Skip to main content

Le CH dompte le « monstre à trois têtes »

Les Canadiens ont limité les occasions du premier trio des Bruins et ont remporté les honneurs d'un duel offensif par la marque de 5-4 au Centre Bell

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL - Les Canadiens de Montréal ont dompté le « monstre à trois têtes » des Bruins de Boston et ils ont enlevé les honneurs d'un festival offensif en l'emportant 5-4 au Centre Bell, mardi.

On s'attendait à un feu d'artifice signé David Pastrnak, Patrice Bergeron et Brad Marchand de la part des Bruins, mais c'est plutôt le jeune défenseur Victor Mete des Canadiens qui s'est éclaté avec un doublé - son premier dans la LNH, il va sans dire.

Incapable d'acheter un but dans ses 126 premiers matchs dans la LNH, Mete en a inscrit trois dans ses neuf dernières rencontres.

« Les gars m'encouragent beaucoup depuis que j'ai réussi un premier but. Ils me disent de rester 'hot' », a lancé Mete.

À LIRE AUSSI : Rask s'en voulaitToute la matière grise de Claude Julien mise à profit

Il aurait pu réussir un tour du chapeau s'il avait décidé de tirer au lieu de tenter une passe au terme d'une descente en troisième période.

« Je ne sais pas ce qui m'est passé par la tête. Je ne le sais réellement pas », a-t-il répété en riant de bon cœur.

Ben Chiarot, un autre défenseur, a finalement fait la différence avec son deuxième but de la saison, mais un premier au Centre Bell, au cours d'une soirée fertile en rebondissements.

« Marquer un premier but au Centre Bell, j'y pense depuis que j'ai signé avec les Canadiens cet été, a confié Chariot. La foule est très bruyante ici. Je le sais pour avoir déjà été du côté des adversaires qui se font marquer. »

Chiarot n'a pas été déçu à son baptême de feu contre les Bruins.

« Ç'a été tout ce que j'imaginais, un match très le 'fun'. Les deux équipes se sont lancées à corps perdu à l'attaque. » 

Tomas Tatar, son cinquième de la campagne, et Paul Byron, avec son premier, ont été les autres marqueurs des Canadiens (8-5-2).

Pastrnak, en supériorité numérique, Connor Clifton, Anders Bjork et Sean Kuraly ont fourni la riposte des Bruins (11-2-2), qui ont subi un deuxième revers seulement en temps réglementaire. Pastrnak a étiré à 13 sa séquence de matchs avec au moins un point - un sommet personnel.

Les gardiens ont peiné, plus Tuukka Rask des Bruins, qui a été confronté à 31 tirs, que Carey Price, qui a encaissé 24 lancers après avoir été très peu occupé au cours de la première moitié du match.

Judicieuse contestation

Les Canadiens s'accrochaient à une mince avance d'un but, 4-3, malgré un net avantage de 25-14 dans les tirs à l'issue du deuxième vingt. Ils ont ouvert le score tôt, à 1:13, grâce à Mete qui a bien synchronisé une visite dans l'enclave.

Pastrnak a fait 1-1 au début du premier jeu de puissance des siens, à 14:55, en dégainant sur réception de la passe de Torey Krug qui a amassé un 300e point dans la LNH.

Video: Le Tricolore remporte un duel spectaculaire, 5 à 4

Les hôtes ont rappliqué avec deux buts rapprochés avant la fin de l'engagement initial. Tatar et Byron ont fait mal paraître Rask à l'aide de tirs des poignets.

Les visiteurs ont été habiles à saisir leurs occasions en deuxième période, parvenant à créer l'égalité grâce aux réussites de Clifton, à 7:17, et de Bjork, à 18:13.

Mete allait replacer le CH en avant à 19:05. Sur la séquence, Rask a été embêté par Nate Thompson qui lui est tombé dessus après avoir été poussé par Zdeno Chara.  

Le festival offensif allait reprendre de plus belle en troisième période.

Après avoir ramené le score à égalité à 3:03 grâce à Kuraly, les Bruins ont cru avoir pris les devants pour la première fois de la soirée, à 5:23. 

Charlie Coyle a marqué, mais le Tricolore a fait appel à la contestation à sa disponibilité estimant que Coyle avait commis un hors-jeu à la ligne bleue. On a donné raison au CH, après une longue révision.

« Il n'y avait rien de certain, c'était le silence radio pas mal d'ailleurs sur ce jeu. Personne ne voulait se prononcer », a relevé l'entraîneur Claude Julien, qui a décidé de jouer le tout pour le tout puisqu'il courait le risque que le CH soit puni, advenant qu'il ait perdu la contestation.

« Sur les images au banc, je voyais que la rondelle était encore sur la ligne bleue avec les patins de Coyle dans notre zone. 

« Les Bruins avaient le vent dans les voiles et c'est sûr que si nous n'avions pas eu gain de cause, ç'aurait pu jouer en notre défaveur, a avoué Julien. Heureusement, ç'a joué en notre faveur. Ne me donnez pas d'étoile pour ça, je vais plutôt prendre les deux points de classement », a-t-il ajouté. 

« L'annulation du but des Bruins nous a soulevés sur le banc, a admis Byron. C'était un moment important dans le match. Ç'a fait tourner le vent. »

Ç'a effectivement marqué un tournant puisque Chariot a redonné l'avance aux Canadiens, à 9:06, profitant d'une autre défaillance de Rask.

Il restait amplement de temps et les Bruins n'allaient pas abdiquer, même s'ils en étaient à un deuxième match en autant de soirs. Ils n'ont toutefois pas pu obtenir de nouveau le but égalisateur.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.