Skip to main content

30 en 30 : Les Ducks sous la loupe

Randy Carlyle revient pour un deuxième séjour derrière le banc et espère remporter un autre titre

par Abbey Mastracco / Correspondante NHL.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 30 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Ducks d'Anaheim.

 

Ça n'arrive pas souvent qu'on recommence à zéro en ramenant quelqu'un qui a fait partie de l'organisation dans le passé, mais toujours est-il que Randy Carlyle s'apprête à entreprendre son deuxième séjour au poste d'entraîneur des Ducks d'Anaheim.

Carlyle, l'entraîneur qui a signé le plus de victoires dans l'histoire des Ducks (230-155-49) et les a menés à leur seul conquête de la Coupe Stanley en 2007, a été embauché le 14 juin à la suite du congédiement de Bruce Boudreau. D'habitude, l'arrivée d'un nouvel entraîneur mène à des changements importants au sein de la formation. Mais ce n'est pas des changements d'effectifs que le directeur général des Ducks Bob Murray veut voir. Il veut plutôt que ses joueurs se sentent obligés de rendre des comptes. Il espère que Carlyle, un entraîneur qu'on tient en haute estime, pourra inspirer les meneurs à Anaheim après que ceux-ci eurent affiché un piètre leadership en séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2016, quand les Predators de Nashville ont éliminé les Ducks au premier tour.

 

Après le congédiement de Boudreau, Murray a prévenu certains de ses meneurs, déclarant qu'ils devaient accepter le blâme pour le piètre niveau de jeu affiché par l'équipe au cours d'une décevante saison qui a pris fin quand les Ducks ont été, pour la quatrième année de suite, éliminés à domicile lors du septième match d'une série.

30 en 30 Ducks: Grands enjeux | Meilleurs espoirs | Analyse pour les poolers 

« Nous verrons à ce que les membres de notre organisation rendent des comptes, a déclaré Murray après avoir embauché Carlyle. Et ce n'est pas seulement sur la glace pendant les matchs. Il faut le faire à l'entraînement, dans le gymnase... tout le monde doit rendre des comptes. »

 

Les Ducks savent que la fenêtre d'opportunité pour remporter la Coupe Stanley avec des vedettes qui prennent de l'âge comme Ryan Getzlaf, Corey Perry et Ryan Kesler - ils ont tous 31 ans - pourrait être en train de se refermer. En tenant compte de cette réalité, Murray a décidé d'ajouter les vétérans attaquants Jared Boll et Antoine Vermette à sa formation durant la saison morte.

 

Boll va apporter de la robustesse du côté droit, ce qui se marie bien à l'approche de Carlyle, basée sur la combativité. Vermette donne de la profondeur à l'équipe au centre, alors qu'Anaheim se retrouve avec cinq joueurs de centre aptes à jouer dans la LNH.

 

Mais plus important encore, peut-être, c'est que Vermette a un vécu intéressant en séries, lui qui a remporté la Coupe avec les Blackhawks de Chicago en 2015 et a aidé les Sénateurs d'Ottawa à atteindre la Finale de la Coupe Stanley en 2007. Les déboires des Ducks en séries se sont avérés frustrants et consternants pour une équipe pourtant habituée à être une aspirante légitime aux grands honneurs année après année. La présence d'un joueur qui a l'habitude d'aller loin en séries s'avère donc un atout important.

 

« Il a de l'expérience, il est plus âgé, il a vu des choses, il a fait partie d'une équipe championne et d'une équipe finaliste avant ça, a souligné Getzlaf. Ça va être une bonne chose pour nous dans la dernière ligne droite. »

 

Malgré les déceptions vécues par les Ducks récemment, Vermette estime qu'il faut encore les considérer comme des aspirants.

 

« C'était un facteur important pour moi, a dit Vermette, 34 ans. J'ai eu l'occasion de la gagner il n'y a pas trop longtemps et maintenant, je crois en cette équipe et en cette organisation. »

 

Un des gardiens qui a remporté le trophée Jennings avec les Ducks la saison dernière, Frederik Andersen, a été échangé aux Maple Leafs de Toronto le 20 juin, laissant ainsi la voie libre à John Gibson afin qu'il devienne le gardien no 1. Les Ducks ont par ailleurs fait l'acquisition du gardien Jonathan Bernier des Maple Leafs, le 8 juillet, en retour d'un choix conditionnel en vue du repêchage de 2017.

 

Bernier connaît bien Carlyle et son système puisqu'il a joué sous ses ordres à Toronto ; il connaît aussi la section Pacifique, ayant joué pour les Kings de Los Angeles dans le passé. Bernier a affiché un dossier de 12-21-3 avec une moyenne de buts alloués de 2,88 et un pourcentage d'arrêts de ,908 en 38 rencontres avec les Maple Leafs, l'hiver dernier.

 

« Je vais simplement me concentrer sur le travail que j'ai à faire, a dit Bernier. Je ne peux pas penser au nombre de matchs que je vais disputer ou m'en faire si Gibson va obtenir plus de départs que moi ou non. J'ai travaillé fort cet été et je suis prêt à entreprendre la prochaine saison. »

 

Pour la deuxième année de suite, le joueur de centre Nate Thompson verra son nom inscrit sur la liste des blessés à long terme pour amorcer la saison, lui qui s'est déchiré le tendon d'Achille durant un entraînement cet été. Le défenseur Sami Vatanen a accepté un contrat de quatre ans le 18 juin, mais deux joueurs autonomes avec compensation n'ont toujours pas conclu d'entente, soit le défenseur Hampus Lindholm et le joueur de centre Rickard Rakell.

 

Lindholm et Rakell sont des amis proches, des compatriotes suédois et des colocataires dans le comté d'Orange. Le premier a longtemps été considéré comme la vedette montante de l'organisation, tandis que Rakell vient d'éclore en y allant d'une campagne de 20 buts. Les Ducks se vantent d'avoir beaucoup de profondeur à toutes les positions, mais Murray a reconnu que ramener ces deux joueurs au bercail représente une priorité.

 

Dix ans après que Carlyle eut aidé les Ducks à devenir la première équipe de la Californie à remporter la Coupe, en 2007, ils ont décidé de miser de nouveau sur lui afin qu'il leur livre un autre titre.

 

« Ça revient encore une fois à Randy, a noté Murray. Randy est de retour et nous sommes heureux qu'il soit de retour. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.