Skip to main content

Leçons coûteuses, mais payantes pour les Hurricanes

L'entraîneur Rod Brind'Amour est convaincu que sa jeune formation sera encore meilleure si l'occasion se représente

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

RALEIGH, Caroline du Nord - Les jeunes Hurricanes ont appris tout au long de la saison et ça n'a pas été différent au cours de leur impressionnant parcours éliminatoire. Ç'aura simplement été plus apparent et plus coûteux, surtout, en finale de l'Est face aux expérimentés Bruins.

C'est le constat qu'a été forcé de faire l'entraîneur Rod Brind'Amour quelques instants après que son équipe eut encaissé un quatrième revers de suite contre les Bruins, une défaite de 4-0, pour voir ses chances de participer à la Finale de la Coupe Stanley s'envoler en fumée.

À LIRE AUSSI: Les Bruins sortent le balai et éliminent les HurricanesLe gros trio des Bruins a encore répondu à l'appel

Et mis à part le match no 3 qu'ils ont perdu 2-1, les Hurricanes n'ont jamais véritablement été dans le coup.

Video: BOS@CAR, #4: Bergeron complète la passe-et-va en A.N.

« En ce moment, ça fait mal et ça va être douloureux pendant un certain temps, a déclaré le pilote, qui en était à sa première saison derrière le banc. Mais avec tout ce qui s'est passé cette saison, je suis super fier de ce groupe et de l'organisation.

« Les quatre derniers matchs, ce n'était pas beau à voir. Mais quand on regarde le portrait général, ce qui s'est produit ici est assez impressionnant. Nous avions plusieurs recrues qui apprenaient sur le tas au fur et à mesure que ça avançait. C'était vraiment plaisant de diriger ce groupe. »

Le portrait général va comme suit : les Hurricanes ont maintenu le deuxième meilleur dossier de la LNH après le 31 décembre (31-12-2), ont récolté 99 points en saison et se sont qualifiés pour les séries éliminatoires en décrochant la première place de quatrième as dans l'Est.

Ils ont surpris les Capitals, les champions en titre, en remportant le septième match de la série de première ronde devant la foule hostile de Washington. Tout ça après avoir perdu les deux premières rencontres contre la bande d'Alex Ovechkin, une des puissances de la Ligue.

Ils ont par la suite balayé les Islanders de New York au deuxième tour, eux qui venaient quand même de faire le coup aux Penguins de Pittsburgh. Les Hurricanes n'ont pas fait le poids contre les Bruins en finale de l'Est, mais le réservoir d'énergie - physique et mental - était à sec.

« Pour être honnête, je croyais que nous allions ressembler à ça en première ronde, a avoué Brind'Amour. Je suis surpris que nous nous soyons rendus aussi loin. Mais je sais à quel point nous étions fatigués mentalement. Et c'est là que nos jeunes joueurs ont peut-être compris que c'était difficile de gagner.

« Dans toute leur insouciance, ils se disaient que c'était facile, mais tu dois le faire encore et encore. J'espère qu'ils auront appris de ça si jamais nous nous rendons là à nouveau. Les jeunes ont été bons, mais pas assez pour nous permettre de gagner à ce temps-ci de l'année. »

Les attaquants finlandais Sebastian Aho et Teuvo Teravainen se sont montrés particulièrement discrets face aux Bruins, eux qui avaient pourtant été les locomotives offensives de la formation en saison régulière en récoltant respectivement 83 et 76 points.

Aho, 21 ans, a été limité à un but et deux aides tandis que Teravainen, 24 ans, n'a récolté qu'une seule mention d'assistance.

Video: BOS@CAR, #3: Rask réagit vite pour voler Aho

« Oui », a simplement répondu Aho lorsqu'on lui a demandé si c'était frustrant de ne pas avoir réussi à en faire davantage. « Nous n'avons simplement pas été capables de mettre notre style de jeu en pratique. Nous avons eu de bons moments ici et là, mais nous ne l'avons pas fait de manière constante. »

Il s'agit d'un passage obligé pour ces jeunes. Après tout, c'est une chose de mener une équipe offensivement en saison, mais c'est une autre paire de manches de le faire en séries - surtout une fois rendu si près de l'objectif ultime.

Brind'Amour est passé par là et il sait que ce sera mieux la prochaine fois, s'il y a une prochaine fois.

« Ça prend un petit extra, a conclu le pilote. Tout le monde doit être encore meilleur. Je regarde Sebastian et je me dis qu'il devait être meilleur que ça. Et il le saura. La prochaine fois, il sera plus affamé et il n'acceptera pas de voir son parcours prendre fin. Il devait passer par là.

« Les Bruins l'ont vécu par le passé et c'est pourquoi ils sont toujours en vie. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.