Skip to main content

Retour dans le temps : Match ultime de la Finale de 2006

À l'instar de plusieurs équipes, les Oilers n'ont tout simplement pas été en mesure de percer le mystère Cam Ward

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

Avec la saison 2019-20 de la LNH interrompue depuis le 12 mars en raison des inquiétudes entourant le coronavirus, LNH.com vous offre un retour dans le temps en revisitant six matchs ultimes de la Finale de la Coupe Stanley - de 1987 à 2006 - d'un point de vue actuel et plutôt léger.

Aujourd'hui, le match no 7 de la Finale de 2006 opposant les Oilers d'Edmonton aux Hurricanes de la Caroline.

RETOUR DANS LE TEMPS : 1987 | 1994 | 2001 | 2003 | 2004

Les Oilers auraient voulu tout mettre en place pour que leur histoire Cendrillon reste gravée dans la mémoire collective des amateurs de hockey qu'ils n'auraient pas fait mieux. Qualifiée pour les séries éliminatoires au 81e match de la saison, la formation albertaine avait fait son chemin jusqu'en Finale.

Après avoir disposé des Red Wings de Detroit, premiers dans l'Association de l'Ouest, des Sharks de San Jose et des Mighty Ducks d'Anaheim, la troupe de Craig MacTavish avait rendez-vous avec les coriaces Hurricanes de la Caroline, qui avaient conclu au deuxième rang dans l'Association de l'Est.

La tâche n'avait pas été facile. Privés des services de leur gardien no 1 Dwayne Roloson, blessé lors du premier match de la Finale, les Oilers avaient tant bien que mal réussi à forcer la tenue d'un match ultime après avoir tiré de l'arrière 3-1 dans la série.

Les Oilers avaient réussi à battre l'étincelant gardien Cam Ward à huit occasions lors des matchs 5 et 6, mais ce dernier avait visiblement d'autres plans en vue du tout dernier duel. Les visiteurs ont eu toute la misère du monde à le déjouer et ont finalement dû s'incliner 3-1.

Tweet from @LNHen2006: Quelque chose nous dit que Rod Brind'Amour avait h��te de soulever ce troph��e 😅 pic.twitter.com/VMhcsRPXB8


Le sommaire est ici.

Voici trois éléments marquants de cette rencontre :

Le mur Cam Ward

La question était sur toutes les lèvres tout au long du printemps 2006 : à quel moment est-ce que Ward cesserait de faire des miracles devant la cage des Hurricanes?

Après tout, le jeune homme de 22 ans n'avait que 28 matchs de saison régulière derrière la cravate quand Peter Laviolette a fait appel à ses services lorsque Martin Gerber a amorcé les séries du mauvais pied contre les Canadiens de Montréal en première ronde.

Il avait pris son envol contre le Tricolore et n'avait connu que de petites baisses de régime lors des séries subséquentes. Les Oilers avaient-ils finalement réussi à percer le mystère en le battant huit fois en deux matchs? On aurait pu y croire. Mais la réponse était non.

Tweet from @LNHen2006: Tout semble facile pour Ward! pic.twitter.com/qpoWKvIKJl
 

Visiblement inébranlable, Ward a repoussé 22 des 23 tirs dirigés vers lui. Ça ne semble pas beaucoup, mais les tentatives de tirs étaient beaucoup plus nombreuses. Les Oilers ont cherché le jeu parfait et ont souvent raté la cible à force d'essayer de trouver les petites ouvertures.

Tweet from @LNHen2006: Quelle manoeuvre de Raffi Torres... qui tire dans la baie vitr��e! pic.twitter.com/AqCc2DvXy3
 

Et chaque fois que la situation le commandait - dans ce match ultime, en tout cas - il a été à la hauteur du défi. Il a été impérial à partir du moment où les Oilers ont réduit l'écart à 2-1 en tout début de troisième malgré l'importance du moment. Il a même réussi un arrêt à couper le souffle dans les dernières minutes du match.

Tweet from @LNHen2006: DE LA GLACE DANS LES VEINES!!! 🔥🤯 pic.twitter.com/OJaRbV0H3x
 

En plus de la Coupe Stanley, il est reparti avec le trophée Conn-Smythe, ce soir-là. Il a conclu les séries avec une moyenne de buts alloués de 2,14 et un taux d'efficacité de ,920 en 23 rencontres - s'emparant du même coup du poste de no 1 de l'équipe pour les saisons suivantes.

Erik Cole, frais et dispo

On a tendance à l'oublier, mais Cole n'a pas fait partie intégrante du parcours des Hurricanes, cette année-là. Victime d'une fracture d'une vertèbre du cou au début du mois de mars, l'attaquant a été tenu à l'écart du jeu pendant plus de trois mois.

