Skip to main content

Carnet de bord : Pierre-Édouard Bellemare, la fin

« La pilule ne passera pas avant au moins quelques jours encore »

par Pierre-Édouard Bellemare @bellsy78 / Collaboration spéciale LNH.com

La pilule est dure à avaler. Elle ne passera pas avant un bout de temps. C'est encore trop tôt pour parler de notre défaite contre les Capitals. Il me faudra au moins quelques jours encore pour la décanter. Pour être franc, je ne sais pas combien de temps j'aurai besoin parce le goût en bouche est très amer.

Je réalise que nous avons fait de bonnes choses pour la ville de Las Vegas, pour l'équipe et pour chacun d'entre nous, les joueurs. Dans le moment, le portrait global est flou. Il n'y a que de la déception.

À LIRE: Déçus mais optimistes | Vegas y a cru jusqu'à la fin

C'est en rencontrant des gens ou en discutant avec des membres de la famille que la blessure finira par guérir, j'imagine.

Jeudi soir, après la fin de notre merveilleux parcours j'ai gardé les yeux grands ouverts au cas où je n'aurais jamais la chance de revivre une expérience semblable.

J'ai été le premier du club à serrer la main des joueurs des Capitals. Après coup, j'ai fait quelques trucs symboliques sur la glace. Je me suis approché de l'inscription de notre première saison au centre de la glace et j'ai touché de la main nue le mot « Knights ». Après je me suis dirigé vers le sigle de la Finale de la Coupe Stanley et j'ai touché au dessin de la Coupe comme si c'était la vraie.

Video: WSH@VGK, Gm5: Les Golden Knights quittent sous les applaudissements

Ç'a été une saison fantastique, les plus beaux jours de ma vie. Je suis arrivé ici en ne sachant pas du tout à quoi m'attendre, après avoir passé trois saisons chez les Flyers de Philadelphie. Il y avait du stress parce que c'était tout nouveau et que personne ne se connaissait. Dix mois plus tard, je peux dire que c'est le meilleur groupe de gars avec lequel j'ai joué au hockey.

Las Vegas a été une terre accueillante. Nous sommes maintenant comme chez nous. Mon épouse et moi y avons vu naître notre premier enfant en janvier. J'ai toujours dit que je finirais par revenir en France parce que j'adore la France. Mon épouse et moi avons été charmés dès que nous sommes débarqués à Las Vegas. Nous avons découvert bien plus qu'une ville où on fait la fête. Nous apprécions grandement l'endroit et nous pourrions bien y demeurer en permanence.

Les amateurs de hockey ont été absolument formidables. Ils nous ont soutenus depuis le début et je les remercie de tout coeur. Dès le début du camp, les dirigeants de l'équipe nous ont demandé de progresser à tous les jours. C'est ce que nous avons fait jusqu'à nous rendre en Finale de la Coupe Stanley. Personne ne nous a vus venir, n'est-ce pas? Ce n'est pas un coup de chance. J'estime que nous possédons les atouts pour connaître du succès pour les saisons à venir.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.