Skip to main content

Un trou duquel le CH n'a pu sortir

Claude Julien a trouvé que ses troupiers ont affiché un bon niveau d'énergie malgré la défaite face aux Penguins

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - D'entrée de jeu samedi, les Canadiens de Montréal se sont creusé un trou duquel ils ont été incapables de sortir.

Pour le reste, l'entraîneur Claude Julien a dit trouver que ses troupiers avaient offert une bonne opposition aux Penguins de Pittsburgh, ce que l'histoire ne retiendra pas nécessairement du score à sens unique du duel, 5-1.

« Je n'estime pas que nous avons connu un lent départ, si on fait abstraction des trois buts des Penguins inscrits au cours des neuf premières », a argué le pilote du CH Claude Julien. « Ce qui est sûr, c'est que nous nous sommes creusé un trou. Quelques-uns de leurs buts ont été le résultat d'erreurs de notre part. Ils ont marqué dès la mise au jeu initiale et il y a eu un autre but à la suite d'une mise au jeu perdue.

« Cela dit, nous avions un bon niveau d'énergie, a continué Julien. C'était le sentiment au sein du groupe d'entraîneurs après la première période. On se disait que si nous pouvions y aller d'une bonne poussée en deuxième période, nous pourrions revenir dans le coup.

« Nous avons eu plusieurs chances en deuxième période, mais nous n'avons pas pu les saisir, a noté l'entraîneur. Les Penguins ont fait 4-0 et nous avons répliqué tout de suite après. J'estime que nous aurions pu réussir au moins trois buts en deuxième période, ce qui nous aurait mieux positionné pour le troisième vingt. »

À LIRE : Crosby se lève dans un match de quatre points | Le temps presse à Pittsburgh

En troisième, les futés Penguins ont fermé le jeu à double tour.

« Ils ne nous ont pas donné grand-chose, a relevé Julien. Nous avons tenté d'augmenter la pression, mais ils ont bien résisté. Ils ne faisaient que déblayer la rondelle de leur territoire. Nous ne pouvions pas y rester pendant longtemps. Ça n'a pas été une grande période. »

Le défenseur Shea Weber a parlé d'une soirée bizarre au cours de laquelle la rondelle a trop souvent bondi capricieusement. Il parle en connaissance de cause, lui qui a été crédité de neuf lancers qui ont soit été bloqués ou qui ont raté la cible, en plus des quatre cadrés qui ont été portés à sa fiche.

Les Canadiens ont vu au total 40 tentatives de lancers ne pas se rendre au but de Matt Murray, comparativement à seulement 18 pour les Penguins qui n'ont pas gaspillé leurs munitions. 

« C'est nous qui sommes à blâmer, ça n'a rien à voir avec ce que les Penguins faisaient, a tranché Julien. Nous avons raté le filet à maintes reprises, même des filets déserts. Ç'a été une soirée frustrante sur ce plan parce que, justement, en deuxième période nous aurions pu revenir dans le match si nous avions atteint le filet. »

Video: PIT@MTL: Gallagher bat Murray d'un tir de l'enclave

Julien a expliqué qu'il a voulu opposer au trio de Crosby le duo de défenseurs formé de Jordie Benn et Jeff Petry parce que c'est actuellement le meilleur duo de l'équipe.

« Benn a connu un match difficile, mais avant ce soir c'était peut-être la meilleure paire que nous avions dernièrement. »

Il a ajouté que le jumelage de Weber avec l'imposant Evgeni Malkin allait de soi.

Les Canadiens repartent avec leur baluchon dès dimanche pour un périple de trois matchs sur la côte ouest américaine, où ils n'ont habituellement pas beaucoup de succès. Ils vont d'abord se frotter aux Kings de Los Angeles, mardi, avant de se mesurer ensuite aux Sharks de San Jose et aux Ducks d'Anaheim, jeudi et vendredi.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.