Skip to main content

Marcotte : Le Rocket glisse au dernier rang

Le manque de finition en attaque du club-école des Canadiens l'empêche de remonter au classement

par Anthony Marcotte @anthonymarcotte / Chroniqueur LNH.com

Le Rocket de Laval continue d'éprouver énormément de difficultés à remporter des matchs de façon régulière. Tellement qu'avec leur pourcentage de victoires se chiffrant à 38 pour cent, les protégés de Joël Bouchard se sont réveillés lundi matin au dernier rang de la Ligue américaine de hockey (LAH), à égalité avec le Rampage de San Antonio. Une séquence de six défaites à ses sept dernières sorties a vu le Rocket dégringoler de façon fulgurante au classement. 

Les rappels des vétérans Kenny Agostino, Michael Chaput et Brett Kulak n'ont certes pas aidé, mais ça n'indique pas tout. L'équipe est tout simplement rattrapée par ses faibles récoltes des derniers repêchages.

Dans la formation actuelle du Rocket, seulement cinq attaquants et deux défenseurs ont été repêchés par l'équipe. De ce nombre, seuls Brett Lernout (no 73, 2014), Michael McCarron (no 25, 2013) et Jake Evans (no 207, 2014) ont actuellement des rôles prépondérants. Les Daniel Audette (no 147, 2014), Lukas Vejdemo (no 87, 2015) et Michael Pezzetta (no 160, 2016) sont confinés aux trios de soutien quand ils ne sont tout simplement pas retranchés de la formation. Le jeune Cale Fleury (no 87, 2017) montrait de bons signes, mais il est sur le carreau depuis quelques semaines.

Quand on le compare à la grande majorité des autres formations du circuit, le Rocket fait pauvre figure quant au pourcentage des joueurs repêchés et développés par l'équipe. Souhaitons que les bonnes récoltes des deux dernières séances de sélection rapportent des dividendes rapidement, car pour l'instant, il est difficile d'entrevoir la fin de la saison avec optimisme.

Cette équipe manque terriblement de finition autour des filets. On a même senti un peu de résignation dans les propos de Bouchard après la défaite de 3-1 dimanche après-midi à Charlotte, la cinquième de suite de son équipe.

« On va se dire les vraies choses, on a des gars qui ne marquent pas présentement, a soupiré Bouchard. On a des gars qui devraient marquer et qui ne le font pas. Un moment donné, ça met de la pression sur tout le monde. On le voit bien sur le banc, les gars serrent le bâton et ça n'entre pas. »

Certaines recrues comme Evans, Vejdemo et Alexandre Alain ont largement apporté leur contribution dans le dernier mois. Un vétéran que personne n'attendait, Alex Belzile, occupe toujours le premier rang des marqueurs de l'équipe. McCarron a finalement brisé une séquence de 12 matchs sans marquer dimanche, mais Alexandre Grenier et Hunter Shinkaruk tardent à se mettre en marche. Grenier n'a que trois buts, dont un seul à ses 16 derniers matchs, alors que Shinkaruk n'a pas trouvé le fond du filet depuis le 17 octobre, une séquence de 14 rencontres.

« Je ne peux pas dire que les gars n'étaient pas investis dans ce match, a ajouté Bouchard. Ils ont tout donné sur la glace contre une excellente équipe. On leur a donné à peine 20 lancers. Je peux être dur avec les gars, mais il faut que je sois réaliste. Nous n'avons aucun millage en arrière. Les gars donnent ce qu'ils peuvent. On est tous déçus, car l'effort est là presque tout le temps. »

À LIRE AUSSI : Marcotte : Lindgren a retrouvé ses repèresBournival revient de loin… encore!Samuel Vigneault, le Québécois le plus méconnu de la Ligue américaine

Les choses changent rapidement dans le monde du hockey. En début de saison, bien des observateurs vantaient la profondeur organisationnelle en défensive chez les Canadiens de Montréal. Soudainement, quelques blessures en haut et en bas ont fait dérailler le train et c'est le Rocket qui écope le plus. 

Bouchard fondait beaucoup d'espoirs sur Gustav Olofsson, acquis lors du camp d'entraînement. Le voilà sur le carreau pour encore cinq mois en raison d'une blessure à une épaule. Avec le rappel de Kulak à Montréal, la défensive est complètement transformée et certains joueurs se retrouvent à occuper des sièges qu'ils ne peuvent remplir adéquatement. 

Après 21 matchs, le Rocket fait encore pire que la saison dernière. Avec seulement sept victoires, il en a deux de moins qu'à pareille date l'an dernier. L'équipe alors dirigée par Sylvain Lefebvre avait pris le tout dernier rang du circuit au terme des 76 matchs de la saison.

***

Après avoir connu une de ses meilleures sorties de la saison samedi à Charlotte dans une défaite de 4-2, Audette a eu la mauvaise surprise de voir son nom parmi les joueurs retranchés de la formation le lendemain. Pourtant, Audette avait fourni un bel effort sur le quatrième trio en compagnie de Phélix Martineau, fraîchement débarqué de l'ECHL, et d'Antoine Waked.

