Skip to main content

31 en 31 : Analyse des Sabres de Buffalo pour les poolers

Mis à part les attaquants de son premier trio, Buffalo offre peu d'options payantes à court terme

par Hugues Marcil @HuguesMarcil / Pupitreur LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Du côté des poolers, nous vous offrons un joueur à cibler au cours de la prochaine campagne, un joueur à éviter, et un joueur à surveiller, qui pourrait devenir une carte cachée si les astres s'alignent. Aujourd'hui, les Sabres de Buffalo.

Les Sabres ont été l'équipe d'un seul trio la saison dernière, et mis à part trois attaquants productifs, ils devraient à nouveau offrir peu d'options payantes à court terme pour les poolers.

À LIRE AUSSI: Trois enjeux des Sabres | Les cinq meilleurs espoirs | Toutes les analyses « 31 équipes en 31 jours »

Sans surprise, Jack Eichel a été le fer de lance de l'équipe avec ses 82 points (28 buts, 54 passes) en 77 matchs. Ses comparses Sam Reinhart (65 points) et Jeff Skinner (63) ont tous les deux connu leur meilleure saison en carrière et représenteront à nouveau d'excellentes options dans tous les formats de pools. Skinner a atteint le plateau des 40 buts pour la première fois de sa carrière et un tel exploit est toujours difficile à répéter, mais aux côtés d'Eichel, les buts devraient être faciles à accumuler.

C'est toutefois bien mince derrière. Conor Sheary a été le quatrième attaquant le plus productif avec seulement 34 points (14 filets, 20 aides) la saison dernière et à moins d'une acquisition majeure, les Sabres ne compteront pas sur un joueur très payant pour les poolers à l'extérieur de leur première ligne et de leur duo de défenseurs formé de Rasmus Dahlin et de Rasmus Ristolainen.

Les poolers dans les ligues à long terme peuvent au moins se rabattre sur la relève de l'équipe. Des joueurs comme l'attaquant Casey Mittelstadt et le défenseur Henri Jokiharju sont assurément des atouts, mais leur impact dans l'immédiat demeure un gros point d'interrogation.

Voici tout de même quelques éléments à garder en tête en vue de la saison prochaine du côté de Buffalo.

À cibler : Rasmus Dahlin - Ça peut sembler évident de le sélectionner, mais Dahlin n'a montré qu'un mince échantillon de tout son potentiel lors de sa saison recrue. Les sommets qu'il pourrait atteindre à compter de cette saison ont de quoi faire saliver plusieurs poolers. Le défenseur de 19 ans s'est imposé comme une valeur sûre dès sa première campagne avec 44 points (neuf buts, 35 passes), dont 20 ont été obtenus sur le jeu de puissance. Ses responsabilités vont augmenter cette saison et il devrait devenir l'un des 15 à 20 défenseurs à franchir le cap des 50 points. Ses neuf buts représentent un total considérable pour un défenseur recrue, et il y a fort à parier qu'il fera encore mieux cette saison dans cette catégorie difficile à remplir pour les poolers. Dahlin n'est assurément plus disponible dans les ligues à long terme, mais dans les pools annuels, il partira rapidement, donc il ne faut pas le manquer.

Video: WSH@BUF: Dahlin marque du cercle en A.N.

À éviter : Marcus Johansson - Il sera intéressant de voir si le nouvel entraîneur Ralph Krueger mettra tous ses œufs dans le même panier en réunissant à nouveau Eichel, Skinner et Reinhart. Si oui, ça laissera peu de joueurs de qualité pour évoluer avec Johansson sur le deuxième trio et sa production pourrait en souffrir. Dans tous les cas, il représente un pari risqué pour les poolers. L'attaquant, qui aura 29 ans au début de la saison, n'a franchi qu'une seule fois le plateau des 50 points en carrière (58, 2016-17) et son bilan de santé est inquiétant. Johansson n'a disputé que 87 parties au cours des deux dernières campagnes en raison de diverses blessures.

À surveiller : Victor Olofsson - Olofsson est un espoir des Sabres méconnu, car il a passé quatre années en Suède après avoir été repêché en septième ronde (181e au total, 2014). Sa feuille de route est toutefois très impressionnante. L'attaquant a été le meilleur buteur (27) de la Ligue élite de Suède (SHL) en 2017-18 avant de débarquer en Amérique du Nord et d'amasser 63 points, dont 30 buts, avec Rochester dans la Ligue américaine de hockey (LAH) la saison dernière. À 24 ans, il est mûr pour s'établir avec les Sabres et on pourrait lui confier un rôle offensif puisque l'équipe manque cruellement de profondeur. D'ailleurs, lors d'un passage de six parties à Buffalo la saison dernière, Olofsson avait été jumelé à Eichel et il n'avait pas déçu avec deux buts et deux passes. Sa moyenne supérieure à trois tirs par rencontre dans la LNH est également encourageante. Il représente un candidat à surveiller au ballottage, surtout s'il démarre la saison du bon pied.

Video: OTT@BUF: Olofsson déjoue Daccord en A.N. 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.