemment confiance qu'il pourrait continuer de produire au prochain niveau malgré son gabarit, mais êtes-vous quand même surpris de voir qu'il totalise déjà 12 buts et huit aides à ses 20 premiers matchs dans la NCAA?

T.T. : Non, je ne suis pas surpris. Je l'ai vu jouer contre Boston College lors de la première fin de semaine d'action et on pouvait voir qu'il n'aurait pas de mal à faire la transition à ce niveau de jeu. Il continue de faire ce qu'il fait de mieux, c'est-à-dire générer de l'attaque.

LNH.com : Certaines personnes avaient dit au repêchage qu'il allait avoir besoin d'un joueur comme Jack Hughes pour continuer à produire comme il l'a fait dans les dernières années. Avec ce qu'on voit de lui jusqu'à maintenant, est-ce la preuve qu'il était aussi utile à Hughes que ce dernier l'était pour lui?

T.T. : Cole a déjà dit lui-même que c'était le cas. Il a prouvé que c'était le cas avec ses performances cette saison. Hughes ne sera pas au Mondial junior, alors nous serons en mesure de tirer nos propres conclusions. Ça prend de la chimie pour former un bon trio - et c'est assez évident que ces deux-là en avaient - mais il a démontré qu'il était capable de jouer aussi bien avec d'autres joueurs. C'est un gars qui rend les autres meilleurs.

LNH.com : Pour l'instant, les États-Unis semblent vouloir l'utiliser avec Alex Turcotte, qui joue en sa compagnie à Wisconsin. Penses-tu que la chimie qu'il possède déjà avec lui peut l'aider à connaître du succès rapidement dès le début du tournoi?

T.T. : Je ne crois pas que l'identité de ses compagnons de trio soit bien importante. Il suffit que son joueur de centre et que l'autre ailier possèdent un sens du jeu aussi dominant que le sien et qu'ils soient en mesure de générer une certaine chimie. Ça dépend aussi des défenseurs; ils doivent être capables de refiler la rondelle aux attaquants de manière efficace.

LNH.com : Parlant des défenseurs, Jordan Harris est un de vos espoirs qui patrouillera la ligne bleue de la formation américaine. Qu'est-ce qui lui a permis de connaître une progression offensive aussi intéressante cette année avec l'Université Northeastern?

T.T. : La première des choses, c'est son coup de patin. C'est un excellent patineur dans tous les aspects et il est aussi très intelligent. Ces deux qualités l'ont aidé à générer autant d'offensive (trois buts, 10 aides en 18 matchs) à partir de la ligne bleue. Il a parcouru beaucoup de chemin au cours des dernières années.

La saison dernière, il était un « vrai » joueur de première année avec Northeastern puisqu'il est passé des rangs scolaires à la NCAA sans passer par la USHL, comme le font la grande majorité des joueurs. Il a joué un rôle dans le top-4 de l'équipe et ça lui sourit cette année puisqu'il est sur le premier duo de défenseurs.

LNH.com : À ce point-ci de sa carrière, vois-tu un potentiel offensif dans son jeu qu'il pourrait éventuellement transposer au prochain niveau?

T.T. : Je ne peux pas dire qu'il sera un genre de quart-arrière à la ligne bleue, mais il va être en mesure d'amener un peu d'attaque grâce à sa prise de décisions et à sa capacité à distribuer et à transporter la rondelle efficacement.

RUSSIE

LNH.com : Tu disais avant le dernier repêchage que le défenseur Alexander Romanov était l'un de tes choix qui t'avaient le plus surpris. Avec l'excellent tournoi qu'il a connu l'an passé, crois-tu qu'il pourra encore te surprendre?

T.T. : Je ne crois pas qu'il représente une surprise pour personne après ce qu'il a accompli, l'an dernier. Il a tout simplement progressé de manière incroyable au chapitre de son développement. Il joue très bien dans la KHL avec le CSKA Moscou, cette année.

Je l'ai vu à l'œuvre avec l'équipe russe des moins de 20 ans au tournoi des quatre nations au mois de novembre, et je suis convaincu qu'ils vont beaucoup se fier à lui dans toutes les situations. Il est dominant dans toutes les facettes. C'est un défenseur complet. Comme il n'est plus une surprise, les autres équipes vont probablement lui accorder une attention particulière.

Ce sera simplement un autre défi pour lui et il a démontré qu'il était capable de jouer malgré l'adversité. Nous espérons qu'il demeure en santé et qu'il ait beaucoup de temps de jeu au Mondial junior afin de poursuivre son développement.

LNH.com : Comme Romanov ne semble pas être utilisé à profusion dans la KHL, à quel point est-ce important pour lui de profiter de ce tournoi pour jouer des minutes importantes?