C'était jusqu'à ce qu'il effectue un retour au jeu quasi miraculeux lors du sixième match de la Finale. On s'attendait alors à ce que cela soulève l'équipe… Le match s'est plutôt conclu par une défaite de 4-0. L'impact de celui qui avait inscrit 30 buts en 60 rencontres s'est cependant fait sentir lors du match no 7.

Pas sur la feuille de pointage - il a été blanchi et n'a décoché qu'un tir au but en 12:27 de jeu - mais plutôt au sein du trio qu'il complétait avec Eric Staal et Mark Recchi. À plusieurs reprises au cours de la diffusion, l'analyste Pierre McGuire souligne avec raison que Staal et Recchi sont beaucoup plus impliqués.

Cole s'est servi de sa vitesse tout au long de la soirée pour garder la défensive des Oilers sur les talons. Ça aide quand tu n'as pas 25 matchs éliminatoires derrière la cravate! L'impact tant attendu est survenu en deuxième période, quand il a forcé Jaroslav Spacek à l'accrocher, offrant un avantage numérique aux Hurricanes.

Quelques secondes plus tard, Frantisek Kaberle inscrivait le deuxième but des siens, qui s'est avéré celui de la victoire.

Tweet from @LNHen2006: Tout ��a, gr��ce �� la vitesse et aux jambes fra��ches d'Erik Cole, qui a entra��n�� une punition quelques secondes plus t��t! pic.twitter.com/Om67MAA0W6


Jeu d'échecs

Il n'y a que les fous qui ne changent pas d'idée, dit l'adage. Ça s'applique dans toutes les sphères de la vie, et même dans un match ultime de la Finale de la Coupe Stanley. Parlez-en à Peter Laviolette, qui en était à sa troisième saison complète derrière le banc d'une équipe de la LNH.

Le pilote s'est longtemps obstiné en refusant de jouer une partie d'échecs avec son vis-à-vis pour opposer un certain trio ou un duo précis de défenseurs aux meilleurs éléments adverses. C'est probablement l'effet de deux revers consécutifs, mais Laviolette a dérogé à son plan lors du match ultime.

L'effet de surprise était total. Lorsqu'ils constatent que le pilote tente de libérer le trio de Rod Brind'Amour de la surveillance du trio de Michael Peca, les commentateurs ont de la difficulté à contenir leur étonnement. S'entame alors un long match d'échecs entre MacTavish et Laviolette, qui a l'avantage du dernier changement.

Au bout d'un certain temps, MacTavish abandonne le duel et se résigne à utiliser le duo de Chris Pronger et de Jason Smith contre le trio de Brind'Amour - à défaut de pouvoir le confronter à celui de Michael Peca. Flanqué de Cory Stillman et de Justin Williams, le capitaine des Hurricanes a obtenu quelques bonnes chances de marquer sans toutefois noircir la feuille de pointage.

Tweet from @LNHen2006: Markkanen devra remercier son ami de fer. PING! pic.twitter.com/QIzIjJO0qs
 

En bref

-   Habitués à la tradition du football collégial américain, les amateurs de la Caroline sont demeurés debout tout au long de la rencontre. Du début jusqu'à la toute fin. L'ambiance était électrique et les Oilers n'ont pu calmer leurs ardeurs, surtout en accordant le premier but en tout début de match.

Tweet from @LNHen2006: Un boulet d'Aaron Ward permet aux Hurricanes d'ouvrir la marque apr��s seulement 1:26 de jeu! 🚨 pic.twitter.com/6MKWv5MI3b


-   Jussi Markkanen passe sous silence quand on repense à cette finale, mais il a été tout aussi sublime que Ward lors de ce match ultime - après avoir signé un jeu blanc lors du sixième affrontement. Il a réussi 24 arrêts, dont celui-ci.

Tweet from @LNHen2006: 🥵 pic.twitter.com/OKwpZIyrdD
 

-   Il s'agissait de la première Finale disputée dans la LNH après le lock-out, et c'était plutôt flagrant. Sans accrochage - ou presque - le jeu est robuste, mais beaucoup plus rapide et enlevant que lors des finales revisitées au cours de cette série.

Tweet from @LNHen2006: Quelle manoeuvre de Raffi Torres... qui tire dans la baie vitr��e! pic.twitter.com/AqCc2DvXy3
 

-   La nouvelle LNH venait également avec quelques nouveaux règlements… dont celui qui interdit de lancer la rondelle dans les estrades délibérément. Aaron Ward se l'est fait rappeler, non sans offrir un double avantage numérique aux Oilers en deuxième période.

Tweet from @LNHen2006: La face que tu fais quand tu oublies un des nouveaux r��glements dans un match ultime de la finale... pic.twitter.com/LUt6LOsOTo

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.