Skip to main content

Repêchage 2018: Kevin Mandolese prend les bouchées doubles

Le gardien des Screaming Eagles aborde la nouvelle saison avec une grande maturité

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

Confortablement assis dans son bureau du Centre 200, le directeur général et entraîneur-chef des Screaming Eagles du Cap-Breton Marc-André Dumont s'apprêtait à regarder le match entre deux équipes rivales, il y a quelques semaines.

Revenu à l'aréna près de trois heures après la fin de l'entraînement des siens, il est resté surpris quand il a vu deux de ses ouailles passer devant son bureau; en l'occurrence les deux gardiens de l'équipe Kyle Jessiman et Kevin Mandolese.

Le premier est le « vétéran » cerbère de la formation des Maritimes tandis que le deuxième est un espoir admissible au repêchage de juin prochain.

« Ils sont restés dans le gym, ils ont pris un bain de glace et ont fait du vélo, a expliqué Dumont. Pour moi, ç'a beaucoup de valeur quand un jeune de cet âge-là investit beaucoup de temps comme ça. Ça démontre l'importance qu'il accorde à son sport.

« J'ai toujours dit que les actions sont le reflet de l'attitude. Toujours, sans exception. Quand tu veux connaître l'attitude de quelqu'un, tu regardes ses actions et dans ce cas-ci, c'est clair que Kevin prend tous les moyens pour devenir le meilleur gardien possible. »

C'est ce qui a marqué Dumont dès l'an dernier alors que le Blainvillois a réussi à lui forcer la main pour demeurer avec l'équipe quelques mois seulement après avoir été sélectionné en première ronde (13e au total) au repêchage de la LHJMQ.

Le gardien de 6 pieds 4 pouces et 181 livres a concédé le poste de partant à Jessiman étant donné son jeune âge et son manque d'expérience, mais il a tout de même amorcé 27 rencontres à sa première campagne dans le circuit junior québécois.

« C'est un jeune qui démontre beaucoup de passion dans sa manière de se comporter dans le hockey, a ajouté Dumont. C'est clair que le hockey est la chose la plus importante pour lui. Ça se voit, ça se sent. On le voit arriver tôt à l'aréna et partir tard, il n'y a pas de doute. »

Et ça, Mandolese le sait depuis la première fois qu'il a chaussé les patins. Petit-fils d'un immigrant italien, il a été le premier de sa famille, en compagnie de ses frères, à goûter aux plaisirs du hockey.

« Mon grand-père est venu à Montréal et il avait besoin d'aide pour payer la maison et tout. Donc mon père n'a pas eu vraiment le temps de faire du sport, a expliqué Mandolese. Quand mes frères et moi on a eu l'âge, il nous a simplement inscrits au hockey parce que nous étions au Canada et que c'est pas mal le sport national. 

« Nous sommes tombés en amour avec le sport et moi, depuis ce jour-là, je sais que c'est ce que je veux faire. »

Le gardien de 17 ans semble être sur la bonne voie. Répertorié comme un espoir de catégorie B (2e ou 3e ronde) par le Bureau de dépistage de la LNH, Mandolese connaît un très bon début de saison au Cap-Breton. Dans un système d'alternance avec Jessiman, il affiche un dossier de trois victoires et trois revers, une moyenne de buts alloués de 2,85 et un pourcentage d'arrêts de ,907.

Outre son travail constant avec l'entraîneur des gardiens de l'équipe Joël Gauthier et ses résultats sur la patinoire, Dumont a remarqué l'impact bénéfique qu'a eu une première saison complète sur l'attitude de son protégé.

« Il réalise deux choses, a avancé le manitou de la formation. De un, il réalise le grand potentiel qu'il a, et de deux, il réalise tout le travail qu'il va devoir accomplir et qu'il accomplit présentement. Ce sont deux réalisations qui doivent se produire au même moment et ce l'est dans le cas de Kevin.

« L'an passé, il était sur la vague d'avoir été choisi dans l'équipe. Maintenant, il est à une autre étape de sa carrière, de sa vie, et ça se voit. »

En voir plus