T.T. : Son temps de jeu dans la KHL, c'est correct pour un jeune joueur. Il va assurément être sur la glace très souvent avec la Russie. Chaque fois qu'un joueur joue beaucoup de minutes au sein de son groupe d'âge, ça aide à bâtir la confiance.

SUÈDE

LNH.com : Les partisans de l'équipe commencent de plus en plus à s'intéresser au défenseur Mattias Norlinder depuis l'article de The Athletic qui plaçait son nom dans la même phrase que ceux de Nicklas Lidstrom et de Victor Hedman. Crois-tu que les attentes doivent être un peu modérées dans son cas?

T.T. : Oui, c'est certain. Il connaît beaucoup de succès cette année avec Modo. Il est encore un peu inconnu auprès des entraîneurs de l'équipe nationale parce qu'il n'a participé à aucun autre évènement avec la Suède, mis à part le tournoi des quatre nations, en novembre. Nous n'étions donc pas certains qu'il soit en mesure de se tailler une place au sein de la formation au terme du camp.

Je savais que les Maple Leafs avaient envoyé Rasmus Sandin et que les Kings avaient fait de même avec Tobias Bjornfot. Ce sont deux défenseurs qui ont déjà fait partie du programme national suédois. Norlinder a donc eu à trimer dur pour décrocher un poste. Je suis content de voir qu'il a pu gagner la confiance du personnel d'entraîneurs.

Ils le connaissaient peut-être moins, mais ce n'est plus le cas pour ceux qui suivent le hockey professionnel en Suède parce qu'il joue très bien cette année et qu'il a été en mesure de générer de l'offensive. Il a également réussi quelques jeux spectaculaires. Pour nous, il est davantage un investissement à long terme. Nous allons le laisser faire ses preuves là-bas et nous n'allons pas le presser.

Nous ne devrions pas trop élever nos attentes et le laisser se développer à son rythme.

LNH.com : Qu'as-tu vu de lui cette année qui est peut-être un peu différent que ce que votre équipe avait vu en lui en l'évaluant, l'an dernier?

T.T. : Il était encore un très jeune joueur dans la Ligue Allsvenskan, l'an dernier. La première chose qui nous a sauté aux yeux quand nous l'avons vu à l'œuvre, c'est son coup de patin de niveau élite. C'est un très bon patineur et sa capacité de jouer dans cette ligue à un si jeune âge nous a également démontré à quel point il avait confiance en ses moyens avec la rondelle.

C'est très intéressant de le voir amener son jeu à un autre niveau et de démontrer ses habiletés de fabricant de jeux et de manieur de rondelle. Son tir est aussi une belle surprise, sachant qu'il a eu une blessure au poignet et qu'il a dû porter un plâtre pendant huit semaines au cours de l'été. Il a même amorcé la saison avec un plâtre qui lui permettait de jouer. Il n'a pas eu beaucoup de temps pour s'entraîner au haut du corps et manier des rondelles pendant la saison estivale. Ce sera intéressant de voir jusqu'où il pourra amener son jeu au fur et à mesure qu'il prendra de la maturité au niveau physique.

 LNH.com : Norlinder est un gaucher, mais peut-il évoluer des deux côtés?

T.T. : Oui, plusieurs joueurs européens sont capables de jouer des deux côtés. Non seulement en attaque, mais aussi en défense. Alexander Romanov est dans la même situation. Les deux peuvent jouer à droite ou à gauche, mais ce n'est rien d'unique pour les Européens.

LNH.com : Jacob Olofsson semblait être en voie de jouer un rôle important avec la formation suédoise avant de subir une blessure. C'est évidemment frustrant pour lui, mais on ne se trompe pas en affirmant qu'il connaissait une très bonne saison avec AIK, dans la Ligue élite de Suède?

T.T. : C'est un peu frustrant parce qu'il était en train d'émerger avec sa nouvelle équipe; il avait récolté neuf points à ses 11 derniers matchs. Il a subi une blessure à l'épaule qui lui fera rater au moins un mois, simplement en chutant à l'entraînement. C'est décevant parce que nous ne serons pas en mesure de le voir contre les meilleurs de son âge.

Il a été confronté à différentes petites blessures depuis l'année dernière et il a raté le tournoi des quatre nations en novembre. C'est sûr que c'est frustrant pour lui, et de notre côté, ça nous empêche de l'évaluer contre les meilleurs de son âge puisqu'il s'agissait de sa dernière occasion de prendre part à ce tournoi.

LNH.com : Merci d'avoir pris le temps de nous parler. Joyeuses Fêtes et bon tournoi!

T.T. : Joyeuses Fêtes à tous également.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.