Skip to main content

Les rôles se sont inversés dans la famille Beauvillier

« Mon frère est devenu mon modèle » - Francis Beauvillier

par Anthony Marcotte @anthonymarcotte / Chroniqueur LNH.com

LAVAL - Francis Beauvillier a toujours été identifié comme LE joueur de hockey de la famille. Repêché en première ronde dans la LHJMQ en 2009, puis dans la Ligue nationale de hockey en 2012, il est devenu un autre porte-étendard de la ville de Sorel-Tracy, terreau fertile du hockey de haut niveau avec les Marc-André Fleury et autres François Beauchemin notamment. Ça, c'était avant que les Cataractes de Shawinigan ne fassent d'Anthony leur choix de premier tour, deuxième au total, en 2013.

« C'est sûr que c'est spécial de voir mon jeune frère dans la Ligue nationale », a dit le plus vieux des frères Beauvillier à l'occasion de la visite à Laval du Moose du Manitoba, formation pour laquelle il évolue dans la Ligue américaine de hockey. « Il m'a suivi toute sa jeunesse dans les arénas. C'est drôle à dire, mais Anthony est devenu mon modèle à suivre. »

Il va sans dire, la deuxième saison complète chez les professionnels du cadet des deux frères, âgé de 20 ans, est fort intéressante. Au moment d'écrire ces lignes, le porte-couleurs des Islanders de New York revendique 21 points, dont 14 buts, en 50 matchs. Beauvillier fait partie prenante d'une offensive qui se classe au troisième rang des meilleures attaques de la LNH.

« Anthony est entièrement dédié au hockey. Il montre l'exemple constamment dans le gymnase. Il a maintenant la chance d'apprendre auprès de tout un professionnel en John Tavares. Je prends exemple sur lui, il n'y a pas d'âge pour ça. Il joue présentement avec Mathew Barzal et il a toute une chimie avec lui, depuis leur temps avec Équipe Canada junior (en 2016). C'est vraiment le fun de les voir performer de la sorte à un si jeune âge. Je leur souhaite beaucoup de succès », a poursuivi le frère aîné.

Un détour profitable dans la Ligue américaine

Après avoir passé toute la dernière saison avec les Islanders, un détour par la LAH était forcément loin dans l'esprit d'Anthony. Les Islanders avaient préféré le garder dans l'entourage de l'équipe toute la saison plutôt que de le retourner pour dominer le hockey junior en Mauricie. Pourtant, un début de saison difficile a ouvert la porte à un court stage dans les mineures, à Bridgeport, question qu'il puisse reprendre confiance. 

Ça a fonctionné! À son retour le 13 janvier, Beauvillier a marqué deux fois en plus de se faire complice d'un autre filet des Islanders. À ses sept premiers matchs suivant son retour, il a inscrit neuf points aux côtés de la sensation de l'heure dans la LNH, Barzal.

Video: NYI@NYR: Beauvillier marque d'un tir précis

« C'est sûr que ce renvoi dans les mineures l'a déçu un peu. Ce n'est pas la Ligue nationale, mais c'est tout de même un excellent niveau de hockey, ici. Le fait de jouer dans toutes les situations lui a permis de retrouver confiance en ses moyens. Ça a été bénéfique pour lui, c'est certain », a expliqué Francis Beauvillier.

« Il est arrivé à un jeune âge et c'est sûrement une réaction normale de se dire "je ne jouerai jamais dans les mineures". Ça vous donne une idée de son niveau d'énergie, de sa manière d'approcher le jeu. Son renvoi a pratiquement été une délivrance. Il est allé là-bas, a chassé les démons dans sa tête rapidement. Tu ne vois pas ça souvent. Ça prend habituellement 10 ou 15 matchs chez les jeunes joueurs pour qu'ils retrouvent leurs repères », mentionnait l'entraîneur-chef des Islanders Doug Weight au quotidien Newsday.

Le parcours atypique de Francis

Le plus vieux des frères Beauvillier en est à sa première saison complète chez les professionnels. Repêché au sixième tour par les Panthers de la Floride en 2012, il n'a jamais signé de contrat avec cette formation. Après cinq saisons chez les juniors à Lewiston, Rimouski, Shawinigan et Rouyn-Noranda, Beauvillier a décidé de poursuivre sa route sur les bancs d'école à l'Université du Nouveau-Brunswick. Un détour salutaire, selon son entraîneur Pascal Vincent.

« Francis est un gars intelligent, c'est un étudiant de la "game". Il doit présentement effectuer une transition vers un rôle plus axé sur un attaquant de puissance, solide le long des rampes. Quelques blessures ont ralenti sa progression, mais en général, il connaît une bonne première saison complète chez nous. C'est effectivement une belle histoire de persévérance », a noté Vincent au sujet de celui qui a malheureusement dû rater les deux rendez-vous du Moose face au Rocket de Laval au mois de janvier en raison d'une blessure.

« Dans le monde du hockey, les choses peuvent changer très rapidement. J'essaie de suivre le plus possible les indications de mon entraîneur. Nous appliquons son plan à la lettre et c'est une des raisons qui expliquent pourquoi nous connaissons beaucoup de succès. Nous avons de grandes aspirations pour cette saison », a exprimé Beauvillier qui revendique six points en 28 matchs au Manitoba cette année.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.