Skip to main content

Cinq questions avec… Nicolas Roy

L'espoir des Hurricanes de la Caroline s'apprête à disputer la finale de la Coupe Calder avec les Checkers de Charlotte de la Ligue américaine de hockey

par Nicolas Ducharme @NicolasDucharme / Journaliste LNH.com

À sa deuxième saison chez les professionnels, Nicolas Roy se retrouve en finale de la Coupe Calder, le trophée récompensant les champions de la Ligue américaine en séries éliminatoires, avec les Checkers de Charlotte, le club-école des Hurricanes de la Caroline.

Cette année, l'attaquant de 6 pieds 4 pouces et 215 livres a amassé 36 points en 69 matchs, et les Checkers ont terminé au premier rang de la LAH avec une récolte de 110 points en 78 rencontres, huit points de plus que leurs plus proches poursuivants. 

À LIRE AUSSI: Cinq questions avec… Jack HughesCinq questions avec… Kaapo Kakko

Mais en séries éliminatoires, la donne peut rapidement changer, puisque les Hurricanes ont rappelé plusieurs joueurs afin de faire face aux nombreuses blessures dont ils ont été victimes. Malgré tout, les Checkers ont résisté pour battre les Marlies de Toronto en six parties, dont une victoire en deuxième prolongation lors de l'ultime rencontre.

« Ce n'était pas la première fois que je jouais une double prolongation. L'an dernier, on a disputé le plus long match de l'histoire de la Ligue américaine, contre Lehigh Valley. Ça avait pris cinq prolongations », raconte Roy.

Les Checkers ont donc rendez-vous avec les Wolves de Chicago, le club-école des Golden Knights de Vegas, en finale de la Coupe Calder, qui s'amorcera samedi à Charlotte.

Les Checkers comptent sur une jeune équipe où se retrouvent des espoirs comme Roy et Julien Gauthier (1re ronde, 2016), mais aussi Morgan Geekie (3e ronde, 2017), Martin Necas (1re ronde, 2017), Aleksi Saarela (3e ronde 2015), et le gardien Alex Nedeljkovic (2e ronde, 2014), qui connaît des séries du tonnerre avec une fiche de 8-3-0, une moyenne de buts accordés de 2,28 et un pourcentage d'arrêts de ,914.

Dans le camp adverse, la charge est menée par les vétérans attaquants Daniel Carr et Tomas Hyka, le gardien Oscar Dansk et les recrues Cody Glass (1re ronde, 2017) et Nic Hague (2e ronde, 2017).

Roy s'est entretenu avec LNH.com et s'est généreusement prêté au jeu des cinq questions avant que ne s'amorce la finale de la Coupe Calder.

Voici cinq questions avec… Nicolas Roy :

1. Le défi était de taille en finale de l'Association de l'Est, puisque vous affrontiez les Marlies de Toronto l'équipe championne en titre. 

« Depuis le début de l'année, on a une équipe jeune, mais on a prouvé qu'on était probablement la meilleure équipe de la Ligue. Toronto a gagné la Coupe l'an passé et l'équipe a un bon noyau de vétérans. On savait que ce serait un gros "challenge", mais on croyait en nous. On a joué selon notre propre plan de match, en étant rapides avec de bonnes unités spéciales. »

2. Tu as inscrit un but très important lors du cinquième match, alors qu'il restait une minute à faire en première période. Tu as subtilisé le disque au défenseur après un cafouillage pour t'échapper et battre le gardien pour créer l'égalité. Ton équipe a par la suite compté dès la 18e seconde en deuxième période pour finalement l'emporter 4-1. Il s'agissait de ton 11e point à ton 13e match en séries. Comment peux-tu expliquer cette hausse de ta production offensive?

« On avait commencé le match "flat", avec un peu moins d'énergie. C'était une période plus difficile et on perdait 1-0. De marquer en désavantage numérique de la sorte, ç'a changé le momentum. En deuxième période, on l'a vu que le momentum avait changé de côté et l'équipe a super bien joué pendant le reste du match. »

Tweet from @CheckersHockey: Noted Shorthanded Goal Scorer Nicolas Roy doing his thing 🎯 pic.twitter.com/GWQ9pG1r80

« Je suis un gars qui aime beaucoup jouer dans ces moments, les matchs importants, que ce soit au Championnat mondial junior ou en séries éliminatoires. J'ai toujours aimé ça élever mon jeu d'un cran. En séries, c'est plus physique et c'est bon pour moi parce que je suis un gros bonhomme. »

3. Après avoir disputé un premier match dans la LNH l'an dernier, tu en as ajouté six cette année. Quel bilan peux-tu tracer de ta saison, mais aussi des différences entre la LAH et la LNH?

« Ça s'est super bien passé pour moi à ma deuxième année à Charlotte. J'avais plus d'expérience que l'année passée. Les six matchs que j'ai joués avec les Hurricanes, c'est une super belle expérience. (Ma saison) s'est bien passée, mais dans les séries, c'est encore mieux.

« La vitesse d'exécution, on en parle pas mal. La Ligue américaine c'est vraiment rapide, mais la LNH, c'est une petite coche de plus. Tu dois jouer plus rapidement. Tu dois pratiquer ta vitesse (d'exécution) encore plus dans les entraînements. »

4. Les Hurricanes ont déjoué les pronostics en séries en atteignant la finale de l'Association de l'Est. Est-ce que vous avez suivi leurs péripéties au fil de la saison?

« Plusieurs de nos joueurs ont pris part aux séries avec les Hurricanes. Il y a beaucoup d'interaction (entre les deux équipes). Nous les avons regardés et c'était vraiment le fun de les voir aller cette année.

« Mais non, nous n'avons pas les mêmes célébrations qu'eux (après une victoire à domicile). »

5. On ne retrouve pas au calendrier de la LAH des affrontements entre les équipes des associations de l'Ouest et de l'Est. Ce sera donc la première fois que vous vous mesurez aux Wolves cette année. Dans une telle situation, est-ce qu'une équipe doit apporter des changements à sa manière de se préparer?

« Ce sera un peu différent au premier match parce qu'on ne les a pas affrontés, mais en gros, on les connaît pas mal. Le monde du hockey est petit, on se connaît pas mal tous. Il a fallu faire un peu plus de vidéo pour regarder la manière dont cette équipe joue, mais sinon, notre gros défi, c'est de jouer à notre manière.

« C'est une équipe rapide en échec-avant, qui est bonne sur les unités spéciales, sur les mises en jeu et en défensive. Ça devrait être un beau défi. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.