Skip to main content

Les déboires des unités spéciales ont coulé les Maple Leafs

Un manque de production secondaire et une mauvaise performance dans le match no 7 figurent parmi les raisons qui expliquent leur élimination aux mains des Bruins

par Dave McCarthy / Correspondant LNH.com

La saison des Maple Leafs de Toronto s'est terminée avec une défaite de 5-1 face aux Bruins de Boston lors du match no 7 de leur série de première ronde dans l'Association de l'Est au TD Garden, mardi. Ce fut la deuxième saison consécutive où Toronto a été éliminé par les Bruins en sept matchs au premier tour des séries éliminatoires de la Coupe Stanley, et la troisième fois depuis 2013.

La défaite a également marqué la troisième saison consécutive où les Maple Leafs ne sont pas parvenus à aller plus loin que la première ronde, incluant une défaite en six matchs aux mains des Capitals de Washington en 2017.

À LIRE : Une autre défaite crève-coeur pour les Maple Leafs | Les Bruins au deuxième tour grâce à leur profondeur et leur expérience

« Nous devons surmonter cette défaite, même si tu n'as pas envie de t'avouer que tu t'en vas chez toi après cette série, a dit l'entraîneur Mike Babcock. Nous avons considérablement amélioré notre équipe, vous l'avez vu. Dans cette série, nous étions une bien meilleure équipe que celle d'il y a un an, mais nous voici dans la même situation aujourd'hui, alors c'est décevant. »

Voici cinq raisons qui expliquent pourquoi les Maple Leafs ont été éliminés:

1. Avantage numérique

Les Maple Leafs ont eu confiance en leur jeu de puissance pendant toute la saison. Quand certaines personnes se demandaient au milieu de la saison si l'équipe avait besoin de plus de robustesse, Babcock a répliqué : « Notre force est notre jeu de puissance ». C'est-à-dire, si d'autres équipes voulaient écoper des punitions, les Maple Leafs allaient leur faire payer le gros prix. Mais cela ne s'est pas passé face aux Bruins.

Les Maple Leafs ont occupé le huitième rang dans la LNH en saison régulière avec un taux de réussite en avantage numérique de 21,8 pour cent, mais ils n'ont marqué qu'à trois de leurs 16 occasions sur l'attaque à cinq (18,8 pour cent) dans les séries. Ça inclut une prestation de 0-en-2, avec quatre tirs vers le filet, lors du match no 7, après qu'ils eurent été blanchis en trois occasions lors du match no 6.

2. Désavantage numérique

L'autre unité spéciale n'a pas plus fait le travail pour les Maple Leafs, qui ont cédé sept buts en avantage numérique aux Bruins en 16 occasions.

Les Maple Leafs tenaient une avance de 1-0 en première période du match no 6 à domicile, mais ils ont permis à Boston de prendre les devants 2-1 sur des buts en avantage numérique de Brad Marchand et Torey Krug. Le but de Marchand qui a créé l'égalité 1-1 à 11:23 de la première période, a représenté le dernier moment où Toronto avait une avance dans la série.

Video: BOS@TOR, #6: Marchand fait 1-1 en avantage numérique


3. Devant le filet

Au cours des six premiers matchs, Frederik Andersen présentait un pourcentage d'arrêts de ,925. Mais pour une deuxième saison consécutive, il a connu un match no 7 éprouvant.

Andersen a alloué trois buts sur 30 lancers, incluant le premier but du match à Joakim Nordstrom, qui est parvenu à enfiler son tir entre le corps et la mitaine d'Andersen d'un angle fermé à 14:29 de la première période. Alors que les Maple Leafs tiraient de l'arrière 2-1 en troisième période, l'attaquant des Bruins Sean Kuraly a battu Andersen alors que la vision du gardien n'était pas voilée sur un tir des poignets du haut du cercle gauche afin de rétablir l'avance de deux buts des Bruins.

Par contre, le gardien des Bruins Tuukka Rask a été solide dans le match no 7, lui qui a effectué 32 arrêts pour terminer la série avec un pourcentage d'arrêts de ,928.

Video: TOR@BOS, #7: Rask s'étire et frustre Hyman

En quatre matchs ultimes dans sa carrière de la LNH, Andersen a maintenant une fiche de 0-4 avec un pourcentage d'arrêts de ,856. Il avait cédé six buts sur 35 lancers aux Bostoniens lors de la série entre les deux formations l'an dernier.

4. Manque de production de Tavares et Marner

Le trio composé du joueur du centre John Tavares, l'ailier gauche Zach Hyman et l'ailier droit Mitchell Marner a fait un bon travail pour ralentir le premier trio des Bruins, composé du centre Patrice Bergeron et ses ailiers Brad Marchand et David Pastrnak. Dans les victoires de Toronto lors des matchs no 1, no 3 et no 5, le premier trio de Boston a été limité à trois points (un but), et dans le match no 7, le seul point inscrit par le trio a été le but que Bergeron a marqué dans un filet désert à la toute fin du match.

Cependant, le trio de Tavares n'a pas fait le nécessaire du côté offensif. Tavares, qui a fini au troisième rang dans la LNH en saison régulière avec 47 buts, n'a marqué qu'une seule fois alors qu'un gardien occupait le filet, un but qui a réduit le déficit de Toronto à 2-1 à 3:54 de la période médiane du match no 7. Marner, qui a mené Toronto avec 94 points (26 buts) en saison régulière, a réussi un doublé lors du premier match de la série, mais il n'a récolté que deux passes par la suite. Il a également enregistré un seul tir vers le filet entre le match no 4 et le match no 6.

5. Profondeur à l'attaque

Auston Matthews a mené Toronto dans la série avec cinq filets, mais Marner a été le seul autre joueur des Maple Leafs à marquer plus d'un but alors qu'un gardien occupait le filet adverse. La profondeur des Maple Leafs était censée être un avantage pour Toronto, mais ça ne s'est pas manifesté.

La suspension de Nazem Kadri pour le reste de la série à la suite du match no 2 a forcé William Nylander à jouer au centre du troisième trio aux côtés de l'ailier gauche Patrick Marleau et l'ailier droit Connor Brown. Ni Brown ni Marleau n'ont marqué dans la série, tandis que le seul but réussi par Nylander s'est produit dans le match no 1 alors que le Suédois jouait à la droite de Kadri.

Video: TOR@BOS, #1: Kadri aide Nylander à faire 3-1

Andreas Johnsson, Kasperi Kapanen et Morgan Rielly, qui ont chacun amassé 20 buts en saison régulière, ont été limités à un seul filet chacun pendant la série.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.