Skip to main content

Grâce à Belzile et au Tricolore, Hockeyville prend fin sur une bonne note

L'attaquant jamais repêché a marqué le but gagnant en troisième; la mémoire d'un adolescent honorée avant la rencontre

par Jon Lane @JonLaneNHL / Journaliste LNH.com

BATHURST, Nouveau-Brunswick - La journée Kraft Hockeyville Canada 2019, un événement fort attendu à Renous, au Nouveau-Brunswick, et dans toute la région, a commencé comme toutes les autres pour les Canadiens de Montréal. 
 

Le défenseur Jeff Petry l'a abordée comme un voyage d'affaires. L'attaquant Alex Belzile s'est levé et il a déjeuné comme d'habitude. L'entraîneur Claude Julien poursuivait son évaluation pour déterminer qui parmi les espoirs et les vétérans de l'équipe allait mériter de participer au match d'ouverture. 

À LIRE AUSSI: Résumé des matchs préparatoires du 18 septembreEn direct de Renous pour Kraft Hockeyville : Jour 3

Puis, les joueurs des Canadiens sont descendus de l'autobus devant le Centre régional K.C. Irving. Une imposante foule de partisans revêtus de chandails rouge et blanc les ont accueillis en héros. Les joueurs ont pris le temps de signer des autographes et de prendre des photos, sachant fort bien que ce serait probablement la seule occasion que les habitants de cette petite communauté allaient avoir de s'approcher autant d'eux.

« On est ici pour jouer un match et chacun veut montrer ce qu'il peut faire, a déclaré Petry. Mais ce matin, quand on a vu tous ces gens qui étaient là pour nous soutenir et pour encourager cette communauté, c'était génial. On a reçu un accueil très chaleureux. »

Au cours de ce qui s'est avéré être plus qu'un voyage d'affaires, les Canadiens ont fait plaisir à une salle comble en l'emportant 4-3 contre les Panthers de la Floride. Petry, Matthew Peca et Riley Barber ont chacun inscrit un but et une aide. Belzile, un attaquant de 28 ans qui n'a jamais été repêché et qui n'a toujours pas disputé un seul match dans la LNH, a apporté la touche finale aux festivités en comptant le but gagnant en désavantage numérique à 13:57 de la troisième période. 

Video: Le CH résiste aux Panthers à Renous

Comme la population de Renous, Belzile fait preuve d'une détermination sans faille pour surmonter les épreuves. Après avoir embrassé l'esprit de Hockeyville, il a conclu son expérience sur une bonne note.

« Avant le camp, j'étais conscient de ce que je devais faire sur la glace, a révélé Belzile. Je devais toujours foncer et chacune de mes présences allait être une occasion pour moi de montrer ce que je peux faire. J'ai un bon sens du hockey, alors je peux réaliser des jeux. Il faut être intense et jouer de la bonne façon. Quand on fait ça, on a du succès.

« Je contrôle ce que je peux contrôler. Je sais qu'il y a beaucoup de joueurs au camp, mais ça ne me préoccupe pas. Je me concentre seulement sur ce que je peux contrôler quand je suis sur la glace. J'essaie de donner le maximum à chacune de mes présences. »

Les efforts de Belzile ont permis aux Canadiens de devancer les Panthers, dont le premier trio formé d'Aleksander Barkov, Jonathan Huberdeau et Evgenii Dadonov a accumulé un total de six points (deux buts, quatre aides).

« Ils sont dangereux », a indiqué l'entraîneur des Panthers Joel Quenneville. « J'aime leur façon de transporter la rondelle dans la zone neutre et de la sortir proprement de notre territoire. Ils font des passes aux bons endroits et elles sont toujours précises. Ils sont aussi très menaçants en avantage numérique. Ils bougent bien ensemble, ils connaissent les habitudes de chacun et ils anticipent où les autres seront et comment ils vont s'y rendre. »

Hockeyville s'est pointé à Renous après que cette communauté eut été la première du Nouveau-Brunswick à remporter le grand prix de 250 000 dollars pour rénover l'aréna Tom Donovan. Les célébrations, qui ont duré trois jours, ont culminé avec le match disputé à Bathurst, mais pour l'occasion, c'est le nom de Renous qui apparaissait partout. La haie d'honneur était composée de pompiers de Renous et Blackville ainsi que de policiers de Miramichi. Maureen Donovan, la veuve de Tom, et Darlene Gillespie, la nièce aînée de Tom et une ambulancière volontaire depuis plus de 40 ans, faisaient aussi partie de cette haie d'honneur. Harry et Dawn Dunn, les parents de Thomas Dunn, qui est mort à 14 ans à la suite d'un accident de motocyclette survenu le 30 juin 2018, sont ceux qui ont inspiré les bénévoles qui ont préparé et soumis la candidature de Renous. Ils ont rejoint leur fils aîné Aaron au centre de la glace pour la mise au jeu protocolaire entre Barkov et Petry.

Dawn, qui tenait une photo de Thomas contre sa poitrine, a été submergée par les émotions. 

« On tremblait tous, c'était vraiment très énervant, a indiqué Dawn. Quand on s'est présentés sur la glace, la foule applaudissait et criait. Je dois avouer que j'ai eu de la difficulté à retenir mes larmes. C'est incroyable d'avoir tout ce soutien. Je ne sais pas si vous pouvez l'imaginer, mais c'est comme un déferlement d'émotions, de fébrilité, de tristesse et de bonheur. Tout le monde était là grâce à Tom. »

L'ensemble de l'événement a surpassé les attentes de Dawn et des Canadiens. 

« On savait que ce serait gros, mais c'était extraordinaire de voir tous les sièges occupés et de savoir que tout ça ne serait jamais arrivé si on ne s'était pas inscrits à Kraft Hockeyville à l'époque, a conclu Dawn. Jamais on n'aurait pu imaginer que ça puisse être aussi gros en janvier dernier. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.