Audette ne semble assurément pas faire partie des favoris de l'entraîneur et il doit certainement commencer à se poser des questions sur la manière de revenir dans ses bonnes grâces…

***

Martineau est passé par toute la gamme des émotions au cours de la dernière semaine. Rappelé mercredi des Komets de Fort Wayne, le Lavallois a sauté dans le premier avion qui passait ironiquement par Charlotte en correspondance avant de se rendre à Montréal. Après un court entraînement avec ses coéquipiers, Martineau est embarqué dans un vol nolisé en direction de Charlotte pour jouer les deux matchs en moins de 24 heures!

Un marchand de vitesse, Martineau a réussi son audition et il ne serait pas étonnant que son séjour chez le Rocket se poursuive. Voilà qui va assurément réjouir la famille Martineau puisque le petit frère Vincent, un défenseur, poursuit sa carrière à Rimouski.

*** 

Parlant de ce vol nolisé, on ne pourra certainement pas reprocher à l'organisation de ne pas tout mettre en œuvre dans le but de connaître du succès. Le partenariat avec l'entreprise aérienne Nolinor va permettre au Rocket de parcourir ses plus longues distances en avion. Ce fut le cas lors de ses récents voyages à Cleveland et à Charlotte. 

Les joueurs sont traités aux petits oignons, certainement mieux que la grande majorité des autres formations du circuit. Il existe réellement une grande disparité à travers la LAH à ce niveau et le Rocket tente d'en tirer profit. Les résultats se font toujours attendre, cependant…

***

Quelques semaines après que le Lightning de Tampa Bay eut accordé un contrat professionnel à Alex Barré-Boulet de l'Armada de Blainville-Boisbriand, les Canadiens faisaient de même avec son coéquipier Alain. Tous deux âgés de 20 ans, ils ont fait la pluie et le beau temps chez l'Armada, conduisant la troupe de Bouchard vers deux finales de la LHJMQ consécutives.

C'était évident qu'on allait comparer rapidement leur progrès à leurs premières saisons professionnelles. Barré-Boulet connaît présentement une excellente séquence de six matchs de suite avec au moins un point. Il en a 15 en 17 matchs jusqu'à maintenant alors qu'Alain, au sein d'une attaque beaucoup moins explosive, en a neuf en 20 matchs.

Le Crunch de Syracuse est d'ailleurs l'équipe de l'heure dans toute la LAH. Invaincue en temps réglementaire à ses 10 derniers matchs, la troupe de Benoit Groulx a effectué toute une poussée jusqu'au deuxième rang de la section Nord menée depuis le tout début de la saison par les Americans de Rochester.

*** 

Les Jets de Winnipeg ont décidé de céder l'attaquant Kristian Vesalainen, âgé de 19 ans, à la formation de Jokerit dans la KHL.

Vesalainen avait amorcé la saison chez les Jets avant d'être cédé dans la Ligue américaine chez le Moose du Manitoba. Évoluant dans le même domicile que l'équipe de la LNH, les Jets avaient donc les yeux rivés sur leur espoir tous les jours. 

Même si Vesalainen montrait une excellente fiche de huit points en autant de matchs avec le Moose, les Jets ont décidé de le retourner dans son pays. 

C'est une direction qu'auraient pu prendre les Canadiens dans le dossier de Jesperi Kotkaniemi, mais la jeune sensation finlandaise lui a forcé la main. Quoi qu'il en soit, on ne devrait pas tarder à voir un jeune joueur de moins de 20 ans poursuivre son développement chez le Rocket dans les prochaines années. De plus en plus de formations empruntent cette stratégie. La proximité de la Place Bell est un atout de plus.

Si le Rocket est toujours dans une course aux séries à la fin de la saison, ne vous surprenez pas de voir débarquer Ryan Poehling à Laval après sa saison universitaire à St. Cloud State. Le jeune homme devra signer son contrat de recrue au préalable, mais ce ne sera qu'une formalité. 

***

La citation de la semaine de Bouchard : « Qu'est-ce que vous voulez que je dise, les gars donnent tout ce qu'ils ont… Les matchs ne tiennent qu'à un fil. Quand la confiance va revenir… (ça devrait bien aller) », a laissé entendre Bouchard, très déçu après le revers de 3-1 dimanche à Charlotte.

***

Le Rocket est de retour à domicile pour amorcer une séquence de trois matchs de suite à la maison mercredi contre les Sénateurs de Belleville. Vendredi et samedi, les Phantoms de Lehigh Valley et les Comets d'Utica débarqueront à la Place Bell. On attend d'ailleurs une excellente foule samedi pour le traditionnel match des toutous à l'approche du temps des fêtes.

Je vous invite à communiquer avec moi en tout temps pour échanger sur la Ligue américaine de hockey par le biais de mon compte Twitter : @anthonymarcotte.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.