Skip to main content

31 en 31 : Trois enjeux à surveiller chez les Ducks

Le grand défi d'Anaheim est d'opérer un changement de la garde tout en demeurant dans le peloton de tête

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Ducks d'Anaheim.

Les Ducks d'Anaheim misent sur la stabilité depuis nombre d'années et l'idéologie leur permet d'être un modèle de constance dans la LNH. Les Ducks n'ont raté les séries éliminatoires que deux fois en 15 saisons depuis 2001-02.

Après avoir remporté le titre de la section Pacifique pendant cinq saisons d'affilée, ils se sont fait damner le pion par les Golden Knights la saison dernière. Ils n'ont pas veillé tard en séries, en étant une proie facile pour les Sharks de San Jose au premier tour.

Qu'à cela ne tienne, le directeur général et vice-président exécutif Bob Murray est demeuré fidèle à la philosophie d'organisation. Il a simplement vu à améliorer l'encadrement du noyau dur, qui est tout de même vieillissant. Les attaquants Ryan Getzlaf, Corey Perry et Ryan Kesler, tous âgés de 33 ans, demeurent de bonnes têtes d'affiche. Kesler pourrait toutefois devoir se résoudre à faire l'impasse sur la saison en raison de maux de hanche, a-t-on appris dernièrement.

31 EN 31 DUCKS : Les meilleurs espoirs | Pour les poolers | Toutes les analyses « 31 équipes en 31 jours »

« Nous devons jouer à un rythme plus soutenu et c'est une affaire d'équipe », a soutenu Murray à la suite de l'élimination hâtive des Ducks. « Il y a des équipes qui ont commencé à le faire, comme les Devils du New Jersey, et nous devons nous en inspirer. Nous devrons analyser ce qu'elles font correctement. Nous savons que nous devrons apporter des ajustements. »

Les Ducks vont célébrer leurs 25 années d'existence en retrouvant les Red Wings de Detroit pour leur match inaugural à domicile le 8 octobre. Les Red Wings avaient été leurs tout premiers adversaires le 8 octobre 1993.

Voici trois enjeux intimement liés aux succès des Ducks cette saison :

John Gibson pourra-t-il demeurer en santé?

Gibson est un des meilleurs jeunes gardiens de la ligue quand il est en santé. Malheureusement pour les Ducks, il s'est trop souvent retrouvé sur le carreau au cours des trois dernières saisons. Le gardien âgé de 25 ans a tout de même disputé un sommet personnel de 60 matchs en 2017-18, signant un autre sommet de 31 victoires. L'équipe a grandement besoin de lui afin de poursuivre sur la voie du succès, d'autant que son second Ryan Miller est âgé de 38 ans et que l'organisation manque de profondeur à la position de gardien. On a engagé Jared Coreau des Red Wings afin de combler en partie la lacune.

Video: ANA@SJS, #4: Gibson frustre Couture en échappée

Globalement, les Ducks doivent souhaiter que la malchance ne s'acharne pas sur eux comme ç'a été le cas la saison dernière. Getzlaf, Perry, Kesler, Hampus Lindholm et Cam Fowler ont tous raté au moins 10 matchs en raison de blessures. C'est plus de 300 matchs que les joueurs de l'équipe ont manqués au total. La situation n'a pas désarçonné les Ducks qui ont terminé la saison régulière avec une récolte de 101 points de classement.

Les jeunes prendront-ils le flambeau tendus par les vétérans?

Le principal défi des Ducks est d'orchestrer la passation de la garde tout en demeurant très compétitifs. Les Getzlaf, Perry et Kesler sont vieillissants à l'attaque, les Rickard Rakell, Adam Henrique, Jakob Silfverberg, Nick Ritchie et Ondrej Kase doivent occuper une plus grande place. 

Rakell est la vedette montante à l'âge de 25 ans. Il a amélioré sa récolte de points à chacune de ses quatre premières saisons complètes dans la LNH, atteignant 69 points (34 buts) la saison dernière. Kase, 22 ans, a atteint la marque des 20 buts à sa deuxième campagne.

Video: DAL@ANA: Rakell marque sur son propre retour

Les Ducks ont le don de bien repêcher. Quatre de leurs choix de premier tour depuis 2010 sont dans la formation. Un cinquième, le défenseur Shea Theodore, a été réclamé par les Golden Knights de Vegas au repêchage d'expansion.

Des choix de premier tour de 2015 -- le défenseur Jacob Larsson -- et de 2016 -- l'attaquant Sam Steel -- cognent à la porte.

Le jeu de puissance pourra-t-il redémarrer?

L'attaque massive a été une épine au pied des Ducks au cours des deux dernières saisons, davantage au cours de la plus récente. L'équipe a pris le 23e rang de la ligue avec un taux d'efficacité de 17,8 pour cent. Ça ne l'a toutefois pas empêché d'inscrire son plus haut total de buts au cours des quatre dernières saisons, soit 231.

Le manque de mordant du jeu de puissance est une lourde tendance. Les Ducks ont été misérables en supériorité dans quatre de leurs cinq dernières saisons. L'exception a été en 2015-16 quand ils ont affiché un taux de réussite de 23,1 pour cent. 

Video: NJD@ANA: Montour complète un beau jeu de passes

Ce n'est pourtant pas parce qu'ils ne possèdent pas les atouts à l'attaque, avec les Getzlaf, Perry et Rakell. Il leur manque un véritable quart-arrière en défense. Cam Fowler accomplit du bon travail, mais il ne fait pas partie de l'élite. Les jeunes Hampus Lindholm et Brandon Montour peuvent représenter une partie de la solution.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.